Côté association

Jardins de la Plaine
/ Opération préservation

© Véronique Le Coustumer
© Véronique Le Coustumer

Le Comité des Jardins de la Plaine est né en 1997 pour défendre les jardins familiaux situés à l’angle de la rue Francis-de-Pressensé et de l’avenue du Stade-de-France, menacés à l’époque par la construction de la gare du RER B. Il a permis d’en sauver 23 sur 46. Il renaît aujourd’hui car ces espaces sont à nouveau menacés par les travaux liés à la construction de la ligne du Grand Paris Express. Eiffage, le maître d’œuvre du chantier, réclame 2000m2 sur les 4600m2 de la parcelle. Les terrains appartiennent à la Mairie de Paris et sont loués à la Ligue du coin de terre qui les attribue aux jardiniers. Lesquels ont adressé un courrier à la Mairie de Paris pour réaffirmer que « ce lieu de verdure fait partie du patrimoine de Saint-Denis ».

Pour populariser leur combat, ils ont déployé, en mai dernier avec Didier Paillard, ancien maire et locataire d’une parcelle, une banderole sur la clôture des jardins et participé à la dernière Fête des tulipes. Samedi 22 juin, ils se sont associés à la Croisière de la Plaine (lire p.9) et ouvert leurs jardins au public. Leur objectif est de sensibiliser à leur cause les habitants et les associations du secteur. Les jardiniers s’interrogent sur la sincérité des discours concernant le réchauffement climatique, tout particulièrement ceux de la maire de Paris. Ils rappellent que leurs espaces verts contribuent à lutter contre la hausse des températures et permettent aux abeilles des ruches installées sur les toits d’entreprises de la Plaine de butiner.

LIRE AUSSI : Usine à gazon, un jardin au coeur de la Plaine

Véronique Le Coustumer

Contact au 19 rue de la Boulangerie. Tél. : 0183722040. Par ailleurs, nous avons appris la disparition de Gilbert Fest, commandeur du Mérite agricole et chevalier de l’ordre national du Mérite, survenue le 15 juin à l’âge de 97 ans. Il avait été le responsable de la Ligue du coin de terre à Saint-Denis.

Réactions

Bonjour, Même problème avec le complexe sportif Nelson Mandela, mitoyen de ces jardins, amputé d'un bon tiers de sa surface pour le chantier du grand paris express. L'inquiétude est très forte, probablement fondée, de voir ce lieu dédié aux sports, utilisé par des associations et des écoles, de voir ce site vert récupéré par la Mairie de Paris en vue d'une "belle" opération foncière. Un lieu de sport pour tous ? Peut être mais ça rapporte moins que des immeubles de bureaux. Un des derniers espace vert de La Plaine, pour ne pas dire le dernier ? Peut être mais c'est de l'argent qui dort, ça ne rapporte rien, ça coute ! Et l'éducation sportive des jeunes... et moins jeunes ? Ça rapporte quoi ? Et l'aspect écologique ? Ça, c'est ce qu'on dit, mais ce qu'on veut faire... c'est ce qui rapporte.
Où l'on s'aperçoit que la ville de Saint-Denis n'a aucun espace vert qui lui appartient en propre. Le parc de la Légion d'Honneur appartenant à l'école du même nom. Qu'ont fait les Braouezec, Paillard et Russier de tous les terrains libérés des friches industrielles de la Plaine ? Des bureaux, des bureaux et encore des bureaux ... et aucun espace vert digne de ce nom !