Sports

Football féminin
/ Le Racing avec les moyens du bord

Alors qu’il repart dans quelques jours à l’assaut de la Division 2, le Racing n’a toujours pas bouclé son budget prévisionnel. Une incertitude qui plombe le club dionysien dont l’effectif est quasiment inchangé par la force des choses.
Le Racing Club n'a toujours pas bouclé son budget prévisionnel. © Stéphane Vague
Le Racing Club n'a toujours pas bouclé son budget prévisionnel. © Stéphane Vague

Nous les avions quittées le 2 juin à Delaune, au terme d’un second tour de barrages de D2 féminine éprouvant mais bien mené face à Valence. Le maintien entériné, les filles du Racing Club de Saint-Denis avaient atteint l’objectif de leur saison. Après un mois de préparation ponctué par quatre matches amicaux (1 victoire, 1 nul et 2 défaites), les Dionysiennes démarrent leur championnat ce dimanche à 15h30 au stade Auguste-Delaune contre l’AS Nancy Lorraine.

Engagées dans la poule B de l’antichambre du football féminin français, les footballeuses joueront face à onze adversaires dont certaines formations au nom ronflant. Citons en exemple, le Lille OSC, l’AS Saint-Étienne ou encore l’OGC Nice. Le challenge semble motivant avec toujours le même objectif fixé par le président du club Paul Mert : le maintien. Mais pour l’obtenir, faut-il qu’en coulisses tout soit réglé. Malheureusement, la question épineuse du budget reste en suspens. 

LIRE AUSSI : Le Racing Club prépare son championnat
 

« Nous sommes dans l’impasse totale »

Paul Mert tire la sonnette d’alarme. Le président du Racing Club de Saint-Denis doit remettre le 6 septembre à la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) son budget prévisionnel pour la saison 2019-2020. Problème, il attend toujours la subvention municipale indispensable au bon fonctionnement du club. « Nous avons eu, fin juin, une réunion à ce sujet avec les élus. Nous avons alors fait part de notre désir d’avoir une aide un peu plus conséquente », explique M. Mert. Espérant être entendu, le président du Racing n’a depuis plus eu de nouvelles de sa requête. « Aujourd’hui, nous sommes dans l’impasse totale. Nous commençons la saison dans le flou avec l’obligation de faire avec les moyens du bord », déclare-t-il d’un ton désabusé.

En manque de liquidité, un stage de préparation a été annulé et les déplacements s’annoncent très compliqués. Sans oublier le recrutement qui en a aussi subi les conséquences : « Nous avons trois contrats fédéraux en attente dont deux concernant des internationales camerounaises qui ont disputé la Coupe du monde féminine. Mais, nous ne pouvons pas les homologuer tant que le budget n’est pas clair. » Consciente de la situation, la majorité de l’effectif de la saison dernière a rempilé pour le nouvel exercice avec le renfort de cinq joueuses recrutées à faible coût. Avec une augmentation de son nombre d’adhérents (400 dont 360 licenciées), le Racing souhaite assurer la pérennité du plus grand club dionysien de football féminin. Paul Mert tente de relativiser : « Nous ne demandons pas l’aumône, nous voulons juste être écoutés ! Parfois, on a envie de jeter l’éponge mais on tient notamment pour nos jeunes licenciées. »
 

La municipalité se veut rassurante

Du côté de l’équipe municipale, le ton est différent. Contacté ce week-end, Bally Bagayoko, adjoint aux sports de la Ville, rappelle qu’il a été indiqué à Paul Mert qu’il pouvait partir « a minima » sur la base du budget de la saison précédente. Pour l’argent supplémentaire, le Racing devra attendre que sa requête soit étudiée en même temps que toutes les autres demandes d’augmentation. Pour la subvention, l’élu se veut rassurant : « J’ai été informé ce dimanche que la subvention de 7 000 euros n’était pas encore arrivée sur le compte. Nous allons régler cette question. »

Quant à la DNCG, Bally Bagayoko se dit prêt à transmettre un courrier à l’instance rappelant l’ensemble des éléments financiers d’engagement de la Ville pour la saison 2019-2020. Cela pourrait convenir au gendarme budgétaire du sport français pour éviter d’éventuelles sanctions au Racing Club de Saint-Denis. Inquiet, le président ne sait pas quelle pourrait être la décision de la DNCG s'il ne présente pas de chiffre vendredi, dernier délai. Bien qu'il n'imagine pas un forfait général du club, plusieurs scénarios peuvent être possibles comme la non homologation des contrats fédéraux, un encadrement de la masse salariale ou un retrait de points. Des sanctions que le Racing aimerait bien éviter.

Christopher Dyvrande

Racing-AS Nancy Lorraine, dimanche 8 septembre à 15h30, stade Auguste-Delaune.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur