À la une En ville

JOP 2024
/ Les Jeux, c’est du boulot

Ministres, responsables des collectivités territoriales, du Medef, etc., une vingtaine de personnalités étaient réunies le 4 avril à l’Usine pour dévoiler les premières mesures afin de mieux répartir les retombées économiques.
Le 4 avril, à l’Usine, une vingtaine de personnalités dont Patrick Braouzec, Valérie Pécresse, et Murielle Pénicaud étaient réunies pour l'annonce des premières mesures pour l'emploi.
Le 4 avril, à l’Usine, une vingtaine de personnalités dont Patrick Braouzec, Valérie Pécresse, et Murielle Pénicaud étaient réunies pour l'annonce des premières mesures pour l'emploi.

Il y a moins de deux ans encore, c’était l’exemple dont devait s’inspirer Paris en vue de 2024. Du côté des politiques, les Jeux olympiques et paralympiques de Londres en 2012 étaient vantés pour le renouveau urbain dont avaient bénéficié les quartiers les plus pauvres. Et parmi les personnalités du monde sportif, tel Tony Estanguet, on s’enthousiasmait des moyens qui avaient été mis en œuvre pour aboutir à une moisson de médailles. Aujourd’hui, Londres est le contre-exemple même de ces Jeux « inclusifs et solidaires » qu’on entend promouvoir.

« Faute d’avoir anticipé, ils ont recruté massivement des travailleurs détachés d’autres pays. Ce que je ne veux pas », lançait Muriel Pénicaud, ministre du Travail, le jeudi 4avril. À son côté ce jour-là, personnalités politiques, sportives et du monde économique (1) étaient réunies à l ’Usine pour l’annonce des premières mesures répondant aux engagements « pour des opportunités économiques et d’emploi pour tous », selon l’intitulé de cette rencontre.

LIRE AUSSI : JO 2024, l'avis des citoyens compte
 

À la suite de la Charte sociale signée par les organisations patronales et syndicales, la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo), avait adopté en juillet une Charte en faveur de l’emploi et du développement territorial. Celle-ci prévoit une clause d’insertion pour réserver 10% des heures travaillées aux personnes éloignées de l’emploi. Et elle ambitionne pour les TPE-PME que leur reviennent 25% du montant global des marchés. Soit quelque 750 millions d’euros. Pour ces entreprises, un site d’informations (entreprises2024.fr) a été mis en ligne. Et pour celles de l’économie sociale et solidaire, une Plateforme solidaire Paris 2024 (impact2024.org) a été concoctée par le Centre Yunus et la Maison des économies solidaires et innovantes financée par la Ville de Paris.

Quant aux emplois créés pour la préparation et le déroulement des Jeux, ils vont faire l’objet avec Pôle Emploi de « la première agence virtuelle à emplois étiquetés JO », annonçait la ministre du Travail. Mais pour les deux ans à venir avant le démarrage des chantiers, priorité va être donnée à la formation et à l’insertion. Entre autres projets, l’un à l’initiative de Plaine Commune et de la Ville de Paris devrait bénéficier à 1000 personnes (dont 500 de ce territoire), des moins de 30 ans aux « seniors ». Ils suivront pendant six à quinze mois des parcours d’insertion en préalable à des formations qualifiantes, et avec le suivi d’un coach sportif. Il en coûtera près de 7millions d’€, dont 5 subventionnés par l’État.

Des coaches d’insertion par le sport vont être eux aussi formés pour « accompagner vers l’emploi » 3 000 jeunes des quartiers prioritaires. 2,7millions d’€ vont être débloqués par l’État pour ce projet porté par l’APELS, Agence de l’éducation par le sport, et l’association Fais-nous rêver. Enfin, 600 jeunes « qui ont déjà un engagement sportif » seront recrutés par le biais des clubs et fédérations pour un « retour à l’emploi durable » avec Sport dans la ville, association d’insertion par le sport, dotée pour ce projet de 1,6million d’€ par l’État. 
 

 

150 000 emplois répertoriés

Également mobilisée avec un apport de l’État d’un milliard d’€, la Région va financer pour 722 millions d’€ sur quatre ans des formations professionnelles, dont 1300 dans le bâtiment et 1600 dans l’hôtellerie et la restauration. Mais alors qu’en 2016, les emplois créés à l’occasion des JOP étaient estimés à 250000, le CDES, Centre de droit et d’économie du sport, a revu à la baisse son évaluation. En chiffrant ceux qui sont « directement mobilisés », ce sont 150000 emplois qui sont répertoriés dans sa récente cartographie par catégories d’activités. Dont 11 700 dans la construction, 78 300 dans l’organisation et 60000 dans le tourisme. Mais en termes de « répartition temporelle », la courbe qui atteint son pic entre 2022 (pour la construction) et 2024 (pour l’organisation) s’interrompt brutalement, au lendemain de l’événement. Le CDES n’en table pas moins sur un « héritage emploi » dans les secteurs qui auront le plus recruté, sécurité, propreté, service en restauration-café… Dans ces métiers peu qualifiés aujourd’hui « en tension durable de recrutement », parce que pénibles et mal payés, les soutiers de la fête olympique devraient permettre « d’élargir le vivier de candidats » !

Marylène Lenfant
 

(1) Notamment présents les ministres de la Cohésion des territoires et des Sports, les présidents de Région, du Conseil départemental, de Plaine Commune, d’Est Ensemble, du CO Paris 2024 et de la Solideo, le maire de Saint-Denis, la vice-présidente du Medef.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur