À la une Sports

Omnisport
/ Le gymnase de l’Avant-Garde fermé pour cause d’incendie

Un feu s’est déclaré au gymnase de l’Avant-Garde, avenue de Stalingrad, vendredi 26 avril vers 3 h du matin. L’association omnisport a vu le sous-sol de son équipement ravagé par les flammes, le rendant indisponible pour plusieurs mois et laissant le club dans l’incertitude.
Le feu s'est déclaré aux alentours de 3 heures du matin au 4 avenue de Stalingrad.
Le feu s'est déclaré aux alentours de 3 heures du matin au 4 avenue de Stalingrad.

À l’approche du bâtiment, une odeur acre se dégageait encore en fin de journée vendredi 26 avril. Les traces de pas noires sur les escaliers devant le gymnase de l’Avant-Garde de Saint-Denis sont autant d’indices témoignant de l’incendie qui s’y est déroulé aux alentours de 3 h du matin au 4 avenue de Stalingrad. Le sinistre serait d’origine accidentelle selon les premiers éléments. C’est en effet au sous-sol qu’il s’est déclaré, proche de l’armoire électrique où une défaillance a pu se produire. Par chance, le brasier n’a fait aucune victime.

Seuls deux policiers ont reçu une légère décharge au moment de leur intervention avec les pompiers, malgré une coupure du courant assurée par des agents d’EDF. « En bas, tout a brûlé : notre bureau où on avait toute notre comptabilité, 100 ans d’archives, des photos… On n’a même plus de chéquier ! », déplore Jean Mornet, le président de l’association omnisport. Du haut de ses 90 ans, il erre dans le hall aux murs noircis entre deux coups de fil, tantôt avec le directeur des sports de la Ville, tantôt avec les experts de l’assurance.
 

Une réouverture en septembre ?

Si le sous-sol – où s’entraînent les sections de sports de combat – a été ravagé, le reste du bâtiment est relativement épargné. La suie dégagée par la fumée, accentuée par des trappes d’évacuation qui n’ont pas fonctionné, fait office de seul dégât nécessitant un vaste nettoyage. Impossible toutefois d’imaginer le volley ou la gym reprendre rapidement leurs activités en diurne, les conditions de sécurité n’étant plus réunies. Jean Mornet se veut prudent sur la date d’un retour à la normale : « On a un objectif, c’est une réouverture en septembre. Mais je ne sais pas si c’est réalisable. »

Des adhérents venus s’entraîner apprennent la nouvelle en arrivant. Dont les filles de la gym qui doivent disputer les championnats de France et trouveront difficilement un lieu de repli avec le matériel adéquat dans la ville. L’ensemble du club centenaire et ses vingtaines de sections se retrouvent fragilisés. « Dire aux gens “c’est fermé jusqu’à septembre”, je ne sais pas ce qu’ils vont faire entre-temps, s’ils ne vont pas partir ailleurs… C’est un coup à foutre en l’air l’association ! », s’inquiète le président, promettant toutefois avec détermination « de se relever ».

LIRE AUSSI : L'Avant-Garde toujours en pointes
 

La Ville va apporter son aide

Le jour du sinistre, des élus de la majorité municipale se sont rendus sur place. Si l’équipement est privé, « la Ville à travers ses services apporte son soutien technique. On apportera aussi les soutiens financiers nécessaires pour pouvoir aider à la réhabilitation du site. L’objectif est que le site soit opérationnel le plus rapidement possible », affirme le maire adjoint aux sports Bally Bagayoko. Puis de préciser : « La direction des sports fait le point avec les gestionnaires de l’Avant-Garde pour regarder quels sont les besoins. S’il y a des besoins exprimés en termes de report d’activités, on regardera les équipements municipaux qui sont en capacité d’en accueillir certaines et on ne manquera pas de le faire. Sur la partie technique, on est prêt à accueillir et mettre à l’abri un certain nombre de matériels. » Un coup de pouce qui ne sera pas de trop pour remettre à flot l’association centenaire.

Adrien Verrecchia

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur