En ville

Lignes 13 et 12, Tangentielle nord, Vélib’…

La rentrée pour les transports aussi

Question : comment va la ligne 13 ? Réponse : elle tousse. Et ce n’est pas la conséquence d’un été un peu mou. Fin août, des militants de la CGT ont choisi à nouveau de s’adresser aux voyageurs, en distribuant un petit journal dans lequel ils détaillent leurs propositions. « Pour désengorger durablement la ligne. » Plusieurs projets sont à l’étude disent-ils : le prolongement de la ligne 14 à la mairie de Saint-Ouen (900 millions d’euros et dix ans de travaux) ; Arc Express, un métro autour de Paris (1,4 milliard et quinze ans de travaux) ; le prolongement de la ligne 4 à Mairie de Saint-Ouen (400 millions et 5 ans de travaux) ; le débranchement de la ligne 13 (600 millions et cinq ans de travaux). C’est cette dernière hypothèse qui a les faveurs du syndicat et des associations des usagers, alors que le Stif et la région Île-de-France semblent pour l’heure privilégier le prolongement de la 14.
Selon le syndicat, le dédoublement de la 13 à partir de Saint-Lazare (ou serait créé un nouveau terminus), permettrait de réaliser une ligne indépendante (la 13) entre Saint-Lazare et Gennevilliers. Et une autre ligne (la 13 bis) entre Châtillon-Montrouge et Saint-Denis université. La suppression de la desserte en fourche (un train sur deux vers le nord dans chaque sens aujourd’hui) permettant le passage, avec l’installation du système Ouragan de régulation automatique, de rames toutes les 90 secondes.
En cette rentrée, la ligne 12 fait toujours aussi son actualité avec un chantier qui se poursuit entre la Porte de la Chapelle (sous les viaducs automobiles) et la future station du Front-Populaire, au carrefour des rues Proudhon et Gardinoux, dans le sud de la Plaine, près du nouveau quartier Diderot.
Pendant l’été ont aussi débuté les travaux de la Tangentielle nord, qui en 2017 reliera Sartrouville à Noisy-le-Sec (28 km). Le premier tronçon, prévu pour 2014, reliera Épinay-sur-Seine au Bourget (via Pierrefitte-Stains).
Quant aux circulations douces, à la mi juillet le Conseil d’État a admis que le société Decaux pourrait à la demande de Paris implanter des stations de Vélib’ (les vélos en libre-service) dans la proche banlieue. Sans doute dans le quartier de la Plaine pour ce qui concerne Saint-Denis. Ces deux roues s’ajouteraient alors au dispositif que le même Decaux va déployer sur le territoire de Plaine commune.
Gérald Rossi