À la une Cultures

Exposition
/ L'architecte décrié de la Basilique

Depuis le 30 novembre et jusqu’au 21 novembre 2019, le Centre des monuments nationaux propose une exposition dans la cathédrale dionysienne consacrée à sa restauration entre 1813 et 1846 par l’architecte parisien François Debret.
François Debret a œuvré à la restauration de l’édifice religieux pendant 33 ans.
François Debret a œuvré à la restauration de l’édifice religieux pendant 33 ans.

L’exposition, intitulée La splendeur retrouvée de la basilique Saint-Denis - François Debret (1770-1850) architecte romantique, est un hommage à l’artiste méconnu qui a pourtant œuvré à la restauration de l’édifice religieux pendant 33 ans. La basilique tout entière a été marquée de son empreinte. Si elle est en grande partie effacée aujourd’hui, elle demeure néanmoins dans la majorité des vitraux encore en place.

Parmi les autres contributions de l’architecte, dont la plupart ont été détruites par son successeur Viollet-le-Duc, il y eut le buffet de l’orgue, l’horloge, la toiture et les combles ainsi que le portail central et les portes des entrées sud et ouest. Jean-Michel Leniaud, historien commissaire de l’exposition, met en lumière une période oubliée de l’histoire de la basilique à travers l’ouvrage sous-estimé, voire diabolisé, de François Debret. 
 

De l’engagement à la démission

En 1813, lorsqu’il est désigné architecte de la basilique, François Debret hérite d’un chantier colossal puisque le monument a subi de lourdes dégradations pendant la Révolution. À la demande de Napoléon, la basilique est depuis 1806 dédiée à la mémoire des souverains. C’est dans ce contexte que s’inscrit le travail de François Debret jusqu’à sa démission en 1846 suite à l’affaissement de la flèche nord dont il sera injustement tenu pour responsable à cause de ses travaux.

L’exposition se déroule dans les 6 chapelles de la crypte comme les 6 chapitres d’une histoire. Celle du retour des tombeaux à la basilique, d’abord, à laquelle participe François Debret après leur déplacement au musée des Monuments français à Paris, conséquence des ravages de 1793. Les chapitres suivants racontent l’artiste, ses commanditaires, ses créations, ses restaurations expérimentales puis les sinistres de la flèche nord dus à la foudre et aux intempéries, jusqu’à son démontage complet et méthodique par Viollet-le-Duc en 1847. 
 


 


Éblouissement souterrain

La scénographie de Juliette Minchin est une ode aux couleurs et aux matériaux novateurs chers à François Debret. Il fut l’un des premiers à travailler la fonte, le cuivre et l’acier, ce qui lui valut d’être décrié, et à instaurer la polychromie, symbole de son romantisme selon Jean-Michel Leniaud. Chaque chapelle est baignée d’une lumière de couleur différente contrastant avec la pénombre de la crypte et abrite en son centre une structure de fer inspirée des armatures métalliques des vitraux et des combles de l’architecte. Sur chacune d’elles sont disposés les dessins, lithographies, gravures et autres plans qui retracent les projets de François Debret au sein de la basilique.

Issues de collections publiques des Archives nationales et départementales de Seine-Saint-Denis, ces œuvres invitent le visiteur à une expérience poétique de mise en abyme. Telles les pages d’un récit, des panneaux en plexiglas servent de supports aux explications et évoquent les verreries traversées par les rayons du soleil. Ce parcours en clair-obscur s’effectue dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, comme on remonte le temps, jusqu’à ce que le passé rencontre le présent et se confronte au futur. Celui de la flèche nord « qui nous manque aujourd’hui », souligne Jean-Michel Leniaud.
 

Amélie Mercusot

La splendeur retrouvée de la basilique Saint-Denis - François Debret (1770-1850) architecte romantique, du 30 novembre 2018 au 24 novembre 2019. Tarifs : 9€ > 7€. Gratuité (conditions) et horaires : www.saint-denis-basilique.fr Application gratuite pour Androïd disponible dans le Playstore : « Vitraux basilique Saint-Denis »

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur