Pommes et poires Pinard

Le stand « Producteurs de pommes et de poires de l'Île-de-France » des exploitants Pinard, au marché de Saint-Denis
Le stand « Producteurs de pommes et de poires de l'Île-de-France » des exploitants Pinard, au marché de Saint-Denis


Dans la famille Pinard, on est exploitant agricole depuis 1920 et présent au marché de Saint-Denis depuis la même année. À cette époque, les grands-parents, arrivés de Bretagne en Île-de-France, ont commencé par cultiver des légumes. Aujourd’hui, leurs arrière-petits-fils Michel et Claude poursuivent l’activité développée par leur père il y a quarante ans : la production et la vente de pommes et de poires. « Et de pivoines à la saison », précise Michel.

L’exploitation, « 25 hectares de vergers (1) », se trouve à Piscop, dans le Val-d’Oise, à quelques kilomètres de Saint-Denis. Une info qui devrait séduire les Locavores – mouvement prônant la consommation de nourriture produite dans un rayon de 250 km maximum autour de son domicile.

« Sûr que tout ce qu’on produit vient de chez nous », reconnaît prosaïquement Michel. Et il y a du choix : Elstar, Reine des reinettes, Royal Gala, Canada, Boskoop, Golden Rush… pour les pommes ; Comice, Louise Bonne, Conférence, William, Passe-Crassane… pour les poires. Pour ne citer que quelques variétés, qui ont leurs amateurs depuis « trois générations ».

Michel exerce ce métier depuis trente-cinq ans : « Je connais des vieux qui venaient petits avec leurs parents ! » À noter, la maison, fournisseur pour Rungis, compte sur son étal un très bon jus de pomme et sa version pétillante.

Pour trouver le stand : entrer côté rue Péri, sous l’horloge, et avancer jusqu’au premier croisement, à droite (enseigne lettres vertes sur fond blanc : producteur de pommes et poires d’Île de France).

P.D.S.C.

Le plus

Les généreuses corbeilles bradées à la fin du marché. Le choix.

Le moins

Fermé en juillet et août (activité saisonnière). Les commerçants peuvent remballer tôt : « On ne traîne pas. C’est un super marché où il y a du débit », souligne l’expérimenté Michel Pinard.