À la une Sports

Handisport
/ Le sport sur le terrain de l’autisme

Un an après avoir été l’instigatrice du premier gala pour l’inclusion sportive des personnes autistes, Lynda Fekiri récidive dimanche 14 avril à 14h au palais des sports. Un événement inédit où chacun peut faire du sport sans distinction. Cette maman d’une ado autiste nous raconte son combat.
À Delaune, dans son club de Meslek Combat, Djamel Ben Maamer accueille de jeunes autistes, comme ici Maiouna.
À Delaune, dans son club de Meslek Combat, Djamel Ben Maamer accueille de jeunes autistes, comme ici Maiouna.

LE JSD : L’année dernière, vous lanciez le premier gala – en partenariat avec l’Office des sports et la Ville – pour l’inclusion des personnes autistes en milieu sportif. Quel bilan en tirez-vous ?

Lynda Fekiri :Ça a porté ses fruits. De nombreuses associations ont joué le jeu de l’inclusion et ont pris en charge des personnes atteintes d’autisme. Sans dispositif particulier, juste avec de la bonne volonté, et ça se passe très bien. Suite à cela, la municipalité a accordé des crédits avec la gratuité des sports pour les personnes atteintes de handicap. Le gala aura aussi servi à faire prendre conscience que les personnes handicapées sont aussi « handicapables » ! 
 

LE JSD : Qu’est-ce qui attend le public à ce deuxième gala ?

Linda Fekiri :Lors de la deuxième édition du gala, on va faire quelques petites démonstrations pour inciter encore d’autres associations à l’inclusion l’année prochaine. On compte l’organiser tous les ans. On a contacté toutes les associations. Il y aura « Tes Vacances », Meslek Combat, Training Day, La Dionysienne handball, le Sport Santé, le Lumpini, etc. On a aussi délégué la buvette à une association dionysienne, Igo. On attend encore les retours de tout le monde. Il manquera le judo qui malheureusement ne pourra pas être là cette année car ils sont en compétition. Ce sera la surprise le jour du gala de compter telle ou telle association en plus ! 

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Daoud Tatou, son combat pour les autistes

 

 

« C’est toujours le système D »
 

LE JSD : Il y a un an, c’était aussi le lancement officiel de votre association All Inclusive… Quel est son rôle et quel travail avez-vous mené depuis sa création ?

LF :On était parti sur trop de projets au début de l’association, étant donné qu’on est toutes des mamans d’enfants porteurs d’autisme. Ça nous a un petit peu dépassées. On s’est revues après les grandes vacances, on a décidé de recentrer l’association sur l’inclusion sportive. Même si on redirige les familles vers différentes structures. Donc pour le moment on a surtout orienté les familles vers les différentes disciplines sportives de Saint-Denis.

En ce moment, on travaille avec la municipalité pour avoir un éducateur spécialisé qui sera référent autisme et qui pourra ainsi aller dans toutes les associations aider les coaches sportifs qui auraient quelques problèmes avec les personnes autistes. Il va y avoir aussi des permanences pour aider les familles à faire les dossiers. Dès qu’il y a une problématique, comme la rupture de scolarisation, on en réfère au député Stéphane Peu (PCF) puisqu’il est membre du collectif autisme à l’Assemblée nationale. On va aussi proposer quelques formations à la rentrée scolaire pour les auxiliaires de vie scolaire

Le JSD : Hasard du calendrier, quelques semaines avant le premier gala l’an dernier le gouvernement annonçait la mise en place d’un 4e plan autisme. En tant que maman d’une enfant autiste, avez-vous constaté des évolutions ?

LF : Non, pas du tout. Je n’ai rien constaté du tout. Que ce soit en SESSAD (service d'éducation spéciale et de soins à domicile) ou en IME (Institut médico-éducatif), il n’y a pas de place, il y a des années d’attente. C’est toujours le système D, une prise en charge extérieure à un coût exorbitant. Pour ma fille, je vais faire le choix de la mettre dans le privé parce que je sais qu’elle n’a pas le profil pour aller dans le public et changer de salle toutes les heures. D’aller dans un collège d’une autre ville en ULIS (unités localisées pour l'inclusion scolaire), ça ne m’intéresse pas vu les temps de trajets et le risque de la couper de ses amis. Franchement, le 4e plan autisme il est vide !

Le JSD : L’association « Vaincre l’autisme » organisait une grande marche à Paris samedi 30 mars pour laquelle vous vous êtes mobilisés. Quel en était le but ?

LF : Je ne suis pas pour le mot « vaincre », le mot « maladie » ou le mot « contre ». Même si c’est un autre débat.  Mais je suis toujours pour cette association, car pour moi c’est le seul mouvement populaire qui a un sens. Elle regroupe beaucoup de parents, d’associations. On a organisé un départ de Saint-Denis pour sensibiliser les Dionysiens à la cause. J’avais aussi envie que M. Peu et M. Russier s’expriment parce qu’il y a énormément de choses qui se font encore dans l’ombre. Ça avance et je suis très fière. Au départ de la Basilique, on devait être une cinquantaine, en plus des gens qui nous ont rejoint directement là-bas.

 

Propos recueillis par Adrien Verrecchia

Rencontre pour l’autisme 2019, dimanche 14 avril à 14h, au palais des sports Auguste-Delaune (9, avenue Roger-Sémat). Entrée libre

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur