Cultures

Documentaire
/ Les Défricheurs : pas un film sur « la banlieue »

Dans ce film documentaire sensible, sans fioritures ni clichés, le sociologue Fabien Truong et le réalisateur Mathieu Vadepied ont suivi les trajectoires de trois anciens élèves du lycée Paul-Éluard, de la préparation du bac au moment de leur accès aux études supérieures.
Faïda, Amine et Brandon, les trois protagonistes du documentaire Les Defricheurs.
Faïda, Amine et Brandon, les trois protagonistes du documentaire Les Defricheurs.

Qu’est-ce que la réussite ? L’interrogation se profile tout le long du film documentaire Les Défricheurs, A la conquête du bac et d’une vie après, du sociologue Fabien Truong et du réalisateur Mathieu Vadepied, présenté en avant-première mercredi 19 juin au cinéma Les 7 Batignolles à Paris, en présence de l'équipe du film. Ce documentaire de 52 minutes dresse le portrait de trois anciens élèves du lycée Paul-Éluard : Faïda, Amine et Brandon. En juin 2016, période où commence le film, ces lycéens en terminale préparent l’examen du bac avec appréhension. Chaque semaine, ils écoutent d’anciens élèves de leur établissement raconter leur propre expérience de vie post-bac. Ces échanges leur donnent un avant-goût de ce qui les attend, une fois le sésame en poche. Une scène du film s’attarde notamment sur Grace, étudiante en classe préparatoire. Cette ancienne de Paul-Éluard témoigne avec entrain du travail à fournir si on veut faire « une prépa », formation « élitiste » et « pas facile » qui prépare aux grandes écoles. 
 

 

Parole de jeunes

La caméra va suivre de près Brandon, Faïda et Amine pendant deux ans et demi. Elle s’introduit chez leurs familles – un choix cinématographique qui n’a pas toujours été accepté par les trois protagonistes –  trouve une place au sein de leurs cercles d’amis, laisse émerger la parole de jeunes qui savent de quoi ils parlent. Ils vont se confier sur leurs choix d’orientations, leurs envies et leurs échecs. Alors que Brandon a été admis en prépa économique dans un « internat de la réussite », situé dans 16e arrondissement de Paris et qu’il doit s’habituer à « faire les courses seul » ainsi qu’à son nouveau cadre de vie, Faïda, qui rêve de devenir avocate, choisit d’étudier le droit. Le spectateur la retrouve en première puis deuxième année à l’université René-Descartes, peu à peu hésitante sur son choix d’orientation. Quant à Amine, il a choisi de faire une STAPS afin de devenir professeur de sports. En parallèle, celui qui habite à L’Île-Saint-Denis travaille dans un accueil de loisirs. Poursuivre la STAPS va s’avérer difficile pour lui, en raison entre autres d’un manque de motivation et de problèmes extérieurs. Notamment, la mort de son ami par balles qui est racontée dans le documentaire par la maman du protagoniste. Ce sujet évoqué sans insistance permet au spectateur d'entrevoir tout de même la toile de fond d'un certain quotidien vécu par ces jeunes. Fait-il partie d'un des fils conducteurs permettant aux réalisateurs du film de « rester à la hauteur de ces trois jeunes » ? 

LIRE AUSSI : « Les territoires pour l’éducation populaire »
 

« Un film sur la transmission »

« Pour nous, c’était très important de dire qu’on ne réussit jamais tout seul », a expliqué le réalisateur Mathieu Vadepied lors d'une discussion avec le public lors de l’avant-première du film mercredi 19 juin. « Avec Les Défricheurs, on a essayé de faire un film sur la transmission », a continué le professeur de sociologie à l’université Paris 8 Fabien Truong. Également présent à l’avant-première, Jean-Pierre Aurières, professeur d’histoire-géographie à Paul-Éluard, s’est dit « ému » de voir ses anciens élèves à l’écran. « C’est grâce à lui si on est là aujourd’hui », ont remercié les trois héros du documentaire. Ce professeur impliqué est « à l’origine de plein de vocations et d’envies » a réagi Djamel Bensalah, propriétaire du cinéma Les 7 Batignolles mais aussi ancien élève du professeur. Loin d’être un film sur la banlieue, Les Défricheurs pose des questions simples mais pertinentes : qu’est-ce que signifie poursuivre des études lorsqu’on vient d’un milieu social modeste ou qu’on habite dans une ville populaire au quotidien pas toujours facile ? Comment ne pas se sentir déterminé socialement et prendre sa place dans la société ? 

LIRE AUSSI : Interview de Fabien Truong à propos de l'enquête Inch'Allah : « L’islamisation, ça ne veut rien dire »

Yslande Bossé

Les Défricheurs sera diffusé sur France 3, L’Heure D, le 1er juillet 2019. Et en replay sur France TV (1er au 31 juillet 2019)

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur