En bref

Échangeurs autoroutiers
/ Possible recours devant le Conseil d’État

Suite au rejet jeudi 22 octobre par la cour administrative d’appel de Paris du recours en référé déposé par un collectif d’habitants du quartier Pleyel au sujet du projet de réaménagement des bretelles des autoroutes A1 et A86 – jugés polluants – le collectif pourrait se pourvoir en cassation. « On a jusqu’au 22 décembre pour faire un pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat. Il n’y a pas d’ordonnance par le gouvernement pour reporter les délais de recours, a détaillé Coline Robert du cabinet Geo Avocat qui représente le collectif d’habitants mobilisés contre les systèmes d’échangeurs Pleyel/Porte de Paris. Tout le monde a été très choqué de la décision et de l’absurdité des termes de la décision », a-t-elle encore expliqué.

Ce pourvoi en cassation n’est pas suspensif. « La suspension qu’on avait obtenu en mai n’est plus valable, les travaux peuvent commencer », a déclaré l’avocate. « Ce nouvel arrêt est incompréhensible. Il ne conteste ni les irrégularités dans la concertation, ni la majoration des pollutions, déjà constatées en mai 2020. Il s’applique pourtant à valider un projet dangereux pour les milliers d’habitants du quartier », a exposé dans un communiqué l’association Pleyel à venir.