À la une En ville

Sécurité
/ Le commissaire fait un point avec les entreprises

Conviées par Plaine Commune Promotion, les sociétés du territoire ont eu la primeur des statistiques sur les faits de délinquance et ont pu soumettre des problèmes précis aux forces de l’ordre, qui vont voir leurs effectifs renforcés.
Le commissaire de Saint-Denis, David Le Bars, s'adresse aux entrepreneurs, mardi 13 septembre
Le commissaire de Saint-Denis, David Le Bars, s'adresse aux entrepreneurs, mardi 13 septembre

Mardi 13 septembre, au commissariat subdivisionnaire de La Plaine, rue du Landy, l’association Plaine Commune Promotion avait convié les entreprises du territoire à une rencontre sur le thème de la sécurité en présence du commissaire central de Saint-Denis, David Le Bars, du maire Didier Paillard et du président du conseil d’administration de Plaine Commune Promotion, Francis Dubrac. M. Le Bars a d’abord annoncé l’arrivée de 42 nouveaux policiers, en octobre, pour étoffer les rangs d’un commissariat qui ne compte aujourd’hui que 300 fonctionnaires (250 en centre-ville et 50 à La Plaine) pour Saint-Denis et L’Île-Saint-Denis.

Le commissaire a ensuite donné quelques statistiques. Bien qu’un changement de logiciel, en 2015, rende la comparaison malaisée avec les années précédentes, le volume total des faits de délinquance enregistrés à Saint-Denis est en hausse. Toutefois, M. Le Bars note une baisse forte de la délinquance de voie publique : dégradations, atteintes aux biens, vol à la roulotte etc. Les délits liés aux stupéfiants et au séjour irrégulier sont en hausse, mais ce sont typiquement des « infractions révélées par l’action des services », c’est-à-dire que l’initiative des policiers détermine le volume de faits constatés. 

Quant au quartier Plaine spécifiquement, 600 faits ont été relevés sur les huit premiers mois de 2016. M. Le Bars fait valoir une baisse progressive du volume global des délits depuis cinq années, et cela malgré l’augmentation de la population du secteur. Parmi les problématiques éminentes : les atteintes aux véhicules ; les vols à la portière, notamment ceux commis sur l’A1 par quelques dizaines d’individus, pour la plupart mineurs et multirécidivistes. Les cambriolages (habitations et chantiers) sont en forte baisse.

Les entrepreneurs ont soumis certains problèmes précis aux forces de l’ordre : le stationnement sauvage et des solliciteurs agressifs sur l’avenue Wilson ; le trafic de drogue autour de la place des Pianos, à Pleyel ; des vols répétés dans les locaux de la SNCF. Quelqu’un s’est inquiété des risques de vagabondage autour du camp de réfugiés que la mairie de Paris a prévu d’installer à la limite de la Plaine ; un représentant de la Banque de France, qui va implanter un grand centre à La Courneuve, a échangé avec la directrice de Partenaires pour la ville (PPV), qui déploie des médiateurs à Pleyel depuis 2003, au Landy depuis 2011, et à Aubervilliers depuis 2014. Leur action a été saluée spontanément par un entrepreneur qui avait noué un partenariat avec eux en 2014 pour mettre fin, avec succès, à une série de vols et d’agressions de ses salariés.

Le délégué à la cohésion police-population pour le secteur Pleyel-La Plaine, Raphaël Riesco, s’est présenté. Il a notamment rappelé que l’on pouvait prendre rendez-vous par téléphone pour déposer plainte :  01 48 09 61 90 ou 01 48 09 62 15 (commissariat Plaine) et 01 49 71 80 15 (commissariat central).


Pour en savoir plus: 

Réactions

Bonjour. Je sais que je fais du mauvais esprit... Mais quid du nord de la ville ?? Les entreprises ont fait le choix de vivre en vase clos. Mais les habitants? Il faut aussi préciser que les renforts ne sont pas au nombre de 42 car ils combleront certains départs (naturel dans une administration). Le compte n'y est pas. Surtout pour les habitants. Un effort mais encore insuffisant face à l'urgence de la ville. N'en déplaise aux responsables de la "tranquillité publique"...
"le trafic de drogue autour de la place des Pianos, à Pleyel". Il y a vingt cinq ans dans la cité Pleyel une PME de la drogue a été créée. Le bailleur Saint-Denis Habitat a laissé faire (c'est un euphémisme). En 2016 cette entreprise est bien organisée. Entre les guetteurs les logisticiens les vendeurs et les gestionnaires, au moins une cinquantaine de personnes travaillent dans cette entreprise. Tous armés et dangereux. Cette pme de la drogue contrôle le quartier Pleyel. Que fait la Police Nationale ? En 2024 combien de voyageurs du réseau du Grand Paris Express se feront dévalisés ? Combien d'athlètes des Jeux Olympiques déjeunant à la Cité du Cinéma se feront agresser ? Que font les Douanes d’Île de France pour infliger des amendes aux consommateurs de cannabis s'approvisionnant dans le quartier Pleyel ? Il est temps que l’État éradique le trafic de drogue autour de la place des Pianos à Saint-Denis.
@lecteur-jsd J'ai habité trois ans à Pleyel dans une résidence récente. Le parking de la résidence a finalement été "privatisé" par les dealers ... j'ai fini par aller voir ailleurs. J'avais interpellé à l'époque le responsable municipal du quartier (Pierre Quay Thévenon) qui m'avait répondu sur un ton baba cool : " si il y a des dealers, c'est qu'il y a des acheteurs" !!! A noter également la "complaisance" de certains commerces avec ces dealers, exemple : la pizzeria qui leur offre Café / collations etc ... LAMENTABLE
De toutes les réunions sur la sécurité à St-Denis auxquels j'ai pu assister et dont j'ai entendu parler...Jamais Paillard ne s'y était rendu, on voit bien les priorités de ce soi disant gauche de la gauche pour qui, seules les entreprises comptent, les habitants, ils s'en fiche royalement...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur