À la une En ville

Fête associative
/ Pour que Saint-Denis «brille à nouveau»

Samedi 27 octobre, l’association « Changer Saint-Denis » organisait une grande fête associative à l’école Roger-Sémat. Musique, chants, échanges et quiz ont rythmé l’après-midi placée sous le signe du « Mieux vivre ensemble ».
Samedi 27 octobre, une grande fête associative était organisée à l'école Roger-Sémat par l'association « Changer Saint-Denis »
Samedi 27 octobre, une grande fête associative était organisée à l'école Roger-Sémat par l'association « Changer Saint-Denis »

« Quand a été construite la basilique de Saint-Denis ? », « Quel est le premier match joué au Stade de France ? », « Combien de nationalités y a-t-il dans la ville ? ». Ces questions ont été posées devant une soixantaine de personnes samedi 27 octobre dans une salle de l’école Roger-Sémat. En ces temps de vacances, l’établissement a exceptionnellement ouvert ses portes (de 14h à 18h) pour une « grande fête associative » organisée par la structure dionysienne « Changer Saint-Denis ». Au micro, Hassina Bekhti, membre de l’association, a asséné des « Non! », « Bravo! » ou « On ne regarde pas les réponses sur Google! » aux jeunes tout excités de participer au quiz spécial Saint-Denis, qui aura animé une partie de l’après-midi.

L’initiative de cette fête associative portée par la thématique du « Mieux vivre ensemble » a rassemblé plusieurs associations et organisations : l’ACPV, l’Agence de promotion des cultures et du voyage basée à Franc-Moisin, Coexister, un « mouvement qui rassemble des jeunes de toutes convictions religieuses et philosophiques », a détaillé sa responsable de l’antenne dionysienne, Sonia, mais aussi l’AFOC 93, l’association Force Ouvrière Consommateurs de Seine-Saint-Denis. Son président, Bernard Migault, a informé sur le rôle de son association en matière de défense des locataires et rappelé que l’AFOC 93 avait présenté une liste à Plaine Commune Habitat, pour les élections des représentants des locataires qui ont lieu le 3 décembre. Malika Faucher, résidente et présidente de la cité Guynemer en est la tête de liste. Deux représentants du Creform 93, Conseil représentatif des Français d’Outre-mer de la Seine-Saint-Denis, Jean-Michel et Franck, étaient également présents à cette rencontre interassociations. Les deux hommes intéressés par la thématique de l’après-midi ont présenté la visée et le « combat » de ce Conseil, un « lobby » à l’image du Crif (1). « Le Creform est là pour mettre la pression aux administrations lorsque les choses ne vont pas », ont-ils précisé.

« Marre qu’on stigmatise Saint-Denis »

Si l’ambiance a été festive et conviviale grâce à la voix du chanteur et musicien Bounji – présent pour divertir l’assistance avec de la musique kabyle ou des reprises de chansons américaines – ainsi qu’au stand de vente de gâteaux, crêpes, café et autres gourmandises, elle aura aussi permis d’insister sur les problèmes qui persistent dans la ville. « Comment lutter contre la délinquance », a interrogé le chanteur lors des échanges, « certains Dionysiens qui vivent dans les cités se plaignent des rats, il faut faire quelque chose », s’est exclamé Malika Faucher.

Pour Hassina Bekhti qui a organisé l’événement, l'Éducation est un des moyens pour changer Saint-Denis. « On propose au sein de l’association de l’aide pour les devoirs ainsi que des cours de rattrapage », a fait savoir celle qui ne supporte pas qu’on stigmatise la ville où elle est venue s’installer en 1996. « Je viens d’une petite commune de campagne de Bordeaux et j’ai voulu que mes enfants grandissent ici parce qu’avant Saint-Denis brillait, c’était le Phare de l’Île-de-France. Je venais faire les magasins avec mes copines, il y avait une diversité de commerces, c’était bien. Il faut que Saint-Denis brille à nouveau », a-t-elle conclu. 

Yslande Bossé 

 

  1. Conseil représentatif des Institutions juives de France.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur