À la une Cultures

Documentaire
/ Le hip-hop enfant de Paris 8

La web série documentaire Paris 8, la fac hip-hop est disponible depuis le 8 avril sur Arte.
La web série documentaire Paris 8, la fac hip-hop est disponible depuis le 8 avril sur Arte.

Qui pouvait s’imaginer qu’à la fin des années 1980 se jouait dans les couloirs de l’université Paris 8 l’avenir du hip-hop français ?

C’est un professeur d’ethnologie, Georges Lapassade, qui a mis le pied à l’étrier de nombreux rappeurs, graffeurs et danseurs en leur ouvrant les portes de la faculté. Et en s’appropriant au passage tout le mérite, ce que ne manque pas de rappeler la web-série documentaire Paris 8 la fac hip-hop réalisée par Pascal Tessaud en collaboration avec Arte.

Cette série de dix épisodes de huit minutes chacun est disponible depuis le 8 avril sur le site Internet de la chaîne franco-allemande. Elle retrace l’histoire de ce laboratoire expérimental qui a vu naître les prémices du hip-hop. La web-série a été présentée en avant-première jeudi 4 avril dans l’université dionysienne. Des anciens s’étaient réunis autour du réalisateur, comme l’animateur Sydney de la célèbre émission H.I.P.H.O.P., le graffeur King Bobo et la danseuse Dallande Gomis des Ladie’s Night. 
 

 

Un trésor oublié 

Les images qui alimentent le documentaire ont été tournées à l’époque par Christian Lemeunier, professeur à Paris 8. Les cassettes ont eu le temps de prendre la poussière dans un carton durant des années avant que Pascal Tessaud ne mette la main dessus en 2016. Quand il découvre ce trésor oublié, c’est un choc. Sur les images inédites qui crépitent, on découvre les premiers coups de bombe des graffeurs Mode 2, Eros ou Basalt, les premiers freestyles des rappeurs MC Solaar, Stomy Bugsy, Passi, Driver, Menelik, Kader Aktivist et Cristina Lopes, fondatrice du Café Culturel. C’est elle qui l’informe de l’existence de ces bandes vidéo au détour d’une conversation il y a quelques années.

Dans son documentaire, Pascal Tessaud a mis un point d’honneur à réhabiliter certaines stars de l’époque comme l’improvisateur Mwidi, rappeur du Franc-Moisin à la verve hors-pair, ou le groupe de filles Ladie’s Night, véritable avant-garde de la danse et du rap français, milieu déjà très masculin à l’époque.

Les témoignages actuels et les images d’archives s’entrecroisent et on ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine tendresse pour ces jeunes débrouillards dont la parole avait été si longtemps confisquée par les médias, les institutions et même certains professeurs soixante-huitards diront certains. Aussi, on ne peut que constater le gap (1) qui existe entre cette génération de rappeurs aux idéaux bien affirmés et celle d’aujourd’hui qui n’en partage ni le langage, ni les codes, ni l’esprit de rassemblement.

Ces deux générations disent pourtant la même chose, elles sont avides de reconnaissance et reflète des pans oubliés de notre société. L’une s’est faite via des enceintes saturées, l’autre via un effet d’autotune épuré.

MLo

Mercredi 10 avril, « Cypher Party » organisée au Bar à Bulles (4, Cité Véron, Paris 18e) pour célébrer la sortie du documentaire. À partir de 19h, entrée gratuite.

(1) fossé 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur