Cultures

Le regard sans concession de Malam

Exposition au Soixante Adada, 60 rue Gabriel-Péri à Saint-Denis jusqu’au 24 février.
 Malam dans son exposition
Malam dans son exposition


Le Soixante Espace Adada accueille une exposition du sculpteur et plasticien Malam, résident au 6b, intitulée Hôtel-Dieu, Pharmacie de la mosquée, pharmacie des 2 églises. « Mon travail tourne autour de ce qui est fondamentalement notre société actuelle, avec ses aspects positifs mais aussi ses côtés dangereux et macabres », explique l’artiste.


Sur un mur s’alignent des radiographies sur lesquelles il a peint des visages, des corps, des sentences, un peu à la manière de Jean-Michel Basquiat ; de part et d’autre trois immenses croix sont levées, sur lesquelles les effigies de Kadhafi, Ben Laden et une tête de mort sont prolongées de tubes, tuyaux et autres perfusions.


Un peu plus loin, la pub « Dior j’adore » se retrouve voilée alors que Michaël Jackson git sur un cercueil de médicaments. « Les liens entre la politique, la religion et la médecine n’ont pas disparu de notre société. Nous avons tué les rois pour devenir rois nous-mêmes. » Malam pose un regard sans concession sur notre monde et son travail a la puissance du cri.

B.L.


Jusqu’au 24 février, du lundi au samedi de 15 h à 19 h. Au Soixante Espace Adada (60, rue Gabriel-Péri à Saint-Denis). Entrée libre.