En ville

Le grand soir des orientations budgétaires

Le budget de la Ville pour 2009 sera voté en février. Les conseillers ont débattu des grands choix de dépenses et de recettes. Une augmentation des impôts locaux est à prévoir.

Les conseillers municipaux, jeudi 22 janvier, ont commencé l’année avec du lourd et du solide. Ils voteront (pour ou contre) le budget pour 2009 lors de la prochaine séance, jeudi 12 février. Mais ce jeudi 22 janvier, ils ont débattu « des orientations budgétaires ». D’abord, c’est Patrick Braouezec, conseiller municipal, mais aussi président de la communauté d’agglomération, qui présente le budget de Plaine commune, adopté par les conseillers communautaires le 16 décembre dernier (lire le JSD N°771 du 7 janvier 2009). « La crise financière et économique, avec les conséquences sociales qui en découlent, sont une réalité que nous prenons en compte », dit-il. Puis il pointe « la diminution des contributions de l’État, et les incertitudes sur le devenir de la taxe professionnelle, qui représente aujourd’hui 77% des ressources de notre territoire ».
Fabienne Soulas détaille ensuite « les principales propositions d’orientations budgétaires pour la Ville et les priorités conformes aux engagements que nous avons pris devant les électeurs » : la jeunesse, les solidarités (logement, habitat insalubre…), l’environnement, l’accès aux droits (préventions, lutte contre l’insécurité), l’identité « multiculturelle de la ville ouverte sur le monde ». Dans ce contexte de crise, « dont les conséquences vont produire encore plus d’exclusion », l’adjointe au maire explique que les orientations ne proposent « pas de réduire ou de diminuer les investissements », mais de les développer, sans faire « supporter totalement les charges supplémentaires par la population ». Le budget 2009 devrait prévoir une augmentation de la fiscalité.

Le maire s’adresse au Premier ministre

La baisse des participations financières de l’État oblige à proposer une augmentation de la fiscalité, ont expliqué les élus de la majorité. Mais le maire Didier Paillard a annoncé « s’adresser dès demain (vendredi) au Premier ministre pour lui demander une dotation exceptionnelle de 5 millions 400 000 euros, en vertu du plan de sauvegarde de l’économie annoncé par le président Nicolas Sarkozy en faveur des collectivités locales ».
« Vous allez prendre d’assaut l’Élysée », raille alors le leader du groupe PS et partenaires Georges Sali. Il est vrai qu’auparavant, dans une intervention non-stop de 55 minutes, il a dénoncé, passant en revue un chapitre après l’autre, « une présentation profondément malhonnête […] avec zéro développement ». Il regrette aussi « qu’il n’y ait rien sur la masse salariale (des personnels municipaux) qui représente 64% des dépenses de fonctionnement, bien supérieure à des communes similaires ». Le conseiller socialiste dit non à une augmentation de la fiscalité, dénonce « l’insécurité » et déplore le refus d’installer un système de « vidéo protection ».

Echange sur la sécurité

Danyl Afsoud (MoDem) pour qui « la sécurité est un sujet crucial », voit ensuite dans les orientations budgétaires de la majorité « de l’angélisme mélangé à de la déraison », parle de « dépenses inutiles » et regrette « l’objectif d’augmenter les impôts ». Quant à Évelyne Nicol (UMP), elle insiste elle aussi sur l’insécurité, déplore que le gouvernement soit toujours montré comme le grand responsable, et souligne que si « la droite n’est pas contre le social, elle est contre l’assistanat ».
Intervenant alors, la première adjointe, Florence Haye (PCF) souligne que « la sécurité est une question trop grave pour faire de la démagogie autour ». Elle se félicite alors de la mise en place des Uteq (police de proximité) dans le quartier Franc-Moisin « où selon le ministère, la criminalité a baissé de 12% », et elle indique que « si la vidéo surveillance coute très cher, en revanche elle ne résout pas les problèmes ». Quant à Fabienne Soulas (PCF), chiffres à l’appui, elle démontre que « le désengagement financier de l’État dans tous les domaines est une réalité ».
Gérald Rossi


COMMENTAIRE


Habits de soirée

Cinq heures et demie. Ce n’est pas l’heure du goûter, mais la durée du conseil municipal du 22 janvier. Bien inférieure aux huit heures de la séance de décembre 2008. Le temps de parole des trois groupes est sensiblement le même avec un peu plus d’une heure chacun. Égalité que conteste Georges Sali (PS), qui voudrait totaliser le temps de parole des rapporteurs dans celui de la majorité.
Au début, le maire, appelant à « prendre de bonnes résolutions » en ce début d’année, a demandé à ses collègues « à se respecter, à s’écouter, et à éviter toute interpellation personnelle ». Cinq heures et demie plus tard, au bilan, Didier Labaune (UMP) aura mis en cause personnellement plusieurs conseillers, Georges Sali (PS) aura lancé à l’un : « Essayez de prendre un peu d’ampleur », à un autre : « Essayez de ne pas écrire vos interventions à l’avance », à un troisième : « Ne réagissez pas comme un enfant dans une cour d’école », à un quatrième : « Le minimum est de se tenir correctement ». Un peu avant, le député Patrick Braouezec, formulant lui aussi un vœu, avait demandé « que l’on arrête ici les attaques personnelles et le ton méprisant, car c’est pesant ».
Et le JSD (qui perçoit une subvention municipale comme la plupart des associations de la Ville) dans tout ça ? Georges Sali a demandé, « pour compenser l’augmentation des élus », une réduction du nombre de numéros du journal. En somme une soirée ordinaire au conseil municipal…
G.R.

ÉCLAIRAGE

Les orientations budgétaires en quelques chiffres

Les dépenses prévues. Petite enfance : +666 072 €. Écoles, réussite éducative +5,5 millions €. Restauration scolaire : +800 000 €. Lutte contre l’habitat insalubre : +1,5 millions (Ville et Plaine commune). Rénovation des quartiers : 10 millions. Santé et prévention 2 millions. Sport : +2,1 millions. Culture : 1 million (Plaine commune)

Les recettes prévues. Les dépenses nouvelles s’élèvent à plus de 4 millions d’euros. Pour les financer, des économies seront réalisées dans certains secteurs (1,7 million) et l’augmentation des impôts devrait procurer autour de 4 millions de rentrée supplémentaire. 25 % des foyers fiscaux bénéficieront d’une exonération totale et 31% d’une exonération partielle.

Décisions au conseil

Groupe scolaire quartier Pleyel. L’extension du groupe scolaire Anatole-France portera le nombre de classes de 19 à 33. Le centre de loisirs passera de 4 à 6 salles. Deux réfectoires pour la cantine seront de 380 et 280 places. Après études et marchés passés avec les entreprises, la construction débutera en février 2011, et les travaux de réaménagement des locaux actuels démarreront en juillet 2012.

Nouvelles rues quartier Gare. La construction de logements dans le secteur nécessite des modifications du nom des rues. Les élus ont approuvé les changements suivants : l’impasse Saint-Clément devient rue Saint-Clément. Mais le tronçon de l’impasse en cul-de-sac conserve son appellation. Quant à la voie longeant l’école, elle portera le nom de passage du Moulin-Brise-Échalas.

Théâtre Gérard-Philipe. Les élus ont approuvé le renouvellement des conventions liant la Ville au TGP, centre dramatique national, notamment à propos du festival Jeune public « Et moi alors ? » pour 2009.

Musiques de la Boulangère. La convention de partenariat culturel avec l’association Les musiques de la boulangère, du compositeur Nicolas Frize, lequel présentera en avril prochain sa nouvelle création Dehors au dedans, a été renouvelée.

Un vase au musée. Toujours au chapitre culturel, le conseil s’est prononcé favorablement pour le dépôt permanent au musée d’art et d’histoire d’un vase signé Francis Jourdain. Cette pièce renforcera le fonds Jourdain déjà détenu par le musée de Saint-Denis.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur