En ville

Les projets soumis à un jury en herbe

Dix enfants âgés de 8 à 12 ans on pu découvrir les propositions des quatre cabinets d’architectes retenus pour la construction – en 2011 – de l’école maternelle et élémentaire à la limite d’Aubervilliers. Réflexions et commentaires avisés.

Ce ne sont pour l’heure que des entrepôts où pointe une haute cheminée de briques, rescapée de l’ère industrielle. L’an prochain, une palissade en ceinturera la parcelle le long des rues du Landy, Cristino-Garcia et Henri-Murger, une voie en limite d’Aubervilliers. Et les pelleteuses entameront leur ronde jusqu’en 2011 pour la construction du premier groupe scolaire intercommunal. 24 classes réparties entre écoles maternelle et élémentaire, un centre de loisirs, plus un gymnase ouvert aux habitants du quartier : le programme a été soumis à quatre cabinets d’architectes qui avaient été retenus en juillet dernier (1). Le mercredi 22 octobre, leur projet a été examiné par un premier jury… au centre de loisirs Robespierre. Avec Anouar, leur animateur, les dix enfants âgés de 8 à 12 ans se sont rendus le matin sur le site. Et l’après-midi, ils ont rempli chacun leur grille d’appréciation, d’après les dessins et plans présentés par Julien Herbert, ingénieur au département maîtrise d’ouvrage et programmation de la direction municipale de l’architecture.

« Venez d’abord regarder », leur lance-t-il, avant tout commentaire, que fusent déjà les cris d’enthousiasme. « C’est celui-là le meilleur ! » Le projet se confirmera en effet comme le favori. L’œil est assuré et les questions ne manqueront pas de pertinence. Seul point de repère entre les dessins et l’existant, la halle Eiffel, conservée, abritera le gymnase dans sa partie haute. « Pourquoi mettre la cantine en bas ? Il y en a qui vont manger quand les autres vont jouer en haut, ça va faire un peu de bruit », s’inquiète Linda, finalement convaincue des explications de Julien Herbert sur la commodité d’un tel partage dans cette bâtisse de 15 mètres de haut. « Et la cour de récréation, elle est grande comment ? » 1500 m2 en élémentaire, et 1300 en maternelle, c’était la norme imposée. Comparée à la cour qu’ils ont sous les yeux, la superficie leur paraît confortable. «Oui, mais l’école est plus grande ! » Julien Herbert leur avait-il parlé de la relative exiguïté de la parcelle (5500m2) ? Ils s’interrogent en tout cas sur la forme du bâtiment, en T ou en U, la plus judicieuse pour gagner en espace de plein air.
Ils critiquent, pour deux projets, la distribution de part et d’autre d’un long couloir des salles de classe que l’ensemble des architectes situe aux deux étages. Quant à l’aspect général du bâtiment, il inspire des réflexions souvent sans appel. Le projet n°2 est repoussé sans ménagement pour son habillage de panneaux de bois, qui évoquent à l’une une forêt touffue, à l’autre les barreaux d’une prison. Le n°3 rappelle par l’austérité de son volume, plutôt massif, « une église, c’est pas gai ». Ou « un orphelinat » comme dit Aymen, pourtant séduit par les motifs d’inspiration orientale qui en orne la façade en bois, un matériau d’ailleurs imperceptible sur le dessin. Quant au n°4, il ne fait pas illusion, malgré sa volonté de séduire par des toits terrasses où s’ébattent des enfants, et son ruisseau dans la cour de récré. « C’est dangereux », jugent-ils comme pour qualifier ce travail de pas sérieux.
Désigné d’emblée, le favori, lui, cumule les atouts. « On dirait un collège », dit Maeva. « C’est plein de couleurs, c’est créatif », ajoutera Stacy. Julien Herbert le promet : leurs remarques seront transmises par la commission technique, dont il fait partie, au jury qui tranchera le 7 novembre.
Marylène Lenfant

(1) Les quatre cabinets d’architectes, Atelier Kaba, K Architectures, Devaux et AAVP, avaient été sélectionnés parmi 160 candidats.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur