En ville

Précarité en Seine-Saint-Denis
/ Pour le RSA aux moins de 25 ans

En novembre 2020, des étudiants font la queue pour recevoir des colis alimentaires distribués par le Secours populaire 93.
En novembre 2020, des étudiants font la queue pour recevoir des colis alimentaires distribués par le Secours populaire 93.

L’ouverture du RSA aux personnes âgées de moins de 25 ans doit être « expérimentée ». C’est la proposition défendue par le président de la Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel et quatre responsables d’universités dont Annick Allaigre, présidente de Paris 8 et Christophe Fouqueré, président de l’université Sorbonne Paris Nord (ex Paris 13 à Villetaneuse) dans une tribune publié dans le JDD samedi 9 janvier. 

« L’ouverture du RSA aux moins de 25 ans, y compris aux étudiant.e.s, est une proposition qui devrait être expérimentée, notamment en Seine-Saint-Denis. Pourquoi se l'interdire, alors que depuis plusieurs années, vingt président.e.s de Départements sont prêts à s'y engager, et que cette proposition est soutenue par la plupart des organisations de jeunesse et les grandes associations de lutte contre la pauvreté ? Les universités sont prêtes avec leurs laboratoires de recherche à évaluer les résultats d'une telle expérimentation. », ont-il plaidé.

Inégalités et précarité étudiante

L'épidémie de coronavirus a accentué les inégalités et la précarité étudiante notamment dans le département du 93 expriment les signataires de la tribune. Voilà pourquoi le dispositif du RSA, qui aujourd'hui ne concernent que les personnes âgées de plus de 25 ans doit être élargie, préconisent t-ils encore, y compris au public étudiant. 

Tandis qu'à la fac de Paris 8 « 3000 demandes d'aide ont été enregistrées pour le premier confinement, et plus d'un million d'euros ont été dépensés en aides alimentaires, sociales et informatiques », la distribution de colis alimentaires s'accentue sur le site de l'université Sorbonne Paris Nord où l'association des Restos du Coeur a dû venir en aide dès le premier confinement en mars dernier, à « un nombre important d'étudiants ».

« Nous pensons que la crise actuelle qui touche tout particulièrement notre jeunesse, doit être l'occasion d'ouvrir, sans tabou, le chantier de la résorption de la précarité étudiante sous toutes ses formes, et ainsi permettre à chaque étudiant et à chaque étudiante d'accéder, sans frein, à son projet d'étude, d'insertion professionnelle et de vie. », ont-ils encore développé. 

L'ensemble des signataires de la tribune : Stéphane Troussel, Président du Département de la Seine-Saint-Denis, Annick Allaigre, Administratrice de l'Université Paris 8, Jean-Luc Dubois-Randé, Président de l'Université de Paris-Est Créteil, Christophe Fouqueré, Président de l'Université Sorbonne Paris Nord, Gilles Roussel, 1er Vice-Président de l'Université Gustave Eiffel. 

LIRE AUSSI / Second confinement : « Les étudiants ne voient pas le bout du tunnel »

Réactions

Si cela ne concerne que les étudiants qui vivent dans la précarité, c'est donc une très bonne initiative, d'autant plus que nombre d'entre eux ont perdu leur job étudiant suite à la Covid. En revanche et j'espère espérer que cela ne concerne pas les dealeurs de Péri. Affaire à suivre
Bonsoir, les étudiants ont des bourses. Je suis contre et je suis pour une formation pour ceux qui ne sont pas diplômés, mais arrêtons l'assistanat qui font que les individus ne veulent plus travailler.
Effectivement, j'espère que les dealers et autres guetteurs n'auront pas accès à ce dispositif... ce qui n'est absolument pas certain !
En Seine-Saint-Denis le revenu de solidarité active coûte 550 millions d'euros pour 90000 allocataires. Un quart du budget du département y passe. On comprend l'absence d'investissements dans les infrastructures de notre département. La promesse d'une éventuelle renationalisation du financement du rsa à partir du 1er janvier 2022 évoquée le 8 novembre 2020 par le premier ministre ne sera pas tenue. Par conséquent l'extension du rsa aux personnes de moins de 25 ans sera financée une hausse des impôts locaux. En 2022 2023 et 2024 les parts départementales de la taxe d'habitation et de la taxe foncière augmenteront. Le but de cette extension du rsa consiste-il à asphyxier les petits propriétaires et à provoquer le départ des classes moyennes ? En juin 2021 avant de voter lors des élections régionales et départementales il faudra bien lire les programmes des différentes listes. Sauf si le Chef de l'État décide de supprimer les élections et de jeter la démocratie à la poubelle (en prétextant le covid-19). Ce qui éviterait à LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE une nouvelle défaite électorale et permettrait à Stéphane Troussel de devenir Président à vie du Conseil Départemental.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur