À la une En ville

Parkings Indigo
/ Le changement c’est maintenant ?

Insécurité, insalubrité, vandalisme ou encore squat : les problèmes s’accumulent dans les parkings publics de la ville gérés par Indigo. Un gestionnaire qui promet des transformations dès cet été.
Face à la dégradation des parkings publics de la Ville géré par Indigo, plusieurs habitants se sont plaints d'une situation préoccupante.
Face à la dégradation des parkings publics de la Ville géré par Indigo, plusieurs habitants se sont plaints d'une situation préoccupante.

« Cela fait trois, quatre ans que l’entretien est lamentable, s’exaspère Jocelyne Sportes, abonnée du parking Basilique.Je paie 50 euros par mois depuis 2005, c’est une honte. » Face au mécontentement des habitants et à la dégradation des parkings de la ville, le président de Plaine Commune Patrick Braouezec et le maire adjoint à la voirie de Saint-Denis Hakim Rébiha ont rencontré la direction nationale d’Indigo en mars. Gérés par le groupe privé dans le cadre d’une délégation de service public, cinq des six parkings publics (Basilique, Gare, Huit-Mai-1945, Porte-de-Paris, République) de la ville, souffrent entre autres de problèmes de propreté, de vandalisme, de dégradation de matériel et de squats. Pour Plaine Commune, les deux partis ont, lors de cette réunion, reconnu que la situation devenue « préoccupante » demandait une mobilisation supplémentaire.
 

Davantage de contrôles

Une procédure de recrutement d’un technicien de Plaine Commune en charge du suivi des parkings est ainsi en cours. Ce dernier devrait débuter avant l’été et aura pour mission de contrôler et de suivre l’état général des parkings. « On a besoin de quelqu’un de neutre qui se trouve quotidiennement sur le terrain, car entre ce que nous rapporte le délégataire [Indigo, ndlr] et ce que nous disent les habitants, il y a toujours des informations manquantes », détaille un membre de la direction des espaces publics et des déplacements de Plaine Commune.

LIRE AUSSI : Les parkings extérieurs deviennent payants

 

« Environnement difficile »

Suite aux échanges avec l’établissement public territorial et pour pallier aux problèmes d’insalubrité, Indigo a remplacé le passage hebdomadaire des équipes de propreté dans les accès piétons par un nettoyage quotidien. Une nouvelle autolaveuse a également été mise en service en fin d’année 2018 dans le parking Basilique pour soutenir les équipes. Des travaux de rénovation de la structure au niveau de l’espace abonnés, largement étayée depuis le mois de mars, devraient débuter en juillet. Une réouverture complète du parking est prévue pour le mois de septembre.

Concernant l’aspect sécuritaire dont Indigo essaie de faire une « priorité » malgré un « environnement difficile », des engagements ont également été pris. Le parking République va être le premier à bénéficier dès cet été de systèmes de vidéosurveillance renforcés et de nouvelles bornes de sortie seront mises en service à la rentrée. Un « projet de sécurisation » des accès au parking Basilique est envisagé et devrait être achevé d’ici septembre.

Indigo a également déclaré travailler de concert avec la police nationale et des agents de sécurité privés pour patrouiller et empêcher les intrusions. La Maison de la solidarité a reçu il y a quelques mois des responsables de la société de stationnement pour mettre en place une prise en charge des personnes en errance dans les parkings de la ville. À l’instar du Samu social, ce service de la Ville réalise d’ores et déjà des maraudes sur ces « lieux de vie qui hébergent beaucoup de personnes ».

Enfin des « rencontres techniques » mensuelles entre Plaine Commune, la Ville et Indigo vont être mises en place afin de renforcer le dialogue. La prochaine réunion devrait avoir lieu au mois de juin. La Municipalité assure quant à elle, vouloir jouer un rôle « d’accélérateur » dans le cadre de la gestion du parc de stationnement. « On est là pour alerter et impulser une dynamique », détaille un chef de projet de la collectivité, même si ce dernier concède qu’en « termes de suivi et d’organisation, les moyens mis en place sont encore insuffisants ».

LIRE AUSSI : Stationnement : choix payant ?
 

Olivia Kouassi

Réactions

Bonjour. Une fois de plus, et malheureusement, le déphasage est totale. Je reprends les mots de l'auteure de l'article." À l’instar du Samu social, ce service de la Ville réalise d’ores et déjà des maraudes sur ces « lieux de vie qui hébergent beaucoup de personnes »." Comment pouvez vous appeler des parkings sous terrain ou les sdf font leurs besoins, les drogués se droguent, appeler ces endroits des lieux de vie. On gare des voitures et souhaite qu'elle reste en bon état et éspérer ne pas croiser des drogués en manque. Si vous confiez ce sujet à Hakim Rebiha, vous êtes sur d'échouer. Je rappelle ses faits d'armes, les pissotières, le stationnement payant pour les résidents (gratuit à l'origine), son manque de clarté sur sa déclaration de patrimoine. Bref, ça ne sent pas la réussite. Et puis à 1 an de la fin du mandat, on va pas forcer, juste qques coups de Karcher (oups un terme de droite) dans les rues pour faire semblant de bosser pour les habitants et puis l'affaire est réglée. On l'a vu en 2014, les lessives n'ont jamais été aussi nombreuses la veille d’élection. Et le comble est quand même pour Patrick Braouezec (celui qui voulait nettoyer les esprits avant les rues), il ne va rien faire de concret, que des effets d'annonces. Comme d'habitudes.
parking indigo porte de paris,20 mai : 17 véhicules dégradés,25 mai : encore des véhicules dégradés, plusieurs dépôts de plainte pour certains abonnés ! accès coté voitures ouvert , local "employé" vide, vidéo surveillance annoncée mais personne derrière les caméras, pour celles qui fonctionnent. Merci aux fonctionnaires de la police nationale qui nous ont prévenu et ont pris les plaintes avec efficacité et amabilité.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur