En ville

Tranquillité publique
/ Les médiateurs de nuit gagnent du terrain

La zone d’action des médiateurs de nuit s’étend désormais jusqu’aux berges de Seine du quartier Confluence.
Les médiateurs de nuit sortent du centre-ville pour agir dans les quartiers Porte-de-Paris et Gare. © Yann Mambert (Archives)
Les médiateurs de nuit sortent du centre-ville pour agir dans les quartiers Porte-de-Paris et Gare. © Yann Mambert (Archives)

La médiation nocturne s’étend. Depuis le 1er octobre, la zone d’action de ses gardiens de la nuit s’est élargie au quartier Confluence jusqu’aux berges de Seine – du 6b au nord jusqu’au groupe scolaire Pina-Bausch au sud. C’est une nouvelle extension, après celle opérée dans la cité Paul-Langevin, située dans le nord de la ville, en février 2019.

Au fur et à mesure, les médiateurs nocturnes sortent du centre-ville, le cœur de leur périmètre, déjà agrandi au secteur de la Porte de Paris il y a deux ans en mars 2017. Aujourd’hui, leur périmètre s’étend grosso modo de la gare à l’ouest de la ville jusqu’au TGP au nord, en longeant la ligne de tramway du T1 jusqu’au cimetière de Saint-Denis, puis en descendant au parc de la Légion d’honneur plus au sud.

LIRE AUSSI : les médiateurs de nuit renforcent leur présence
 

Prévention et gestion de conflits

« On est connu et reconnu par l’ensemble des Dionysiens et les différents acteurs de terrain », estime Nicolas Hédouin, le directeur des médiateurs de nuit, directeur du Groupe d’intérêt public (GIP) de la médiation nocturne depuis trois ans. Créé en 2011, à l’initiative de la municipalité qui finance la structure à 70%, le GIP réunit aujourd’hui les bailleurs sociaux Plaine Commune Habitat, Immobilière 3F, Antin Résidences, la Poste ainsi qu’Indigo (parkings du centre-ville) et l’hôtel Novotel du groupe Accor depuis septembre.

« On a une bonne synergie avec tous les acteurs locaux de la prévention », explique son directeur, qui ne veut pas que le grand public se méprenne sur l’action des médiateurs de nuit, qui ne sont ni des policiers, ni des pompiers, ni des agents de sécurité, insiste-t-il.

Ces vigies nocturnes travaillent du mardi au samedi de 18 h à minuit (jusqu’à 1 h du matin les vendredis et samedis). Ils passent la plupart de leur temps en maraude dans les rues de ce grand centre-ville, la plupart du temps à faire de la prévention et de la gestion de conflits (disputes entre voisins ou incivilités par exemple). Mais ils doivent aussi gérer des situations impliquant des personnes droguées ou alcoolisées, s’interposant parfois lors de bagarres violentes. Face aux médias, le directeur fait attention au moindre mot qu’il emploie, de peur qu’elles nuisent à ses médiateurs de nuit en première ligne sur le terrain. 

En 2017, outre le directeur et une employée qui s’occupe de l’administratif, le GIP est passé de 11 à 14 agents (11 hommes et 3 femmes). «Depuis trois ans, le GIP est monté en puissance en termes humain et financier. On a une grande stabilité au sein de la structure », se satisfait Nicolas Hédouin, qui explique que l’agrandissement du périmètre se fera pour l’instant à effectif constant. À quelques mois des élections municipales 2020, il reste évasif sur le développement et l’avenir de la structure. « Le GIP se pérennise. Il est amené à s’agrandir sur des projets futurs. » Sans vouloir en dire plus pour l’instant.

Aziz Oguz

Réactions

Bonjour. J'ai du mal à voir la valeur ajouté de cette structure vu l'état du centre ville et l'absence de lien direct avec les forces de polices présentes de la ville. Je comprends que le directeur reste évasif... il est clair que la structure est lié à l’élection de Laurent Russier...
Aussi efficace que les brigades vertes.
Merci pour leur travail, ils sont toujours là quand j'ai eu besoin. Se sont des agents de terrain professionnels et à l'écoute.
bonjoure a vous mediateur de la nuit noublion pas que les mediateur travaile avec baucopu d energie pas facile de se fair respecte sur l espace publique toujour active il sont 14 mediateur pour 140 000 mille habitan a saint denis la plus pare des mediateur on une vit de famille des enfant et un ceur nous travaillon avec tous le public peti grand vieux jeune la main sera toujour tendu pour tous le monde sont d ixtinquetion meme avec les sent abri
Deux commentaires: - Il est intéressant de constater qu'il n'y a pas ici de problème de recrutement ou de turnover comme pour la police municipale... Je pense qu'il serait intéressant que le JSD, dans un souci journalistique, se penche sur la PM, car on voit certaines émerger sur les réseaux sociaux des lettres de syndicats dénonçant de très graves dysfonctionnement de son management. - Qu'il soit nécessaire d'étendre le périmètre des médiateurs de nuit n'est pas nécessaire une bonne chose. C'est aussi une indication d'une dégradation de l'environnement général de vie à Saint Denis.
Je tenais à féliciter les médiateurs pour la paix qu'ils apportent en centre ville. Je réside place du Caquet et grâce eux. Je peux dormir. Et ce sont des gens avec la main sur leur coeur. Merci pour la qualité du travail. Hakim
Ils sont à l’écoute et aide quand ils le peuvent ,utile et nécessaire dans cette ville .
Bonjour Message a lulu arrête avec ton pseudo bidon et donne ton vrai nom vous cracher chien sur ceux qui vous nourrissent moi je dit vive la PM vive les médiateurs de nuit qui font un vrai boulot dur par contre virer les agents de l'environnement qui eux servent a rien a part resté assis toute la journée sur les bancs au parc de la légion d'honneur
Bonjour Mdrrrr, Vous faites vous-même usage d'un pseudonyme, mais passons. Franchement je ne vois pas où je critique le personnel des médiateurs de nuit, merci de me l'indiquer. Oui il font un vrai boulot. Mon avis en tant que citoyen est toutefois que ce boulot revient à la police municipale. Et quand on parle de la police municipale, le seul argument qui vient en bouche pour défendre de ne pas la renforcer sont les problèmes de recrutement et de fidélisation des agents, ce à quoi je réponds qu'il est étrange que ces mêmes problèmes ne soient pas observables ailleurs, par exemple chez les médiateurs de nuit. Je partage votre opinion concernant les agents de l'environnement.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur