À la une En ville

Avenue George-Sand
/ Parking ouvert à tous vols

Depuis septembre 2019, des vols à répétition ont lieu dans le parc de stationnement souterrain d’une résidence sociale de PCH, non loin de la gare RER B du Stade de France.
Des vitres de voiture ont été cassés à de nombreuses reprises depuis septembre dernier. DR
Des vitres de voiture ont été cassés à de nombreuses reprises depuis septembre dernier. DR

« Les voleurs entrent comme dans un moulin. Notre parking est plus visité que le musée du Louvre. » Si Modiba en rigole, il sourit jaune à cause de la situation de son parking à la Plaine. Depuis septembre dernier, des vols à répétition ont eu lieu dans le parc de stationnement souterrain d’une résidence sociale de Plaine Commune Habitat (PCH), avenue George-Sand, à deux pas du nouveau lycée Angela-Davis, non loin de la gare RER B du Stade de France.

Les bâtiments – livrés ces deux dernières années – sont flambant neufs. D’autres constructions sont en train de suivre. Arrivé il y a six mois, Modiba a vu la voiture de sa belle-sœur cassée deux fois. « J’ai grandi à Franc-Moisin. Jamais on ne nous avait volés à la cité », dit le trentenaire, qui pensait emménager dans un endroit tranquille. « On pensait venir aux Champs-Élysées », ironise son ami Mourad, lui aussi originaire de la même cité. Dans ce grand parking, il n’y a pas un locataire qui n’ait été volé au moins une fois.

LIRE AUSSI / Parkings indigo : le changement c'est maintenant ?

« On m’a conseillé de ne pas fermer la voiture, pour ne pas me faire casser de vitres, mais je ne peux pas me laisser faire », s’agace Mourad. Le véhicule de Kaoutare, elle aussi trentenaire, a été vandalisé trois fois en trois mois. Le 4 décembre, les vitres de son automobile et de celle de son mari ont été cassées, comme celles d’autres usagers du parking. Suite à cette fois de trop, exaspérée par la situation, elle s’est résolue à porter plainte. Une fois, raconte-t-elle, sa vitre avait été brisée pour qu’au final le voleur ne chipe qu’une canette de soda. Le plus embêtant, explique-t-elle, c’est la prise en charge des réparations par l’assurance, dont la franchise ne couvre généralement qu’une seule réparation. À la longue, elle craint d’être radiée.

Empêcher les intrusions

Ces riverains regrettent que PCH ait tardé à faire réparer le rideau d’entrée du parking, cassé mi-novembre et remis en service le 12 décembre. Entre-temps, suite aux vols du 4 décembre, le bailleur avait dû dépêcher un maître-chien jusqu’au 16 du mois. Mais le 21 décembre, pendant la période des fêtes, trois nouveaux véhicules ont été vandalisés.

PCH a alors fait appel à un agent de sécurité. Les riverains, eux, demandent que les portes d’accès aux piétons, qui sont régulièrement forcées, soient réparées et sécurisées afin d’empêcher les intrusions. Ces demandes ont été entendues lors d’une réunion avec le bailleur le 23 décembre. « En concertation avec les habitants, nous recherchons une solution pour renforcer les accès piétons et limiter les intrusions », assure PCH, qui demande par ailleurs aux locataires victimes de vols de déposer « systématiquement plainte ». Pour le moment, s’agace Kaoutare, « on peut entrer dans le parking comme dans un moulin ».

Aziz Oguz

Réactions

Comme il a été rappelé lors de la délibération du Les parkings de la ville ne sont pas sécurisés car la ville ne l'est pas tout simplement. La ville du bon vivre Didier. Le matin, tu devrais partir bosser mais tu ne peux pas car tu dois faire réparer ta voiture et aller au commissariat à cause d'une vitre brisée. Mais il peut aussi manquer des pièces, des roues... Et l'assurance ne joue pas dans ce cas. Et les champions de la mairie ne le savent surement pas. Les primes d'assurance augmentent suite à plusieurs sinistres. La double peine. Mais il fait bon vivre dans la ville. Vivons Saint Denis en grand. La bonne blague.
PCH partout, sécurité nul part.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur