À la une Cultures

TGP Hors les Murs
/ Les seconds seront les premiers

En 2014, Jean Bellorini mettait en scène au TGP Liliom ou la vie et la mort d’un vaurien, de l’auteur hongrois Ferenc Molnar. Parmi les personnages de la pièce, apparaît ce qu’on appelle un second rôle, mère Hollunder, interprété par Jacques Hadjaje.
© Pascal Victor
© Pascal Victor

« C’était un personnage que j’aimais beaucoup, par sa vision burlesque des choses. Je sentais qu’elle avait des choses à dire... » confie le comédien. Une attirance telle qu’il lui a imaginé une vie plus conséquente, un rôle plus étendu que chez Molnar. Jacques Hadjaje, comédien complice de Jean Bellorini depuis des lustres, a donc tout simplement écrit un premier rôle pour cette mère Hollunder qui revient, toujours sous ses traits, sur le devant de la scène. Et seule sur le plateau.

Telle est la genèse de Vie et mort de Mère Hollunder, créée en 2018 au festival off d’Avignon et qui sera présentée hors les murs à Saint-Denis et à l’Île-Saint-Denis à trois reprises du 30 novembre au 13 décembre. Femme comme on dit de caractère, mère Hollunder marmonne, ronchonne, s’indigne, armée d’un appareil photo elle lance des piques acérées et drolatiques, avec des moments de pure poésie. Terriblement humaine, elle déborde d’énergie, portée par le talent et la puissance de Jacques Hadjaje. C’est bien sûr Jean Bellorini qui le met en scène et qui signe les lumières du spectacle.

LIRE AUSSI : Liliom ou une tragi-comédie magnifique au TGP

« C’est une femme droite, qui cherche à dire des choses, à s’inventer sa propre histoire en se protégeant mais aussi en attaquant », souligne Jacques Hadjaje. « Ce qui m’a plu, c’est de donner la parole à un petit personnage, donner à entendre sa voix, comme une personne peu visible dans la foule, dont on n’imagine pas qu’elle puisse avoir une vie.... Là, c’est une anonyme qui prend la parole. Écrire cette pièce fut pour moi une manière d’anoblir cette foule de petits personnages de la vie à travers celui de Liliom », ajoute-t-il.
 

« Un beau voyage théâtral »

À partir du rôle écrit par Molnar, Jacques Hadjaje a commencé à imaginer de petites séquences, au départ sans réelle idée de dramaturgie. Ces petites pièces, comme dans un puzzle, il a fallu les assembler, composer le spectacle. « Je ne savais pas très bien où aller mais ce fut une belle aventure artistique, peu commune, avec la complicité et l’amitié de Jean, avec qui j’ai fait sept spectacles depuis vingt ans ! »

Pour Jacques Hadjaje, interpréter une femme, et dans le cas présent une forte femme dans tous les sens du terme, représente « un beau voyage théâtral. Elle est pour moi comme un vieux clown qui dit la vérité. Elle est révoltée par les attitudes des hommes et s’interroge sur sa propre vie ». Si Jacques Hadjaje accomplit là un de ses rêves de « faire » le clown, son spectacle résonne fortement avec l’actualité et les violences faites aux femmes. En plus de sa capacité à nous faire passer du rire aux larmes sans transition, Vie et mort de Mère Hollunder est aussi une superbe déclaration d’amour à toutes celles qui disent non à l’injustice, à la bêtise et à la haine des hommes. 

LIRE AUSSI / Jolie Môme : Battre en Brecht l'injustice
 

Benoît Lagarrigue

Vie et mort de Mère Hollunder, de et avec Jacques Hadjaje, mise en scène de Jean Bellorini, samedi 30 novembre à 18h30 à la Maison de quartier Floréal, vendredi 6 décembre à 20h au Théâtre Jean-Vilar de l’Île-Saint-Denis et vendredi 13 décembre à 18h30 à la Maison de quartier Romain-Rolland. Durée : 1h. Tarif: 3€. Réservations : 0148137000; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur