Cultures

TGP
/ Les cendres encore fumantes de la guerre d’Algérie

Deux Dionysiennes, Margaux Eskenazi et Alice Carré, exhument le souvenir de la « sale guerre ». Quand le théâtre brise les tabous.
Créé en janvier 2019 à Mantes la Jolie, le spectacle a été joué à Stains et au festival d’Avignon dans le off. © Loïc Nys
Créé en janvier 2019 à Mantes la Jolie, le spectacle a été joué à Stains et au festival d’Avignon dans le off. © Loïc Nys

Et le cœur fume encore est un spectacle d’une rare intelligence. Intelligent et nécessaire sur une période dont on parle peu désormais et qui, au fil des ans, s’enfouit au fond des mémoires hésitantes. Il porte sur la guerre d’Algérie, ou plutôt questionne, justement, sa mémoire et ses oublis aujourd’hui. Il a été conçu par deux jeunes femmes de théâtre qui n’ont bien sûr pas connu cette période, mais dont le sérieux du travail de recherche et le sens de la scène en font un spectacle remarquable.

Créé en janvier 2019 à Mantes-la-Jolie, puis présenté au Studio Théâtre de Stains et avec un grand succès au dernier festival d’Avignon off, Et le cœur fume encore sera sur la grande scène du TGP du 7 au 20 décembre. Co-écrit et mis en scène par Margaux Eskenazi et Alice Carré, par ailleurs toutes deux dionysiennes, il est construit comme une succession de saynètes mêlant souvenirs exprimés et tus, parfois refoulés, de destins brisés d’appelés du contingent, de militants du FLN en Algérie et en France, d’harkis, de pieds-noirs, d’intellectuels, de fascistes de l’OAS, de gens du peuple... Rien n’est occulté de cette histoire portée par des comédiens et comédiennes remarquables de justesse qui font que la rigueur historique et l’émotion des situations sont intimement liées.

LIRE AUSSI / PCMMO : coup de projecteur sur l'Algérie 

« C’est une période fortement inscrite dans les mémoires familiales mais, par volonté politique, officiellement tombée dans l’oubli en France » remarque Alice Carré. À partir de ce constat les deux co-autrices ont donné vie à une constellation de personnages et de parcours qui montre que rien n’est simple et que le temps ne fait rien à l’affaire. « Tous ces destins ont été brisés par la guerre, mais pas de la même manière, et donc les souvenirs, et encore plus les amnésies, véhiculent ces différences. Ce tabou vieux de près de soixante ans participe au paysage politique d’aujourd’hui et devient aussi un facteur d’exclusion sociale », explique Alice Carré.

Yacine, Glissant, Djébar convoqués

Elle et sa complice ont travaillé à partir de faits historiques, de témoignages vécus et de paroles d’historiens, d’associations, d’intellectuels et de poètes qui leur sont apparus très vite porteurs d’un grand potentiel théâtral. Apparaissent également des extraits de textes de Kateb Yacine, d’Édouard Glissant, d’Assia Djébar, de Jack London...

Elles ont conçu leur spectacle comme une succession d’événements chronologiques allant de 1955 et la création des SAS (Sections administratives spécialisées) par Soustelle pour promouvoir et « pacifier » l’Algérie française à... 2005, qui marque l’élection d’Assia Djébar à l’Académie française.

« Nous avons élaboré un parcours en deux parties : la première concernant la guerre d’Algérie et la seconde ses traces dans les mémoires, au sein des vies personnelles, intimes et dans le paysage politique français, » ajoute Alice Carré. Sans concession, tous les volets de ce qu’on a appelé une « sale guerre » sont abordés, à travers ce qui est dit mais aussi ce qui fut caché ou indicible.

« À quoi ça sert de parler ? » demande l’un des personnages. « À connaître son présent et à bâtir l’avenir », lui répond-on. « C’est le silence des pères qui a fait l’ignorance des enfants », dira bien plus tard Assia Djébar.

Benoît Lagarrigue

Et le cœur fume encore, de Margaux Eskenazi et Alice Carré, mise en scène de Margaux Eskenazi, du 7 au 20 décembre au TGP (59, boulevard Jules-Guesde), salle Roger-Blin, du lundi au samedi à 20h, dimanche à 15h30, relâche le mardi. Durée : 2h Tarifs : 6€ à 23€. Réservations: 0148137000; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Et toujours la,même propagande: "les militants du FLN en France et en Algérie, les facsistes de l'OAS... Pour vous aussi, il y a le terrorisme estimable ( devinez lequel!) et le terrorisme execrable ( l'autre!). MAis cette grosse ficelle de la manipulation est maintenant inopérante. Dommage pour vous.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur