En ville

Le quartier de la Plaine (re)visité

Vendredi 23 janvier, Plaine commune a proposé une promenade ludique et instructive au public dans une zone de Saint-Denis en plein renouveau, afin de porter un regard attentif sur les projets du territoire.

14 heures. Une nuée de personnes, élus et tout public confondus, patiente dans le hall du siège de Plaine commune, à Saint-Denis. Ils sont là dans le cadre du dispositif « Balade urbaines » qui les mènera, en bus, au cœur d’un quartier chargé d’histoire et en pleine mutation, la Plaine. Mises en place par la communauté d’agglomération, ces promenades – gratuites et conviviales – ont pour but de créer des liens entre les villes concernées et leurs habitants. Et, dans un véritable esprit de démocratie locale, de donner l’occasion à ses participants de s’informer sur les projets du territoire.

L’emploi au cœur des préoccupations
« D’aucuns croient que le quartier de la Plaine est né avec la construction du Stade de France, or il avait une vie réelle bien avant, commente la guide à mesure que notre bus longe ledit stade. Ce quartier a été l’une des premières zones industrielles d’Europe où d’importantes usines métallurgiques et sidérurgiques trônaient là jusque dans les années 60 et la désindustrialisation. » S’ensuit une première halte pour visiter une entreprise signataire de la Charte Entreprise-Territoire, en l’occurrence l’Afnor (Association française de normalisation), installée dans un grand building rutilant sis avenue du Stade-de-France depuis 2001. L’emploi étant au cœur des préoccupations des élus locaux, cette Charte, lancée il y a quatre ans, s’inscrit dans une volonté de consolider l’ancrage territorial des entreprises, de les rapprocher entre elles et de susciter des rencontres pour faciliter l’embauche locale. « À la Plaine, le secteur tertiaire est très représenté, constate Sophie Marain, secrétaire générale d’Afnor. Il s’agit donc de créer des passerelles de formation pour les jeunes d’ici qui n’ont pas les diplômes requis pour briguer un poste dans ces sociétés. » Quand un monsieur dans l’assistance perturbe quelque peu ce concert de bonnes intentions en pointant du doigt le problème du réseau des transports en commun trop peu étendu à son goût dans le secteur.
15 h 10, tout le monde remonte dans le bus. Et André, retraité dionysien pure souche, exprime son contentement d’être là. « Je suis venu pour constater les évolutions d’un quartier que je connais depuis toujours et suis fier de voir qu’elles collent avec les progrès de notre société en général. Pour l’heure, je ne peux qu’apprécier le volume du travail déjà réalisé. On veut favoriser l’emploi local, continuons sur cette voie ! »

Un des premiers pôles européens en sciences humaines et sociales
« Sur votre droite s’étalent des jardins ouvriers créés pour la détente des travailleurs », explique la guide. Situées rue Francis-de-Pressensé en contrefort de la gare RER B, ces parcelles de terre ont été maintenues en état et contrastent avec l’environnement ambiant tout de bâtiments flambant neufs. À quelques encablures, nous contournons un terrain de deux hectares destiné à accueillir le centre nautique olympique d’Aubervilliers, un complexe unique en son genre dans tout le secteur. Dans son prolongement, le futur campus universitaire Condorcet va réunir une kyrielle d’universités ainsi que des laboratoires de recherche privés (Saint-Gobain, etc.). Livré en 2012, il ouvrira ses portes à 15 000 étudiants pour devenir un des premiers pôles européens d’enseignement et de recherche en sciences humaines et sociales. À proximité, le chantier de l’extension de la ligne 12 du métro va de pair. Si l’on ajoute les commerces, les espaces publics et les zones piétonnes qui s’y grefferont, ce quartier actuellement morne et déshérité ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. Denise, « venue en touriste » et qui a vécu à la porte d’Aubervilliers de 1934 à 1952, se félicite des changements et se souvient : « À l’époque, on était encerclé d’usines dont celle à gaz qui menaçait d’exploser. Ce qui nous attend est réjouissant. »
La visite s’achève dans la salle du conseil communautaire de Plaine commune. Après la projection d’un film sur les aménagements du territoire de la Plaine Saint-Denis, Patrick Braouezec, président de la communauté d’agglo, clôture cette journée en revenant sur les différents projets.
Grégoire Remund

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur