En ville

Pleyel a ouvert son bureau de Poste

Cela fait des années que les habitants et salariés du quartier l’attendaient. L’espace fonctionne depuis le 2 novembre au 170 bd Anatole-France à Saint-Denis.
Le nouveau bureau de la Poste quartier Pleyel, lundi 5 novembre
Le nouveau bureau de la Poste quartier Pleyel, lundi 5 novembre


Dans cet espace commercial du 170 boulevard Anatole-France, le quartier Pleyelde Saint-Denis avait perdu en 2009 son magasin de presse librairie. Mais il vient d’y gagner un service public espéré de longue date, un bureau de Poste.


Aménagé dans un local de 120 m2 appartenant à Plaine commune habitat, il a ouvert le vendredi 2 novembre. « On n’en a même pas été informés », s’exclame Michèle Goslin en le découvrant trois jours plus tard. « On s’était battu pendant des années pour avoir une Poste », ajoute cette retraitée, figure « historique » du quartier. « On nous l’avait même annoncée voilà dix ans !», se souvient-elle.


La municipalité qui avait bataillé aux côtés des habitants mobilisés n’a eu de cesse depuis 2006 de multiplier les campagnes, pétitions, vœu du conseil municipal de Saint-Denis, etc., pour obtenir gain de cause. Les arguments ne lui manquaient pas. Quartier enclavé, Pleyel a connu un développement exceptionnel, à la fois économique et démographique. Avec les immeubles de logements construits depuis une douzaine d’années, le nombre de ses habitants a quasiment doublé pour atteindre les 6000. Et de nouvelles entreprises y ont élu domicile.


En décembre 2010, alors que le quartier a été désigné pour deux projets d’envergure – Cité du cinéma et pôle de transports du futur Grand Paris – le groupe La Poste manifestait officiellement son intérêt pour un « nouveau point de contact » à Pleyel. Enfin. Configuré comme celui de la Plaine, avec distributeur d’argent et automate pour les dépôts, le bureau de Poste de Pleyel fonctionne avec trois employés, issus de la Poste principale de Saint-Ouen (la ville voisine) à laquelle ils sont rattachés.

Des horaires un peu justes

« On réalise toutes les opérations, sauf les retraits d’argent, qui se font au guichet automatique, les versements d’espèces et les services Western Union. Du moins pour l’instant », indique le référent, responsable du bureau, Grégory Couteux. Dans sa petite équipe, le conseiller financier « s’occupe surtout des ouvertures de comptes, comptes épargne et demandes de crédits ». Et l’accueil du public pour les courriers et colis est assuré par roulement par un employé polyvalent détaché de Saint-Ouen.


Quant aux horaires – de 9h30 à 13h15 et de 14h15 à 17h du lundi au vendredi, le mercredi de 9h30 à 13h15 et le samedi de 9h à 13h – ils seront appelés à évoluer, au gré des besoins. En particulier des salariés qui seront sans doute gênés d’un baisser de rideau si tôt en soirée. « Avec ce sixième bureau de Poste, Saint-Denis se rapprochera de sa revendication d’une égalité de traitement en matière de service public », se félicite-t-on en mairie, où l’on insiste sur « le rôle déterminant » de cette institution pour les « catégories populaires », qui n’ont que La Poste pour accéder aux services d’une banque.


Pour la municipalité, la ville n’en souffre pas moins d’un deux poids, deux mesures : « À titre d’exemple, la ville de Versailles compte 88 000 habitants et huit bureaux de Poste. » Soit un bureau pour 11 000 habitants, contre un pour 18 000 à Saint-Denis. Ce nouveau bureau quartier Pleyel devrait être inauguré le 7 décembre. La direction de La Poste y prévoit environ 150 clients par jour.

Marylène Lenfant