À la une En ville

Les abeilles font le buzz

Sur les toits de l’université Paris 8 ou à la Ferme urbaine, des passionnés d’abeilles s’occupent du « plus grand rucher urbain d’Europe »
A l'université Paris 8, étudiants et personnels administratifs peuvent s'adonner à l'apiculture.
A l'université Paris 8, étudiants et personnels administratifs peuvent s'adonner à l'apiculture.

Combinaison blanche sur le dos, enfumoir et lève-cadre américain en mains, une dizaine d’étudiants et de personnels administratifs profitent de la pause déjeuner pour s’adonner à leur nouveau hobby : l’apiculture. 

Depuis septembre 2017, 6 ruches bourdonnent sur le toit de Paris 8, l’université de Saint-Denis. C’est Marie Philémon, documentaliste au service information, orientation et insertion professionnelle de la fac, et accessoirement passionnée d’apiculture (elle a des ruches dans son jardin depuis 2011), qui a lancé le projet il y a un an et demi. Avec un objectif simple : « sensibiliser les étudiants à la question du climat et de la biodiversité ». Elle dirige une option d’enseignement complémentaire, pour lequel les élèves sont notés, et organise aussi un atelier pour les volontaires. Ils se rassemblent une fois par semaine pour apprendre à s’occuper des abeilles. Marie dirige ce petit groupe dans une ambiance bon enfant.

EN IMAGES : Réchauffement climatique : les abeilles sont déjà de sortie
 

Inspection des ruches

La mission du jour est d’aller regarder comment se portent les deux dernières ruches qui n’ont pas encore été inspectées. Mais d’abord il faut bien vérifier que les combinaisons sont correctement mises en place [et ne pas laisser un gros trou au niveau du cou, comme l’auteur de ces lignes…] ; la semaine dernière, une personne s’était fait piquer, sans gravité heureusement. Les apiculteurs en herbe placent dans l’enfumoir de la paille compressée et de la ficelle : la fumée calme les abeilles, en les empêchant de bien capter les phéromones de leurs congénères. Tandis qu’Anthony, en licence 3 de droits, ouvre la première ruche, un nuage d’abeilles s’en dégage. C’est très impressionnant. À l’intérieur, c’est un peu décevant. Ni miel, ni larves. La ruche n’a pas l’air très en forme. Marie Philémon verse un peu de glucose liquide dans le réservoir au-dessus de la ruche, pour que les abeilles reprennent des forces. 

LIRE AUSSI : PLUi, les nouveaux toits seront végétalisés

 

Production de miel

Ces butineuses reviennent de loin. En novembre 2018, les agents de maintenance de l’université ont épandu du glyphosate sur le toit de l’université, apparemment pour désherber. La moitié des abeilles n’ont pas survécu. La deuxième ruche inspectée a été même totalement détruite par le pesticide. Mais depuis, un essaim s’est réinstallé. En inspectant précautionneusement les casiers, on peut voir des larves, du pollen, du miel, le signe que la ruche est en bonne santé. Raoul et Paola, tous les deux étudiants à Paris 8, sont sous le charme : « Cet atelier est une excellente manière de faire vivre la fac, et de se réapproprier l’espace en dehors du cadre scolaire. »

À quelques centaines de mètres, d’autres abeilles font le buzz. À Zone Sensible – au sein de la ferme urbaine de Saint-Denis gérée de concert par le Parti Poétique et les Fermes de Gally – 28 ruches ont été établies en 2018 à l’ombre de quelques arbres. Olivier Darné est un précurseur. En 2000 il réussit à convaincre le maire de Saint-Denis de l’époque, Patrick Braouezec, qu’il est possible d’installer des ruches sur le toit du centre administratif. Il commence avec quatre. C’est la première fois qu’une ville en Europe se lance dans un tel projet. Depuis, il en a installé près d’une centaine sur tout le territoire de Saint-Denis : à EDF Pleyel, Vente.privée et aussi au parc de La Villette. Et dans le même temps, l’abeille est devenue à la mode. « Aujourd’hui, il y a même des start-up qui se lancent dans l’abeille…, regrette-t-il. L’expérience que nous proposons avec le Miel Béton est différente : c’est une mission de service public », insiste Olivier Darné. À la frontière entre performance artistique, sensibilisation à la biodiversité… et apiculture !

En 2018, 500 kg de miel ont été produits. Un miel excellent d’ailleurs, qui n’a absolument rien à envier au miel rural. À Paris 8, on produit moins de miel (17 kg l’an passé), mais on crée des vocations. Raoul espère pouvoir installer des ruches dans le jardin de chez ses parents. Voire pourquoi pas se lancer dans une formation d’apiculteur ? En tout cas il pense bien aller au « Pollen club », un atelier de formation lancé par Olivier Darné, tous les samedis à Zone Sensible (1).

Arnaud Aubry

Le Miel Béton est en vente à l’Office de tourisme de Saint-Denis (1, rue de la République) et à Zone Sensible le samedi (Facebook @ zonesensible). Le miel de Paris 8 sera en vente après la récolte aux alentours du 10 septembre (www.univ-paris8.fr). (1) Atelier gratuit dans la limite des places disponibles sur réservation public@parti-poetique.org en laissant ses coordonnées téléphoniques pour confirmer l’inscription.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur