À la une En ville

Conseil municipal du 26 mai
/ Philippe Caro, majoritaire en mode opposant

Lors d’une séance sans dossiers majeurs à traiter, le conseiller municipal PCF privé de sa délégation logement il y a deux mois, a joué sa partition.
Philippe Caro
Philippe Caro

La séance du conseil municipal du 26 mai ne proposait pas un menu roboratif. Trente et une affaires à traiter, dont trois vœux votés à l’unanimité (1). Le premier pour une meilleure prise en compte de l’autisme, le deuxième pour que la Région assume ses engagements de rénovation du tramway T1, et le dernier contre le projet Europacity du groupe Auchan à Gonesse. Cette cinquième réunion de l’année s’ouvre, une semaine après la parution polémique du Figaro Magazine sur « Molenbeek-sur-Seine », par la lecture d’un droit de réponse envoyé au directeur de la publication. Didier Paillard y dénonce l’amalgame, estime que l’article incriminé ne rend pas compte de la réalité de Saint-Denis qui « se sent sévèrement atteinte dans son image ». Dans la foulée de cette communication, le maire « informe sur l’évolution des délégations » au sein de la majorité municipale. Ce remaniement pré-estival, qui prendra effet le 1er juin, intervient après le retrait de la délégation logement dont Philippe Caro (maj-PCF) était en charge jusqu’à son vote contre le budget, marqué par une hausse de 10% de la fiscalité,  lors de la séance du 31 mars (lire JSD n° 1081). Mathilde Caroly  le remplace, tout en conservant l’habitat et l’hygiène de l’habitat. Dans le mini jeu de chaises musicales, Zora Henni prend en charge l’enseignement secondaire et la restauration ; David Proult est à la tête de l’enseignement primaire, de l’enfance, des agents de service mais aussi du quartier Franc-Moisin/Bel-Air ; Raphaëlle Serreau est déléguée à la mémoire (à la place de Sonia Pignot toujours en charge de la culture et du patrimoine) et au conseil consultatif des citoyens étrangers ; Fabienne Soulas conserve ses attributions auxquelles s’ajoute la politique de la ville.

Ces ajustements à la marge ont une traduction politique dès la présentation du premier rapport. Court et technique, puisqu’il concerne des conventions de mécénat pour des animations liées à l’Euro 2016, il donne l’occasion à Philippe Caro de plaidoyer contre « la barrière du tout pognon qui va gâcher la belle fête », la privatisation de l’espace public par l’UEFA, l’attitude des députés PS dionysiens sur la taxe sur les spectacles… Il est seul à voter contre et il s’opposera encore à la majorité dont il reste membre à propos d’une subvention pour la Maison du commerce et de l’artisanat, l’opposition s’abstenant sur ce dossier.

Le commerce, abordé aussi à l’occasion d’un rapport actant l’acquisition à l’amiable par la Ville d’un « fonds de commerce sis au 21 rue de la République », qui n’est autre que la boulangerie que M. Buridant ne parvient pas à vendre malgré plusieurs tentatives, vaut à Patrick Vassallo (maj-FdG) d’être interpellé par Adrien Delacroix  (opp-PS) sur la nécessité « d’avoir un rapport sur la politique commerciale » que veut promouvoir la municipalité. Rendez-vous est pris pour que le débat ait lieu au cours du dernier trimestre 2016. L’insécurité s’invite aussi dans la salle des conseillers à propos de la Gestion urbaine de proximité, dispositif mis en place par l’État, comme à Franc-Moisin cette année. Ferdinand Nino (maj-PSG) rebondit sur le sujet pour faire état d’une série de faits de violence graves et de la mobilisation des habitants pour obtenir du gouvernement des actions pérennes pour y mettre un terme. Adrien Delacroix dénonce de son côté le retard de la Ville dans la mise en place de la vidéoprotection.

 

(1) Corentin Duprey (opp-PS) a demandé que les réserves émises sur certaines formulations du vœu sur Europacity soient notifiées. Le groupe PSG n’a pas souhaité prendre part au vote sur le T1 en accusant le PS de « tambouille politicienne ».

 

 

Droit de réponse du marie de Saint-Denis envoyé au directeur de la publication du Figaro Magazine :

Monsieur le Directeur de la publication,

Dans sa parution du vendredi 20 et samedi 21 mai 2016, en pages 54 à 64, votre journal LE FIGARO MAGAZINE a publié un article titré « Molenbeek sur Seine – A Saint-Denis, l’islamisme au quotidien ».

Cet article met en cause, au sens de l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881, la Commune de SAINT-DENIS.

Par suite, et en ma qualité de Maire, je sollicite pour son compte et dans son intérêt l’insertion de la réponse dans les termes ci-après exposés, conformément aux dispositions de l’article 13 de la loi du 29 juillet 1881.

Réponse :

« Je déplore l’angle pris dans l’article « Molenbeek sur Seine – A Saint-Denis, l’islamisme au quotidien ».

Celui-ci présente Saint-Denis comme un foyer de radicalisation islamiste, en s’appuyant notamment sur des propos incomplets et inexacts. C’est notamment mon cas : je n’ai pas fait allusion lors de mon entretien à d’éventuelles suspicions de radicalisation de la part d’agents municipaux.

L’article n’est également étayé par aucun chiffre précis. Pourtant, le nombre d’assignations à résidence suite aux attentats de novembre 2015 (zéro) aurait pu aisément démontrer que les rues de Saint-Denis ne sont pas « investies ouvertement par les islamistes les plus radicaux ».

Les témoignages juxtaposés ne semblent pas faire l’objet d’une analyse critique. Les propos attribués à un prêtre sur l’absence de boucherie non halal en dehors de « chez Carrefour ou des jours de marché » l’illustrent : une boucherie charcuterie est à moins de 50 mètres de la mosquée Tawhit !

Ce qui est plus gênant encore, c’est qu’aucun témoignage direct ne vient étayer la thèse d’une forte islamisation des Dionysiens. Bien au contraire : les propos recueillis auprès de musulmans pratiquants semblent faire l’écho de leur rejet du fondamentalisme et de leur volonté de pratiquer leur foi dans le cadre des lois de la République.

Quant aux photographies, leur choix n’est pas neutre : elles suscitent l’amalgame entre voile, radicalisation et terrorisme.

Les élus de Saint Denis ne se leurrent pas sur la montée de replis communautaires et religieux. Ce phénomène est largement préoccupant et il se vit partout en France, particulièrement dans les quartiers populaires où les promesses d’égalité républicaine pour l’éducation, la justice, la sécurité, l’emploi sont rompues.

Mais la réalité de Saint-Denis, c’est avant tout sa jeunesse, sa diversité sociale et culturelle, sa tolérance qui en font la grande ville populaire, fière de son patrimoine historique, de ses mémoires migratoires et de sa tradition ouvrière. Cette réalité est pourtant bien plus de nature à lutter contre le fondamentalisme religieux que des articles stigmatisant une commune et ses habitants, sans aucune analyse ni aucune solution.

Saint-Denis, qui accueille la nécropole des rois de France et 135 nationalités différentes, se sent sévèrement atteinte dans son image par cet article qui ne rend pas compte de sa réalité ».

En vous remerciant de l’attention que vous voudrez bien porter à la présente, et vous priant de bien vouloir y donner toutes suites favorables.

Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur de la publication, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Didier PAILLARD

Fichiers à télécharger: 

Réactions

Bonsoir Les élus peuvent ils s'excuser de leurs actions auprès des habitants ?? Son courrier est vraiment navrant et creux. Le figaro devrait le publier pour que tous le monde voit le niveau de D. PAILLARD. Aucune remise en question des 20 dernières années de la municipalité. En écrivant que Saint Denis accueille la nécropole, on dirait que c'est lui qui à enterrer les rois de France.... Désespérant !!
" Saint-Denis, qui accueille la nécropole des rois de France et 135 nationalités différentes, se sent sévèrement atteinte dans son image par cet article qui ne rend pas compte de sa réalité ". " Saint-Denis, qui accueille pour quelques mois encore l'une des dernières municipalités communistes, se sent sévèrement atteinte dans son quotidien par cette municipalité qui refuse de voir une des réalités de son (in)action. " Que le Figaro s'emploie à présenter cette réalité comme l'unique visage de la ville, ce n'est pas objectif. Que la municipalité et les journaux bobo-gaucho-coco s'emploient à nier cette part du quotidien de la ville, c'est d' une mauvaise foi (utilisons des euphémismes) affligeante. Le JSD prévoit il de faire mention avec autant de vigueur d'un article, nettement moins orienté, puisqu'exclusivement factuel, sur le quotidien d'un gardien de cité, publié par RFI ? Ah mais non, ça non plus ce n'est pas la réalité. La réalité à Saint-Denis (celle qu'on nous vend en tout cas), c'est la fête de la tulipe, la diversité enrichissante, le dynamisme démographique et économique, la très bonne desserte en transport. A tel point qu'on lit des vœux en tout genre sur les transports (la gare, le T1, le T8, la 13....), des interpellations des autres échelons territoriaux (on n'a pas de sous madame Pécresse, subventionnez nos logements sociaux, on n'a pas de sous monsieur le préfet, donnez nous des policiers, on n'a pas de sous monsieur le président du conseil départemental, financez nos crèches, nos écoles, nos routes), des retour sur les engagements (nos rues sont propres, les jardins innombrables, la fiscalité très clémente, les services publics offerts aux citoyens exceptionnels (à part ceux offerts par le méchant gouvernement, la méchante région et le méchant département), etc.) Je me demande bien pourquoi, oui, pourquoi lorsque les gens pensent à Saint-Denis, ce n'est pas l'image de la Basilique qui leur vient en tête, nichée dans un écrin de verdures ou les 135 nationalités de la Ville sautillent en se tenant la main en chanson ? C'est pourtant bien ça, la vraie réalité de Saint-Denis, non ? Oui, cette Ville est un véritable havre de paix, petit coin de paradis sur terre, comme nous le rappelle le JSD chaque semaine, en n'oubliant pas les sinistrés du 48, en dénonçant le parti pris journalistique des confrères, et surtout en précisant au travers de ses articles à quel point la vie est parfaite à Saint-Denis, tout en publiant en édito que si tout va mal (ah bon ?) c'est la faute du gouvernement, de l'état, de la région, du PS, de Nicolas Sarkozy, de la Ville de Paris, de l'oncle Sam, etc. Merci le JSD de défendre avec ferveur notre Ville, mais si vous pouviez le faire avec un peu plus d'objectivité, c'est avec un peu moins d'aigreur que je lirais vos articles...
Finalement, le seul dans " d'élus"cette mascarade d'assemblée qui a des C.....c'est M.Caro! Il a une liberté de parole qui l'honore..et des valeurs qu'il ne souhaite vendre au rabais d'une majorité (déjà) low cost Merci M.Caro, si je vous crois, je ne manquerai de vous saluer pour votre courage et votre sens des responsabilités!
"P.Daddy" comme le surnomme les jeunes de la ville...fait honte aux rois de France, qui doivent se retourner dans leur tombe respective, quand on voit ce qu'est devenue cette pauvre ville..Elle a été dépouillée de toutes ses richesses..
désolée, je voulais écrire: Finalement, le seul dans cette mascarade ("d'élus" ) d'assemblée qui a des C.....c'est M.Caro! -
je suis surpris par l'importance du procès fait à l'article sur Molenbeck nous avons des choses à dire sur la municipalité de la ville. Que faut il dire sur nos mécontentements alors que certains votent encore pour la clique qui nous conduit à notre déchéance. CERTAINS s'identifient à l'un des petits singes voire, entendre ,dire?????Allons votons encore pour la clique,vous avez vos pantoufles?Je suis amer, c'est tout.
PRÉCISIONS... Rendre compte d'un conseil municipal, quand bien même il ne fut pas "roboratif" en quelques lignes est un exercice imposé difficile qui oblige à quelques raccourcis. Le compte-rendu du JSD me paraît tout à fait fidèle à ce conseil mais appelle de ma part 3 petites précisions : 1) Je n'ai pas voté "contre le budget, marqué par une hausse de 10% de la fiscalité" mais POUR le budget "parce qu’il est conforme en terme de dépenses aux engagements qui sont les nôtres et pour lesquels notre majorité municipale a été élue" (Voir ici : http://philippecaro.over-blog.com/2016/04/vote-contre-l-augmentation-de-10-des-taux-des-impots-locaux.html) ; ET CONTRE la hausse des taux de 10% car je refuse "de faire payer aux dionysiens et dionysiennes la cure d'austérité imposée aux collectivités par messieurs Hollande et Valls" (voir ici : http://philippecaro.over-blog.com/2016/04/communique-relatif-au-retrait-par-le-maire-de-saint-denis-de-ma-delegation-de-conseiller-muncipal-en-charge-du-logement.html). 2) Pour être précis sur la question de l'Euro 2016 j'ai en effet proposé (notamment) que nous nous engagions "à ce qu’aucun élu de notre ville n’aille aux matchs de l’Euro au Stade-de-France ; ceci pour porter de façon visible le mécontentement de notre ville par une politique de la « chaise vide »." Et que "Par voie de conséquence" nous nous engagions "à donner nos places (pour celles et ceux qui en ont), à nos concitoyens qui n’ont jamais été au Stade-de-France. Car ce Stade est l’un des cœurs battants de notre territoire, et permettre malgré les obstacles à plus d’habitants de le vivre est aussi une manière de lutter contre sa captation par des intérêts privés." Mon intervention complète est disponible ici : http://philippecaro.over-blog.com/2016/05/euro-2016-le-peuple-vivant-de-la-ville-des-rois-morts-relegue-derriere-le-mur-du-foot-pognon.html 3) Je n'ai en effet pas voté une subvention de 24.000 € à la MCA pour une campagne d'information des commerçants sur l'interdiction des sacs plastiques qui aurait dû entrer en vigueur au 1er janvier et le sera le 1er juillet. Or, ai-je dit, "Nous sommes le 26 mai. Et l’application de l’interdiction des sacs plastiques a lieu dans 36 jours, le 1er juillet. Donc soit cette délibération a un sens et elle est infiniment trop tardive, soit elle est inutile et nous allons jeter 24.000 € par les fenêtres." Si vous le souhaitez, la vidéo du conseil municipal est visible en différé sur le site Internet de la ville, et il s'agit de la question n°24.
Je suis tres satisfait de la position de mr caro et je souhaiterai apporter mon appuis sachant que j'ai un lien politique au psg de st denis

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur