À la une En ville

Pleyel et Porte de Paris
/ Les échangeurs autoroutiers drainent des inquiétudes

Davantage de voitures et de pollutions, c’est la crainte exprimée par des habitants de Pleyel lors de la dernière réunion d'enquête publique. Ils sont opposés au réaménagement des bretelles des autoroutes A1 et A86 porté par la Dirif. Ils proposent un projet alternatif.
Le collectif Pleyel à Venir estime que la nouvelle configuration engendrerait 30% de trafic supplémentaire dans leur quartier.
Le collectif Pleyel à Venir estime que la nouvelle configuration engendrerait 30% de trafic supplémentaire dans leur quartier.

« Est-ce que vous-vous moucheriez là-dedans ? Moi, non », leur lance Benjamin Darras. Habitant de Pleyel, il tend aux responsables de la Direction des routes d’Île-de-France (Dirif) un mouchoir taché de noir qu’il a essuyé sur le rebord d’une fenêtre de son domicile, et « non contre un pot d’échappement », précise ce membre du collectif Pleyel à Venir. Ce mercredi 15 mai, à la bourse du travail, ils sont comme lui plusieurs riverains de son quartier parmi la centaine de personnes venues avec un bout de papier sale. Cette première réunion sur le réaménagement des échangeurs autoroutiers de Pleyel et de la Porte de Paris entre dans le cadre d’une enquête publique, qui s’étale du 6 mai au 15 juin (1). Encore plus de voitures et de pollutions, c’est la crainte des habitants du secteur Pleyel, opposés au réaménagement porté par la Dirif. Pourtant, cet organisme de l’État promet d’améliorer la situation mais à l’échelle… globale du territoire.

En quoi consiste ce projet qui soulève l’inquiétude des habitants ? Pour faire simple, la ville est traversée par deux autoroutes : l’A1 sur un axe nord/sud et l’A86 d’est en ouest. Celles-ci se croisent au niveau du Stade de France mais elles ne sont pas directement reliées entre elles à Saint-Denis. Aujourd’hui, des véhicules passent donc de l’une à l’autre en empruntant la route N410 sur le boulevard Anatole-France, axe qui relie la Porte de Paris au quartier Pleyel. La Dirif a l'objectif de supprimer les bretelles de sortie et d’entrée de l’A1 au niveau de la Porte de Paris pour tarir ce trafic de transit qui passe par le boulevard, et ainsi obliger les automobilistes à emprunter le barreau de raccordement de la Courneuve. La structure de l’État estime que cela représenterait 10 000 véhicules en moins par jour.

De l’autre côté, l’échangeur de l’autoroute A 86 à Pleyel serait réorganisé et complété avec de nouvelles bretelles, dont une nouvelle sortie pour les véhicules arrivant de l’est. Au total, le montant de ce projet est estimé à 95 millions d’euros par l’État. Les travaux se dérouleraient en deux phases : entre 2021 et fin 2023 à Pleyel, tandis que les bretelles de la Porte de Paris sont censées fermer après les Jeux olympiques et paralympiques (six mois de travaux) de 2024.

Néanmoins, le collectif Pleyel à Venir a calculé que cette nouvelle configuration engendrerait environ 30% de trafic supplémentaire dans son quartier. « Vous allez concentrer la pollution aux abords du groupe scolaire Anatole-France, qui regroupe 700 élèves », s’est alarmé un père de famille. Les parents ont fait part de leur inquiétude pour la santé et la sécurité de leurs enfants, dont l’établissement est situé entre les boulevards Anatole-France et de la Libération, voués à être élargis à la circulation. 

« La Dirif doit revoir sa copie »

Dans un avis, publié en janvier 2019, l’Agence environnementale a jugé que « le projet constitue une amélioration en ce qui concerne les émissions atmosphériques », mais « certains sites sensibles [notamment l’école maternelle Pleyel et l’école élémentaire Anatole-France] connaîtront des dépassements » de seuil de pollution. Lors de la réunion, les explications des responsables de la Dirif, dont son directeur Alain Monteil, n’ont pas rassuré les habitants. Ceux de Pleyel à Venir ont préparé un projet alternatif citoyen – disponible sur son site Internet (2) – « qui améliorela qualité des vie des Dionysiens », contrairement au projet « dangereux » de la Dirif.

Au nom du collectif, Benjamin Darras a demandé la « suspension » de l’enquête publique afin de prendre en compte l’avis des habitants, démarche soutenue par le groupe Rêve-Insoumis par la voix de son conseiller municipal Étienne Penissat. « La Dirif doit revoir sa copie sur ce projet », a-t-il exhorté. Michel Ribay, maire adjoint en charge de Pleyel, a demandé « une prolongation » de l’enquête publique au-delà du 15 juin, tout comme Cécile Ranguin, l’élue en charge de l’écologie (EELV), qui a demandé à la Dirif de se mettre autour de table avec les habitants.

Regroupant une vingtaine de collectifs et d’associations, le Comité de vigilance des JO 2024 appelle plus largement à la suspension de toutes les enquêtes publiques des projets d’aménagement en lien avec les Jeux. Dans une pétition en ligne, il demande l’organisation d’un « forum public » afin de coordonner ces projets.

Aziz Oguz

  1. www.registre-numerique.fr/echangeurs-A86-A1
  2. pleyelavenir.fr

Réactions

La pollution est un problème majeur sur notre commune. Domage quelle n'intéresse pas monsieur Russier, ce dernier bloque la restriction de circulation des véhicules les plus polluants par pur idéologie .
Quelle est la position du groupe Rêve-Insoumis sur l'interdiction des véhicules les plus polluants sur l'ensemble de la ville de Saint-Denis ? On aimerait bien savoir s'ils savent critiquer les actions de l'Etat ou s'ils sont capables d'avoir des actions pour l'écologie à Saint-Denis

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur