En ville

Conseil municipal
/ Le budget primitif adopté

Le conseil municipal a adopté jeudi 19 décembre le budget primitif 2020 de la Ville. Un budget provisoire quasi-stable par rapport à celui de 2019 mais qui sera sans doute largement amendé après les élections municipales en mars.
Budget primitif 2020 en euros.
Budget primitif 2020 en euros.

C’est dans une salle clairsemée que s’est déroulé, jeudi 19 décembre, le dernier conseil municipal de l’année. Les élus y ont voté le budget primitif 2020, un budget temporaire qui s’inscrit dans la transition entre deux mandatures.

« L’objectif est de livrer une situation financière saine avec une marge de manoeuvre pour la prochaine équipe municipale », décrit Stéphane Privé (maj.PSG), adjoint aux finances lors de la présentation du budget primitif (BP). 45% du BP (81 millions €) sera réservé à la petite enfance, à l’éducation, à la jeunesse et à la vie des quartiers. Un axe qui demeure le principal poste budgétaire de la municipalité. Dans ces 81 millions d’euros alloués, 38,3 millions d’euros seront consacrés à l’éducation (personnel auprès de enfants, fonctionnement et entretien des groupes scolaires, périscolaire, restauration scolaire, plan lecture). Un investissement qui représente plus de 21% du budget communal.

LIRE AUSSI : La subvention de la MCA votée d'une courte tête 

Le second poste de dépense du BP représente 28% et sera dédié au pilotage et aux moyens (50 millions €). 9% de ce poste de dépense, soit 4,7 millions d’euros seront consacrés à l’amélioration des conditions d’accueil afin de faciliter les démarches administratives des Dionysiens. Un budget alloué en hausse de 10% par rapport à 2019. 22% du budget communal financeront les solidarités, la santé, la culture et les sports (39 millions €).

Dans ces 22%, 1,6 millions d’euros (4%) sera consacré à la lutte contre le logement indigne, ce qui correspond à une hausse de budget de 8,1% par rapport à celui de 2019. 12% du budget global (21,1 millions d’euros) seront dédiés à « bâtir une ville toujours plus solidaire », un poste de dépense qui regroupe l’accompagnement social, l’accès aux droits et à la lutte contre les discriminations, le soutien de la ville en faveur du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) ainsi que la politique de santé à travers les 4 CMS qui ont pour misions de favoriser l’accès aux soins.

Enfin 5% du budget communal servira à financer le cadre de vie, la tranquillité publique et l’animation des quartiers (9,9 millions €). Dans cet axe, le plus gros poste de dépense servira à lutter contre l’insécurité et les incivilités (5,1 millions d’euros) avec, notamment, le maintien d’une équipe de six gardes de l’espace public chargés de lutter contre les vendeurs à la sauvette.

Un budget quasi-stable et sans variation majeure dans la répartition des crédits par rapport à celui de 2019 et sans augmentation d’impôts non plus. Les dépenses de fonctionnement pour l’année 2020 ont été chiffrées à 220,9 millions d’euros, dont 66,6% représentent les dépenses liées à la masse salariale (120,6 millions d’euros). Une dépense en hausse de 1,18% par rapport au coût salarial de 2019. 
 

Le PS et Philippe Caro votent contre

Le vote de ce budget de transition a été l’occasion pour beaucoup d’élus d’esquisser un bilan de la mandature actuelle. Pour le conseiller municipal d’opposition Corentin Duprey (opp.PS), il s’agissait d’un « budget technique qui ne sert qu’à faire tourner la municipalité dans les mois qui viennent. » Ce dernier dénonçait également un montant trop faible d’investissement, chiffré dans le BP à 39,9 millions d’euros pour 2020. « Le vrai budget sera décidé après les élections », arguait-il avant de préciser qu’il semblait logique pour le parti d’opposition de voter contre ce budget, « comme nous l’avons toujours fait depuis 2014 ».

Un vote contre auquel s’est joint Philippe Caro, conseiller d’opposition (opp.FDG-non-inscrit). Ce dernier dénonçait un matraquage fiscal de la Ville suite à la mise en place du stationnement payant et d’une augmentation de 10% des impôts locaux en 2016. Enfin il considérait ce BP comme étant le reflet des choix du « candidat Russier » et non du maire actuel. 

LIRE AUSSI / Propreté-Déchets : Plaine Commune dans le collimateur


Un bilan environnemental discuté

Ferdinand Nino (maj.PSG) évoquait lui un bilan en demi-teinte. Le conseiller municipal saluait un budget primitif sérieux sur le plan financier, sans démagogie avec une maîtrise de l’endettement (la capacité de désendettement de la Ville a été chiffrée à 8,3 ans, le taux d’épargne brut étant resté stable à 8,7%). Il dénonçait en revanche au nom du groupe PSG, un bilan environnemental regrettable, un manque d’ambition pour réformer et moderniser le service public ainsi qu’une grave défaillance en matière de propreté liée pour lui à un choix de gestion contestable. 

Delphine Helle (maj.FDG) saluait un budget de reconduction venant parachever la réalisation des engagements pris par la mandature. Regrettant la baisse drastique de dotations venant de l’État, elle complimentait néanmoins le maintien d’un service public communal fort et dynamique grâce à des investissements conséquents. Elle félicitait également l’absence d’augmentation des impôts locaux, conséquence d’un équilibre rendu possible par une bonne gestion des finances de la ville.

Pour Michel Ribay en revanche (maj.EELV non-inscrit) il n’y avait pas à rougir du bilan de cette mandature ni du BP présenté qui répond aux besoins de développement des services publics, de solidarité et de transition environnementale. Vincent Huet (maj.REVE-Insoumis) réagissait lui aux propos de Michel Ribay et dénonçait une sortie de route de sa part. Pour le 20e adjoint, annoncer l’investissement de plusieurs millions d’euros dans les années à venir pour palier à la récurrence des épisodes caniculaires équivaut à se projeter dans un futur dont personne n’est propriétaire. 

Le budget primitif 2020 est adopté. Le groupe socialiste et Philippe Caro ont voté contre.

LIRE AUSSI : Municipales 2020 : Comment résorber la fracture citoyenne ?
 

Olivia Kouassi

Réactions

Bonsoir. Je cite : "5% du budget servira à financer le cadre de vie, la tranquillité publique et l’animation des quartiers (9,9 millions €)." On la preuve que la qualité de vie et la sécurité des biens et de personne n'est pas la priorité de la majorité municipale. Juste deux mots concernant Delphine Helle. Je crois qu'elle ne vit pas à Saint Denis et qu'elle en encore moins élue. C'est pas possible de dire des bêtises pareils. "Elle félicitait également l’absence d’augmentation des impôts locaux, conséquence d’un équilibre rendu possible par une bonne gestion des finances de la ville". En mars 2016, elle a voté avec la majorité municipale une augmentation brutale de 10 % des taux d'imposition des taxes d'habitation et foncières. Elle s'est repercuté chaque année. Le tous pour un service aux habitants inadmissible. Mais c'est vrai. Delphine Helle n'habite plus la ville... Le sud à ses charmes... Quand à la soumission de Michel Ribay en plein conseil municipal, elle était déplorable. Dans quelle ville vit il pour se féliciter de l'état de la ville. Il n'y a jamais eu autant de construction que maintenant, autant de béton, si peu de verdure dans la ville... Et il se prétends écologiste. Comme Kader Chibane se prétends dionysien, ou Didier Paillard prétends qu'il fait bon vivre à Saint Denis. Ou Patrick Braouezec communiste votant pour Macron. Ou Laurent Russier qui casse la gréve du CTM avec la PM.... A force, de prendre des vessies pour des lanternes, nos élus n'ont pas fini avec leurs prétentions.
Un budget primitif digne d'une espèce en voie de disparition.
@azzedine Delacroix Toujours aveuglé par votre haine vers certains Eelv. Toujours votre disque rayé. Toujours la même rengaine. Répétez la même chose, encore et encore n'en fera pas une vérité. Vous faites comme le RN, vous calomniez tout le temps. Allez M. Azzedine Delacroix changez de logiciel, le votre est périmé.
@ALBERT Sinon, j'aurais aimé que vous développiez avec des arguments. Des vrais. Parce que se faire traiter de militant FN parce qu'on est pas d'accord avec vous... C'est digne des années 80. Qu'avez vous à dire contre mes affirmations. Pas grand chose. quand aux élections européennes, le PCF fait moins que le FN... On devrait faire un peu profile bas. Compter les parti qui sont contre vous et vous verrez que votre majorité municipale pèse rien. Même Bally Bagayoko se présente CONTRE vous. EELV à Saint Denis ne représentent rien car ils ne font pas d'écologie tout simplement.
Rectif' dans l'article : Pallier la Et ,non palier à
"Dans cet axe, le plus gros poste de dépense servira à lutter contre l’insécurité et les incivilités (5,1 millions d’euros) avec, notamment, le maintien d’une équipe de six gardes de l’espace public chargés de lutter contre les vendeurs à la sauvette." @JSD, bonjour, doit-on comprendre que le recours à une entreprise privée de gardiennage est perennisé? Si oui, pourriez-vous nous en indiquer le montant spécifique? Merci

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur