À la une Cultures

Projet Démos à Pierre-Semard
/ Le classique, c’est dans leurs cordes

Quinze jeunes de 7 à 12 ans du quartier Pierre-Semard ont intégré en septembre le projet Démos, une initiative d’éducation musicale et orchestrale de la Philharmonie de Paris. Avec 90 autres jeunes de sept villes de Plaine Commune, ils apprennent à jouer d’un instrument et sont dirigés par la cheffe d’orchestre Zahia Ziouani.
Avoir entre 7 et 12 ans et être novice en musique sont les autres conditions pour intégrer le dispositif qui existe depuis 2010.
Avoir entre 7 et 12 ans et être novice en musique sont les autres conditions pour intégrer le dispositif qui existe depuis 2010.

Malgré les vacances scolaires, pas de répit pour les petits mélomanes du projet Démos. Les enfants de l’orchestre de Plaine Commune ont été réunis pour deux jours de stage à la Philharmonie de Paris. Parmi 105 jeunes, 15 viennent du quartier Pierre-Semard et vont, durant trois ans, apprendre à maîtriser le violon, l’alto, le violoncelle et la contrebasse.

Adam, Zakaria, Fatou, Aya et tous les autres ont reçu l’instrument à cordes qu’ils ont choisi d’exercer il y a tout juste deux mois.  « Ils ont d’abord essayé les quatre instruments et ont ensuite fait deux vœux », explique Etienne Cauchemez, dionysien, contrebassiste et l’un des deux professeurs de musique à la Maison de quartier Pierre-Semard. Car en plus des stages durant les vacances, les enfants y répètent deux fois par semaine. « Le projet Démos demande une énorme implication de la part des jeunes. La motivation personnelle est l’un des prérequis », détaille Héloïse Jori Lazzarini, coordinatrice territoriale de l’initiative.

LIRE AUSSI : Leur fibre musicale a vibré avec le projet Démos
 

 

Favoriser l'accès à la musique classique

Avoir entre 7 et 12 ans et être novice en musique sont les autres conditions pour intégrer le dispositif qui existe depuis 2010. Ce projet d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale favorise l’accès à la musique classique des enfants issus de quartiers ou de zones rurales insuffisamment dotés en institutions culturelles. Démos construit alors des partenariats avec des villes de toute la France. « On travaille pour réussir à implanter la pratique musicale dans ces territoires », précise Héloïse. Pour ce faire, Démos a choisi un apprentissage oral qui passe surtout par une pratique collective. Pas de solfège en première année, les enfants font leurs premiers pas musicaux grâce au chant et à la danse. Ils apprennent ainsi à cerner les notions de rythme, de nuance et de posture.

« On prend les choses dans le bon sens avec Démos, grâce au chant et à la danse on apprend à sentir. Les enfants doivent d’abord s’épanouir », explique le professeur de contrebasse. Un épanouissement qui passe aussi par la découverte d’autres cultures et de leurs rythmes différents. Les petits musiciens apprennent ainsi notamment à maîtriser le Tari Saman, chant percussif indonésien. 
 

Combattre le déterminisme social

Pour Zahia Ziouani, cheffe d’orchestre du groupe Plaine Commune depuis la création du projet Démos, les répétitions en orchestre apprennent le savoir être aux enfants. « On transmet des valeurs de vivre ensemble et de solidarité. Ce sont des valeurs éducatives qui sont nécessaires dans un orchestre et que l’on inculque par le biais de la musique », détaille la directrice musicale de l’orchestre symphonique Divertimento. Apprendre à être silencieux, à se mettre au service d’un projet collectif, apprendre la discipline, le respect des consignes et l’écoute sont des valeurs humaines transmises par l’équipe pédagogique. Internationalement reconnue et considérée comme l’une des plus éminente maestra du XXIe siècle, Zahia Ziouani tient à être associée aux jeunes de Plaine Commune.

« On fait un véritable travail de présence et de diffusion sur le territoire. D’abord en étant sur place – l’orchestre Divertimento est en résidence à Stains – en allant faire découvrir la musique classique aux jeunes dans les écoles et enfin en donnant la possibilité aux enfants de pratiquer. Rester implanté dans le 93 s’inscrit dans la logique de mes valeurs et dans ma volonté de transmission », argue-t-elle. Cette année et pour la première fois, le concert de fin d’année se tiendra, le 15 juin, à la basilique dans le cadre du Festival de Saint-Denis, « pour montrer que la musique classique vit ailleurs et qu’elle à son entière place en Seine-Saint-Denis ». 
 

Olivia Kouassi

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur