En ville

Mouvement social
/ Les habitants soutiennent les hospitaliers

Rassemblement des hospitaliers de Delafontaine place du Caquet, samedi 30 novembre. © Yann Lalande
Rassemblement des hospitaliers de Delafontaine place du Caquet, samedi 30 novembre. © Yann Lalande

« Nous voulons sensibiliser la population à la sauvegarde de l’Hôpital public », voilà résumé par Sandra, auxiliaire de puériculture, l’initiative de ce samedi 30 novembre.

Place du Caquet ils sont une vingtaine de personnel des différents services de Delafontaine à inviter la population à signer la pétition réclamant un plan pour sauver l’Hôpital public. Ils sont déjà 238 000 dans toute la France à avoir emboîté le pas à Marie Desplechin, auteure du texte. Et quelques centaines de Dionysiens de plus depuis le 30 novembre. En 20 minutes, plus de 200 habitants ont couché leurs noms sur les feuilles d’émargement tenues par Sandrine, dont le service radiologie a rejoint la grève des urgentistes récemment, ainsi que la maternité.

LIRE AUSSI : L'hôpital public à bout de souffle

Koro, dont deux des trois enfants sont nés à Delafontaine vient de signer, tout comme Nicole : « Ma fille est aide-soignante en chirurgie pédiatrique à l’hôpital et elle me dit souvent qu’elle en a par-dessus la tête de ses conditions de travail. Elle se retrouve parfois seule avec 14 patients. » Fort du soutien de la population, les personnels hospitaliers n’entendent donc pas baisser pavillon dans le bras de fer engagé depuis plusieurs mois avec le gouvernement. Les dernières annonces de ce dernier sont loin d’avoir satisfait. Au contraire, à Delafontaine le mouvement s’étend dans les services et est désormais soutenu par une quarantaine de médecins. Tous seront de nouveau dans la rue le 17 décembre pour demander plus de lits, des embauches et des hausses de salaires. 

Yann Lalande 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur