À la une En ville

Confinement
/ Les commerces rouvrent au compte-goutte

Des commerçants, notamment des restaurateurs, n'ont pas attendu la fin du confinement pour rouvrir. Mais la grande majorité des commerces restent toujours fermés.
Le restaurant Bosphore a rouvert le mercredi 15 avril dernier, uniquement en livraison et à emporter
Le restaurant Bosphore a rouvert le mercredi 15 avril dernier, uniquement en livraison et à emporter

Ce lundi après-midi, ils sont quelques clients à attendre leurs commandes sur le trottoir. Masque à la bouche, Huseyin est derrière sa caisse enregistreuse installée à l’entrée du Bosphore. A l’intérieur de ce restaurant turc, trois employés préparent les döners kebabs et autres grillades.

Cette institution dionysienne, située juste en face de la station de tramway de la place du 8 mai, est rouverte depuis mercredi 15 avril dernier. Deux jours plus tôt, lors de sa dernière allocution, le Président de la République, Emmanuel Macron, a repoussé la réouverture des restaurants au-delà du 11 mai, sans donner de date. Jusqu'à nouvel ordre, seul est autorisé la vente à emporter et en livraison.

LIRE AUSSI / Covid- 19 : le marché de Saint-Denis restera fermé

Comme quelques autres restaurateurs, les propriétaires du Bosphore n’ont donc pas voulu attendre la fin du confinement pour lever le rideau. Mais cette réouverture partielle permet à peine de limiter la casse. « On a perdu 70% de notre chiffre d’affaires », explique Nesemi Agva, l’un des patrons. Le restaurant compte une douzaine de salariés. Mais actuellement, seuls quatre d’entre eux travaillent.

D’habitude ouvert jusqu’à 23 heures du soir, le Bosphore doit fermer à 20h, comme les autres commerces. Le responsable aimerait au moins ouvrir jusqu’à 22h.« En plus, il y a bientôt le Ramadan [du 23 avril au 23 mai]. Cela va être pire pour nous », explique le responsable.

Pour tenir le coup, il a demandé un prêt à la banque. Il a surtout obtenu de son propriétaire un gel du loyer. « Mais on devra quand même payer après », pointe-t-il. Les dettes s’accumulent. L’argent ne rentre pas assez dans les caisses. « Si l’Etat ne nous aide pas, cela va être très difficile », prévient le patron qui dit n’avoir touché pour l’instant aucune aide.

La vente à emporter n'a pas suffi

Ses marges, elles, se sont réduites. « Les prix des matières premières ont augmenté, comme les frites, les légumes, les sauces, etc. Même Uber Eats a augmenté sa commission », se plainte-t-il. Déjà vendu 8,5 euros en livraison sur la plateforme numérique (contre 6 euros à emporter), le restaurateur pense à vendre le sandwich döner à 9 euros.

Mais si certains ont pu ouvrir, ce n’est pas le cas de la majorité des autres restaurants de Saint-Denis, en particulier des bistrots. Situé à quelques pas du Bosphore, le Friends, un fast-food façon mcdonald's, a ouvert deux jours, mercredi et jeudi dernier, avant de refermer. « On voulait ouvrir pour sauver les meubles, mais on n’a pas fait pas assez de chiffres. La vente à emporter ne suffisait pas. Ma clientèle, c’est plus des familles et des étudiants qui viennent se poser en groupe. En ouvrant, j’avais plus de pertes, avec les charges à payer, l’électricité, le gaz, les stocks invendus que tu jettes, etc. », explique Hasan, l’un des gérants. Il a donc laissé ses employés au chômage partiel. Il s’est arrangé avec son propriétaire pour ne pas payer de loyer tant qu’il resterait fermé. Il ne rouvrira son restaurant qu’au moment où il pourra recevoir sa clientèle sur place. En attendant, sa situation est « critique », explique-t-il.

Le vendeur de jeux vidéo Maxxi Games a rouvert 

Des commerces non-alimentaires ont aussi fait le choix de rouvrir quand ils le pouvaient. C’est le cas par exemple de Maxxi Games, boutique de jeux vidéo à proximité de la place du 8-Mai. Le magasin, ouvert uniquement l’après-midi, accueille ses clients sur le pas de porte, où un comptoir a été installé à l’entrée.  

La librairie Folies d’encres a annoncé qu’elle rouvrirait le mardi 12 mai à 10h. « Nous le ferons en respectant la règlementation officielle sur l’accueil dans les commerces, ce qui supposera certains aménagements et contraintes que nous essayerons de rendre les moins désagréables possibles, pour toutes et tous », a-t-elle prévenu ses clients.

A côté des boulangeries, boucheries ou superettes, quelques autres commerces sont restés ouverts depuis le début du confinement. Dans le centre-ville, le restaurant Little Burger a par exemple continué les livraisons et la vente à emporter. Le fromager de la Place au fromage et la cave de la Vinothèque ont très vite repris du service. Mais la majorité des autres commerces (prêt-à-porter, opticien, cosmetique, etc.) restent fermés. 

Aziz Oguz

Réactions

Bonjour. Des années d'absence de commerces de bouches de qualité a eu pour conséquences de favoriser Carrefour et les commerces précaires comme le marché. C'est le défaut de Saint Denis, d'avoir le plus grand marché de d'ile de France juste pour se gargariser dans le jsd. J'avais déjà préconisé de sédentariser des commerces dans la halle et de supprimer un jour de marché (notamment le mardi) pour avoir une vrai offre quotidienne de produits de qualité... Tout se paie d'une façon ou d'une autre. L’incurie a vouloir favorisé des sandwicheries et les commerces bas de gammes, ont pour conséquences de réduire l'offre commerciale et surtout réduire la proximité. Une ville doit s'organiser et diriger. Depuis des années, c'est de l'improvisation qui révèle l'amateurisme d'élus mal élus.
Supprimons les boutiques qui ne servent pratiquement à rien comme les nombreux kebabs, la multitude de salons de coiffure etc... Il faut plutôt avoir de nombreux commerces de qualité que ces commerces soient dignes de ce nom comme cela existait jadis avant. Aujourd'hui cela a disparu. On est obligé d'aller faire nos courses qu'ailleurs de Saint-Denis
Avec le confinement, on s'aperçoit encore plus de la pauvreté de la population, des commerces. Il faut vraiment retrouver un équilibre dans cette ville.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur