En ville

Maladie de Parkinson
/ Pour une meilleure prise en charge à Saint-Denis

Dans le cadre d’une téléconférence organisée par l’association France Parkinson mardi 6 octobre sur la maladie et son traitement de l’anxiété, un de ces symptôme méconnu, le neurologue Guillaume Baille souhaite mettre en lumière les capacités de l’hôpital Delafontaine à prendre en charge des patients souvent isolés.
Dr Guillaume Baille, neurologue © Olivia Kouassi
Dr Guillaume Baille, neurologue © Olivia Kouassi

La pandémie actuelle aura également eu raison de la Journée mondial Parkinson fixée au mois d’avril en plein confinement. C’est pour rattraper cet événement et sensibiliser le grand public et les professionnels de santé à la maladie de Parkinson et aux troubles anxieux qui lui sont associés que le service de neurologie du centre hospitalier Delafontaine organise une journée d’information. Là encore, la Covid-19 chamboule ce qui devait être une journée de rencontre. Une conférence autour de la maladie, de l’anxiété qu’elle génère, et le moyen de la surmonter avec moins de médicaments, sera alors organisée sur le site de France Parkinson vendredi 6 novembre.

LIRE AUSSI : France Parkinson, une permanence mensuelle

Pourtant deuxième maladie neurodégénérative, son traitement nécessite une prise en charge complète et adaptée. « À travers cette journée, nous voulons montrer que les patients du 93 n’ont pas besoin d’aller à Paris pour être pris en charge, explique le neurologue Guillaume Baille. Delafontaine est un centre de proximité. » Arrivé au sein de l’hôpital dionysien en janvier, l’ancien membre du Centre expert Parkinson du CHU de Lille compte développer le maillage de l’arsenal thérapeutique sur le territoire.  

« Il faut avoir accès à des soins de bonne qualité dans ce département pour éviter l’isolement des patients », précise-t-il. Un isolement souvent dû à une anxiété handicapante. « L’anxiété est intrinsèquement liée à la maladie, c’est l’un des symptômes non moteur le plus fréquent qui peut être plus invalidant que le fait de trembler ou de se sentir raide, explique le neurologue. La période actuelle est particulièrement anxiogène et le moment peut être vécu très difficilement chez les personnes atteintes de Parkinson. »

Guillaume Baille souhaite alerter sur l’importance d’une prise en charge de cette anxiété ainsi que d’un suivi pluridisciplinaire. Un suivi kinésithérapique, psychothérapique, neurologique et orthoptique doit être mis en place en plus du traitement médicamenteux essentiel pour l’amélioration de la qualité de vie. Car on ne guérit pas de cette maladie évolutive. « Mais les symptômes peuvent être bien traités », précise le médecin.

Si une telle prise en charge pluridisciplinaire reste compliquée dans un « territoire sous-doté » comme Saint-Denis, l’ambition du docteur Baille – médecin référent Parkinson de l’hôpital Delafontaine – est de proposer une offre de soins toujours plus précise pour le bien-être de ses patients.

Olivia Kouassi

Visioconférence vendredi 6 novembre de 14h30 à 15h30 surwww.franceparkinson.fr

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur