À la une En ville

Basilique de Saint-Denis
/ Parcours fléché

Le jour où la flèche sera remontée, il tombera de la neige au printemps ! Le printemps est là, la neige aussi, et depuis samedi on a l’assurance que sous dix ans la basilique de Saint-Denis aura retrouvé sa flèche, à l’issue d’un chantier qui se veut exceptionnel à tous points de vue.
A quelques jours du printemps, visite de la Basilique sous la neige Françoise Nyssen ministre de la culture
A quelques jours du printemps, visite de la Basilique sous la neige Françoise Nyssen ministre de la culture

Depuis 1846 (1) c’est l’Arlésienne. Elle n’est plus dans le décor mais on ne parle que de son retour. Cette fois c’est signé. La flèche de la basilique de Saint-Denis va être remontée ! L’État, le clergé et l’association Suivez la flèche s’y sont engagés dans une convention officiellement paraphée samedi 17 mars. Un moment fort qui a motivé la venue la ministre de la Culture. « Ce projet exceptionnel est le fruit d’une mobilisation tout aussi exceptionnelle qui nous rappelle que la culture n’est pas une priorité de second ordre, ni un supplément d’âme, s’est ainsi réjouie Françoise Nyssen. La richesse patrimoniale est un marqueur qui doit permettre de changer les regards sur la Seine-Saint-Denis. Ce chantier est une chance pour Saint-Denis et pour la France entière. »

En écho à l’enthousiasme ministériel, Laurent Russier, a insisté « sur la promesse d’appropriation réussie par les habitants », compte tenu de la nature spécifique du projet. Pour le maire de Saint-Denis, le remontage de la flèche « va créer du commun et va permettre à Saint-Denis d’être apprécié à sa juste valeur ». Patrick Braouezec, président de Plaine Commune et de l’association Suivez la flèche, maître d’ouvrage du remontage, voit lui, « le début d’une grande aventure, à l’instar de ce qui s’est fait à Rochefort avec l’Hermione ou à Guédelon ». Et l’ancien maire de Saint-Denis de citer un message de l’académicien Erik Orsenna, président du comité de parrainage, excusé pour la circonstance : « En ce grand jour pour les pierres n’oublions pas les mots […] La flèche est le signe qui indique la direction. Cette flèche bâtie par le passé montre l’avenir. » Un sens pas si éloigné de celui donné par l’évêque de Saint-Denis Pascal Delannoy : « Tous les habitants, quelle que soit leur confession, peuvent se retrouver dans ce projet. Plus particulièrement pour nous chrétiens, la flèche indique la direction du ciel et rappelle donc que dieu est présent. »

Début des travaux en septembre

Reste maintenant à se retrousser les manches pour faire de nouveau culminer la basilique à 86 m de haut. À la différence du chantier des JOP 2024, ce n’est pas une course de vitesse qui est engagée. « Ça prendra le temps que ça prendra, rappelle Patrick Braouezec. L’idée c’est d’être dans une phase intéressante du chantier au moment des Jeux olympiques. » Les travaux préparatoires de consolidation du massif occidental devraient être lancés en septembre. La construction de l’échafaudage de visite suivra, pour un début de chantier de reconstruction au printemps 2019. Le site devrait ensuite être en activité chaque année de mi-mars à mi-octobre. Le remontage de la flèche va donc convoquer 7 mois par an les savoir-faire d’antan afin de les faire découvrir au grand public. « Pour conserver un édifice, il faut l’inclure dans la vie du monde, plaide Jacques Moulin, architecte en chef des monuments historiques. Le bâtiment doit être vivant et avoir une utilité sociale. » « Le chantier de reconstruction sera réalisé dans les règles de l’art et de l’histoire, rassure pour sa part la ministre. Un comité scientifique de suivi des travaux va être mis en place. »

Chantier patrimonial hors norme, le remontage de la flèche aspire aussi à redynamiser le centre-ville en attirant notamment les visiteurs extérieurs, indispensables à l’équilibre financier du projet. Car Patrick Braouezec l’a réaffirmé, pas un euro d’argent public ne financera le remontage, dont le coût est estimé à 20 millions d’euros (masse salariale incluse). Les visites du chantier (ticket adulte 10 €, ticket enfant et groupe 5 €) seront le principal poste de recettes. Objectif 300 000 visiteurs par an contre 150 000 pour la basilique aujourd’hui. « C’est jouable, estime Régis Cocault, directeur de l’office de tourisme Plaine Commune Grand Paris. On a déjà doublé le nombre de pré-visites de tour operator pour ce printemps. Il y a donc un intérêt. Maintenant, il va falloir les conquérir en leur proposant une véritable expérience. » En attendant ce sont les mécènes qui ont amorcé la pompe, à l’image d’Icade. « Nous avons mis un point d’honneur à être le premier mécène, témoigne Olivier Wigniolle, directeur général d’Icade. On a tout intérêt à ce qu’un territoire où nous sommes présents se porte bien. Par ailleurs, ce projet de chantier pédagogique lié aux savoir-faire du bâtiment nous correspond. Nous pourrons peut-être même proposer du mécénat de compétence en suivi de chantier à l’avenir. » Décidément, depuis samedi, à la bourse des soutiens, l’action Saint-Denis remonte en flèche.

Yann Lalande

(1) La tour nord et la flèche de la basilique avaient été démontées alors que l’édifice était fragilisé par une succession d’événements climatiques, dont la foudre qui l’avait frappé en 1837.

Réactions

Bonjour. Pour le maire de Saint-Denis, le remontage de la flèche « va créer du commun et va permettre à Saint-Denis d’être apprécié à sa juste valeur ». L. RUSSIER nous explique que la reconstruction de la flèche nord va donner la "vraie" valeur à la ville. Que tous les problèmes de sécurité, de violence, de pauvreté endémique à la ville seront résorbés par la simple magie de briques. Encore une fois, comme avec les JO, les élus sont hors sols. Dés qu'un ministre est la avec caméra et photographe, tous le mode est la. Quand il faut aller au charbon avec les habitants, on fait le huit clos. D'ailleurs, on aurait pu croire à un conseil municipal... Peu d'habitants sur les photos... Ps: Concernant l'argent publique, ce n'est pas absolument pas vrai car l'association portée par D. PAILLARD a déjà reçu 90 000€ de subventions (par la mairie et par plaine commune). Peut être que P. BRAOUEZEC considère Plaine Commune comme sa propriété. Si le projet commence et qu'il n'est pas terminé par manque de financement, de l'argent publique assurera le relais. On ne va pas laisser des travaux pas fini sur un monument national.
@Azzedine une précision: deux subventions de 50 000 € (par la ville) et 40 000 € (par Plaine Commune) ont bien été attribuées à l'association Suivez la Flèche en septembre 2017. En revanche ces deux subventions ont été votées au titre de la médiation et de l'accompagnement autour du projet, en vue de son appropriation par les habitants, et pas au titre du remontage de la Flèche à proprement parler. Remontage qui n'a d'ailleurs pas commencé.Cordialement Yann Lalande.
Alleluiah ! Le remontage de la flèche va faire disparaître la pauvreté à Saint-Denis, les inégalités sociales. Elle va réduire drastiquement le chômage (vous pensez avec les milliers de chômeurs qui vont être employés sur le chantier !). Elle va faire fuir les délinquants et les trafiquants de drogue (sans doute effrayés par l'afflux massif de touristes !), elle va nettoyer la ville de fonds en comble ... et assurer la réélection de Laurent Russier en 2020.
@Yann Lalande Rassurez moi. Ces 90 000€ ne sont pas issue de nulle part. C'est bien de l'argent publique DANS le cadre de la reconstruction ou sert-il à autre chose??? Les éléments de langage très peu pour moi. D'un coté, on dit pas un centimes d'argent publique mais de l'autre 90 000€ (et c'est pas fini) pour l'accompagnement autour du projet. La proximité des deux en tous de même forte, vous ne trouvez pas?? D'ailleurs, existe t il un document sur ce qui est fait de cet argent publique au sein de cette association? Il me semble que le suivi des 6 Millions d'euros n'est pas très fin (cf. La MCA). En résumé, un suivi de tous les événements organisés par les associations subventionnées par la ville.
Virage ? Maud Lelièvre est sur la photo. Il me semblait qu'elle avait pris nettement et publiquement position contre ce projet. A-t-elle changé de position ? Pas d'interdit en la matière mais c'est pour le moins tardif et surprenant… Etonnant non ?
Pour mémoire c'est ci-dessous : Flèche de la basilique : Mathieu Hanotin et Maud Lelièvre contre la reconstruction http://www.lejsd.com/content/fl%C3%A8che-de-la-basilique-mathieu-hanotin-et-maud-leli%C3%A8vre-contre-la-reconstruction
Maud Lelievre est membre de l'association "suivez la flèche"
M. Lelièvre, adhérente de "Suivez la flèche" ne considère donc plus ce projet comme « une erreur coûteuse » et un « contresens sur le plan historique et architectural » selon ses propres propos en 2013. Dont acte pour la flèche. A suivre !
Bonjour @MR. On en est plus la. La question est de savoir qu'elle est l'urgence du moment. Celle qui doit mobiliser les élus et les responsable politique dans leurs quotidien. Est ce la reconstruction d'une monument historique (pour ma part, qui a plus besoin d'une rénovation profonde) que d'assurer le quotidien des habitants? Les petites guéguerres n'intéresse que les élus. Que Maud LELIEVRE soit sur la photo d'accord, et je m'en fous royalement. Mais que P. BRAOUEZEC soit ouvertement pour E. MACRON et qui ensuite siège dans un conseil municipal de gauche.. Ca passe crème. On entends aucun élu sur ce scandale politique. Et vous osez parlez de virage. Sans déconner. Pendant que P. BRAOUEZEC parade, à 100 mètres de la, des taudis et des marchands de sommeil prospèrent. Juste une question. En cas d'échec. Qui paie.?? Puisque le financement n'est pas assuré. Je reprends les mots du communiqué du ministère de la culture. " La convention-cadre signée ce 17 mars prévoit les conditions dans lesquelles l'association VERSERA à l'État les crédits nécessaires à la réalisation, sous maîtrise d'ouvrage de la DRAC d'Île-de-France, de la consolidation du massif occidental de la basilique." Qu'on présente aux habitants les financements prévu par l'association la flèche au déla des visites qui sont totalement potentielles. Est ce qu'on va demander aux scolaires de la ville (aux parents) 5€ pour aller financer ce gouffre??
Les habitats insalubre brûle en été, faisant des morts, faute de moyen des copropriété, et des vendeurs de sommeils. Mais tout ce qui intéresse ces élus, c'est leur foutu flèche, que je trouve personnellement moche. Si ces élus s'était attaqué à la criminalité, on aurait 3 à 4 fois plus de touriste à St-Denis et à la basilique. Ps: quand est-ce que Braouzec va partir à la retraite? et nous laisser enfin vivre
@MR - Vous êtes suffisamment fin et subtile pour savoir que depuis au moins un an, que ce soit dans la majorité municipale ou que ce soit dans la minorité municipale, peu d'élus s'expriment encore en fonction des "dossiers" mais se projettent déjà en 2020 ... Sur le la flêche, je suis comme Abdel, je trouve l'asymétrie entre les deux tours moche ...
Et pendant ce temps là rue Flora Tristan plusieurs hectares qui auraient vraiment permis de "créer du commun" vont être bétonnés pour une société anonyme exonérée de taxes.
Bonjour. @Yann Lalande. Il parait que l'action Saint Denis remonte en flèche. Allez le dire aux parents d'élève, aux élèves du lycée SUGER. Pendant que nos élus sont dans l'autosatisfaction la situation de Saint Denis se dégrade. Fortement, et chaque jour apporte son lot de violence. Le remontage de la flèche est le fruit d'une forte mobilisation. Je souhaite qu'il en soit de même pour les élèves des écoles de la ville. Et aussi des habitants.