Côté association

ACDJ
/ Porter haut Haïti

Jean-Muller Durand, directeur technique de l'association culturelle pour le développement de la jeunesse  © Yslande Bossé
Jean-Muller Durand, directeur technique de l'association culturelle pour le développement de la jeunesse © Yslande Bossé

À l’ACDJ, Association culturelle pour le développement de la jeunesse, basée au 104, rue Gabriel-Péri depuis août 2018 (1), Jean-Muller Durand s’occupe « un peu de tout ». Le directeur technique de cette structure fondée en 2007 cale les rendez-vous, gère le planning, se charge de la relation avec les adhérents.

Comme d’autres associations franco-haïtiennes qui agissent au niveau local pour « le développement de Haïti », l’ACDJ s’attache à faire sa part du colibri. « On veut participer au développement du pays dans le domaine culturel, éducatif et sociétal », détaille Jean-Muller Durand. L’ACDJ, qui possède des antennes aux États-Unis ainsi qu’au Chili, contribue par ces différentes actions à l’alphabétisation des enfants et des adultes en Haïti.

L’association a aussi mis en place il y a sept mois un système de parrainage d’enfants haïtiens. L’objectif est « qu’ils puissent avoir accès à l’éducation et à la santé » et ainsi « améliorer leur vie ». Autre volet d’actions : la mise en place de centres culturels dans le pays pour les jeunes qui, en sortant de l’école, ne trouvent pas de travail et « ne savent pas quoi faire. On les aide à se réorienter, à trouver une voie professionnelle ».

Contrairement à ce que son nom indique, l’ACDJ ne se soucie pas seulement d’aider la jeunesse. L’association ambitionne également de promouvoir la culture haïtienne d’un point de vue local, par le biais de sa communauté. « On aimerait organiser à Saint-Denis des manifestations culturelles pour mettre en avant la population haïtienne, qui sort surtout à Paris, et pour que les gens se rencontrent. » 

Yslande Bossé

104, rue Gabriel-Péri. acdj.asso-web.com

(1) L’ACDJ recherche un local.