En ville

A Franc Moisin
/ Plus de place à la santé

Place santé, située au cœur de la cité Franc-Moisin s’est agrandie dans une annexe située à quelques mètres de la cité.
Gwenaelle Ferré et Émilie Henry, de la Place santé, et la photographe Sandra Reinflet. © Aziz Oguz
Gwenaelle Ferré et Émilie Henry, de la Place santé, et la photographe Sandra Reinflet. © Aziz Oguz

Située en plein cœur de la cité Franc-Moisin, la Place santé s’est agrandie à quelques mètres de ses locaux historiques situés sur la place Rouge. Elle s’est étendue au rez-de-chaussée d’un immeuble, rue de Lorraine. On croirait d’abord que l’extension est dans un simple appartement mais l’espace se déploie comme dans un loft lumineux à l’intérieur, donnant sur un petit jardin.

Créée en 1992, l’Association communautaire Santé Bien Être (ACSBE) – qui gère le centre de soins – était trop à l’étroit pour accueillir ses patients et gérer l’ensemble de ses activités, expliquent Gwenaëlle Ferré et Émilie Henry, respectivement coordinatrice et directrice de la Place santé.

« On avait avant un petit local dans la cité, mais il a dû fermer. Et on a vu ce nouveau lieu – un ancien atelier d’arts plastiques de la Ville – qui était laissé à l’abandon depuis plusieurs années », détaille sa directrice, qui a jeté son dévolu sur ce local appartenant à Plaine Commune Habitat (PCH). 

LIRE AUSSI : Franc-Moisin Bel Air fait plus de place à la santé
 

« La santé au sens large »

Soutenue par différents partenaires institutionnels, comme l’Agence régionale de santé ou la Région, l’association a rénové le lieu laissé en jachère pour aménager une cuisine au rez-de-chaussée ainsi que des bureaux et des salles au premier étage. Cette annexe permet d’accueillir les activités méconnues de la Place santé comme la musicothérapie, la gym adaptée, des séances de socio-esthétique, des ateliers pour apprendre à cuisiner à destination de personnes malades ou pour fabriquer ses propres huiles de cosmétique, des cours sur l’estime de soi, le corps, la santé des femmes ou encore sur l’automédication.

« On fait la promotion de la santé au sens large afin que les habitants aient une meilleure connaissance sur tous ses aspects. On ne s’arrête pas au médical », défend la coordinatrice Gwenaelle Ferré. Dans le cadre de cette extension, la Place santé a demandé à la photographe Sandra Reinflet de mener un travail artistique avec les habitants du quartier pour investir ce nouveau lieu. Après avoir conduit plusieurs ateliers d’écriture, elle a ensuite dressé de février à avril des portraits de treize Dionysiens de la cité ainsi que trois travailleurs de la structure.

« Pourquoi vous sentez-vous bien à Franc-Moisin ? Quel moment fort avez-vous vécu ici ? », a demandé la photographe. Tous ces portraits sont exposés sur les murs du nouveau lieu, collés comme du papier peint. « On voulait marquer le local de l’empreinte des habitants. L’idée, c’est que les photos restent le plus longtemps possible », exprime l’artiste, qui se définit comme une « inventeuse d’histoires vraies ». Habitante à la Plaine depuis deux ans, cette ancienne Parisienne a elle-même fait des rencontres marquantes. Elle est admirative de la solidarité entre les gens.

« On peut habiter dans un lieu défavorisé mais y être bien », dit la photographe, qui a tissé des liens forts avec certains locataires de cette cité HLM. « Ce projet, j’aimerais l’exposer en dehors du local, sur de grands panneaux en bois dans la cité. »

Aziz Oguz