À la une En ville

Femmes et mineurs sans abri
/ Le sens de l’accueil citoyen

Le vendredi 12 octobre, l’association Utopia 56, invitée par la Ville, est venue expliquer le pourquoi et le comment de l’hébergement citoyen qu’elle a mis en place pour les femmes et mineurs à la rue.
L'association Utopia 56 créée en Bretagne, met à disposition de publics isolés un hébergement citoyen.
L'association Utopia 56 créée en Bretagne, met à disposition de publics isolés un hébergement citoyen.

Les alertes se sont encore succédé ces derniers mois, en Seine-Saint-Denis pour les femmes enceintes et jeunes accouchées avec leur bébé, à Paris pour les mineurs isolés… Pour ces personnes vulnérables laissées à la rue, un hébergement « citoyen »  par des particuliers a été mis en place en 2016 par Utopia 56. Créée en Bretagne pour encadrer les bénévoles dans la Jungle de Calais, cette association a été conviée par la Ville le vendredi 12 octobre à une réunion publique en mairie pour expliquer les modalités de cet accueil. À Paris, « nous avons eu 7 000 hébergements depuis le début 2018, explique Fanny Poivre, qui a lancé ce dispositif dans la capitale voilà un an et demi. Hier ce sont 72 personnes qu’on a réussi à mettre à l’abri. Surtout des femmes avec bébé et enfant. On est sur le principe d’une nuit. »

À chaque fin d’après-midi, alors que les familles suivies par Utopia ou d’autres associations se regroupent à la Porte d’Aubervilliers, raconte encore Fanny, des SMS sont adressés aux hébergeurs potentiels pour connaître leurs disponibilités. « Les repas sont distribués sur place et vers 20h30-21h, la famille est accompagnée par un bénévole chez l’hébergeur. » Pour celui-ci, la prise en charge de la famille s’arrêtera le lendemain matin à l’arrêt de bus le plus proche où il l’aura accompagnée. Utopia 56 s’emploie ainsi à suppléer aux carences du 115, numéro d’appel pour l’hébergement d’urgence en hôtel que ces familles doivent, quoi qu’il en soit, solliciter chaque soir jusqu’à décrocher une place. Leur attente pouvant « durer de trois à cinq semaines ».

Il en va autrement des mineurs isolés, eux-mêmes arrivés de très loin, et qui sont « 60 à 80% » à se voir opposer un refus de reconnaissance de minorité. Ainsi privés des mesures de protection de l’Aide sociale à l’enfance, « ils se retrouvent dans la rue aux mains de réseaux de malfaisants », s’indigne Yann Manzi, le cofondateur d’Utopia. Avec Médecins sans frontière et d’autres ONG, signale-t-il encore, des recours juridiques sont organisés et qui peuvent mettre « vingt-quatre mois » à aboutir. « Un seul hébergeur sur cette durée, on va l’essouffler. »

Ils seront donc trois à se relayer, toujours épaulés par Utopia. « Si vous êtes volontaires, on vient chez vous et on signe une convention de partenariat de 3 ou 6 mois. Par la suite, si vous avez envie de faire une pause, on s’adapte. Vous pouvez toujours dire non. »

Marylène Lenfant

Pour en savoir plus : www.utopia56.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur