À la une En ville Tribunes

Lettre ouverte
/ Pour la suspension des loyers et la réquisition

Lundi 20 avril, une trentaine d'association de Seine-Saint-Denis ont écrit une lettre ouverte pour demander la suspension des loyers et la réquisition des logements vides pendant le confinement.
Vue de la cité Gabriel-Péri à Saint-Denis. (c) Yann Mambert/ / Le Journal de Saint-Denis
Vue de la cité Gabriel-Péri à Saint-Denis. (c) Yann Mambert/ / Le Journal de Saint-Denis

Lettre ouverte aux représentants de l'Etat, aux collectivités et aux élus parlementaires, aux bailleurs de la Seine Saint Denis  

Depuis le début de la crise sanitaire que nous traversons, notre département fait régulièrement les gros titres. Parce que la mortalité y est particulièrement élevée. Parce qu'ici, comme ailleurs, la pandémie et le confinement révèlent encore plus les inégalités, il est urgent d'agir. Cette urgence, qui est multiple doit aussi concerner le logement qu'il soit public ou privé.  

Le confinement, pour bon nombre des habitantEs de nos villes, signifie perte de revenus : dispositifs de chômage partiel qui ne compensent pas le salaire, absence totale de revenus pour beaucoup d'emplois parmi les plus précaires, risque de licenciements économiques...  

Cela représente également pour beaucoup d'entre nous, une charge financière supplémentaire non négligeable : fin des cantines scolaires, des restaurants d'entreprise qui permettaient des repas à moindre coût, hausse des charges d'eau et d'électricité, frais quotidiens en plus...cela alors que les revenus peuvent chuter brutalement.  

Ainsi pour beaucoup de locataires déjà en difficulté, payer son loyer devient impossible.  

Les mesures qui ont été prises aujourd'hui à l'échelle de certains bailleurs sociaux du département sont insuffisantes. Si cela constitue déjà une avancée, le traitement au cas par cas comme cela est proposé actuellement par PCH ou l'étalement sur l'année par la SEMISO ou Seine-Saint-Denis Habitat ne permettront pas de régler cette situation.  

Pendant toute cette période de confinement et pour les mois suivant, il est indispensable que des dispositions pérennes soient prises:  

1) Suspendre la perception des loyers et charges pendant la durée du confinement pour les locataires du logement social et du privé. Ceci doit avoir lieu à l'échelle du pays et doit s'imposer à tous les bailleurs pour qu'il n'y ait pas d'inégalité de traitement des locataires.  

2) Pour les familles déjà en difficulté avec un plan apurement, allégement notable du montant à payer avec d'importantes facilités d'échelonnement et levée des sanctions à leur égard.  

3) Arrêt des procédures à l'encontre des locataires en cas d'impayés et arrêt des expulsions locatives même au delà du délai des 2 mois de prolongation de la trêve hivernale qui doit se prolonger jusqu'en mars 2021.  

4) mettre en place un fond d'indemnisation alimenté par l'Etat et l'ensemble des institutions du logement social à destination des bailleurs pour permettre la mise en application envers tous les locataires de l'ensemble de ces mesures. L'Etat doit revenir sur sa réforme de l'APL et rendre l'argent ponctionné alors qui pourrait aujourd'hui servir à aider les locataires.  

Le Gouvernement doit prendre une telle décision là où il n'a pris jusqu'à présent que quelques mesures très insuffisantes (report de la trêve hivernale, aides aux petites entreprises...).  

Mais dans l'attente, cette décision peut aussi être prise à l'échelle des bailleurs sociaux publics ou privés, des municipalités pour leurs offices publics de l'habitat, tout en garantissant les salaires des personnels dont l'activité est indispensable aux locataires confinés dans leur logement. Les maires de Barcelone et de Lisbonne ont suspendu les loyers du parc public, nous vous demandons de suivre leur exemple !  

Il est inacceptable de laisser nombre de locataires dans l'impossibilité de toucher des revenus et/ou contraint de continuer à travailler dans des conditions non indispensables et dangereuses pour eux et pour la santé publique, parce qu'ils doivent faire face au paiement du loyer.  

Maires et Préfet, vous avez la possibilité de réquisitionner  

Se posent aussi les questions matérielles du confinement. Rester chez soi ne peut s'entendre pour celles et ceux qui n'en ont pas. Qu'en est-il pour toutes les personnes sans abris du département ? Victimes, au delà de la crise sanitaire, de l'absence des structures habituelles et indispensables (eaux, toilettes, distribution de nourriture...) et parfois d'abus policiers. Qu'il s'agisse de leur santé ou de la santé publique il est inacceptable que des personnes restent aujourd'hui à la rue.  

Combien de familles et de personnes dans notre département sont confinées dans des conditions indécentes, en sur occupation, dans des taudis, combien d'enfants sont contraints de rester toute la journée entre quatre murs plein de plomb ? Pour combien d'habitants du département ce confinement constitue une mise en danger ? Combien de personnes sont contraintes de rester confinées avec des personnes violentes et dangereuses ?  

Pour celles et ceux-là des logements doivent immédiatement être mis à disposition. La loi de réquisition doit être appliquée en urgence. Combien de milliers de m2 de bureaux sont vides ? Combien de logements sont proposés à la location meublée touristique et sont aujourd'hui vides?  

Il est inacceptable qu'aujourd'hui, des personnes soient à la rue, dans des taudis ou menacés de violences conjugales ou interfamiliales ! Les locations touristiques meublées, les hôtels, les pensionnats, les bureaux et logements vides doivent être mis à disposition immédiatement.  

Maires et Préfet, vous avez la possibilité de réquisitionner  

Bailleurs et collectivités, vous avez des logements et biens vacants à mettre à disposition.  

Il est de votre devoir de le faire.  

Dans la crise que nous connaissons l'Etat, le département, les communautés d'agglomération, les maires, les élus parlementaires, les bailleurs publics ou privés doivent assumer les responsabilités qui sont les leurs en donnant les moyens d'aider les habitants, les locataires à y faire face.  

Le 20 avril 2020  

Premiers signataires :  

ACLEFEU, Alliance Citoyenne Aubervilliers, APPUII, CGL Aubervilliers, CLCV Union départementale 93, CNL Union départementale 93, CNL section ville Saint-Denis, Collectif Attiéké Saint-Denis, Collectif des habitants de Franc Moisin, Collectif Solidarité Migrants Wilson, Droit au logement (DAL), DAL Est Ensemble, DAL Saint Ouen, LDH section Saint-Denis Plaine Commune, MRAP Saint-Denis, Réseau Solidarité Logement Saint-Denis, SUD CT Mairie de Saint-Denis, SUD CT Plaine Commune, Union Locale SUD Solidaires Saint-Denis, Sciences Pop' Saint-Denis, CGT FERC Sup Paris 8, CGT Educ 93 Amicale des locataires de Logirep de Franc Moisin,

Amicale CNL Clos Saint Quentin, Amicale des Locataires Cité PCH Salvador Allende de Stains, Amicale des locataires de Pierre Sémard (ALCPS) Saint-Denis, Amicale et association entraide pour tous, quartier Sémard Saint-Denis, Amicale des locataires (PCH) PLAINEKO Résidence Gabriel Péri La Courneuve, Association Au bord du Tram, Toit et Joie, Saint-Denis, Association Droit-2Voir Saint-Denis, Association des Locataires Delaune Fabien Sémard (ADLDFS) DAL Saint-Denis, Association Union Solidarité secteur 8 Villetaneuse, CNL La Courtille Saint-Denis, Collectif ilot 8 Saint-Denis, DAL-HLM à Plaine Commune Habitat

Réactions

Bonjour, Voici la liste des organisations signataires à jour : ACLEFEU, Alliance Citoyenne Aubervilliers, APPUII, CGL Aubervilliers, CLCV Union départementale 93, CNL Union départementale 93, CNL section ville Saint-Denis, Collectif Attiéké Saint-Denis, Collectif des habitants de Franc Moisin, Collectif Solidarité Migrants Wilson, Droit au logement (DAL), DAL Est Ensemble, DAL Saint Ouen, LDH section Saint-Denis Plaine Commune, MRAP Saint-Denis, Réseau Solidarité Logement Saint-Denis, SUD CT Mairie de Saint-Denis, SUD CT Plaine Commune, Union Locale SUD Solidaires Saint-Denis, Sciences Pop' Saint-Denis, CGT FERC Sup Paris 8, CGT Educ 93 Amicale des locataires de Logirep de Franc Moisin, Amicale CNL Clos Saint Quentin, Amicale des Locataires Cité PCH Salvador Allende de Stains, Amicale des locataires de Pierre Sémard (ALCPS) Saint-Denis, Amicale et association entraide pour tous, quartier Sémard Saint-Denis, Amicale des locataires (PCH) PLAINEKO Résidence Gabriel Péri La Courneuve, Association Au bord du Tram, Toit et Joie, Saint-Denis, Association Droit-2Voir Saint-Denis, Association des Locataires Delaune Fabien Sémard (ADLDFS) DAL Saint-Denis, Association Union Solidarité secteur 8 Villetaneuse, CNL La Courtille Saint-Denis, Collectif ilot 8 Saint-Denis, DAL-HLM à Plaine Commune Habitat, ...
Pourqoui l'association "Vivre Mieux a PCH" qui se dit dans ses tracts etre le premier reprsentant des locataires PCH n'a pas signe ???? Compromission avec PCH ????
Qui va financer cette mesure? Est ce que les prestations sociales vont être maintenues, adaptées. Je pense que rester sur du cas par cas me paraît plus adapté car si certaines personnes sont dans une situation précaire, d'autres ont des revenus similaires.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur