En ville

Violences policières
/ La voix d’Assa Traoré a résonné à Franc-Moisin

Vendredi 3 juillet, Assa Traoré à Franc-Moisin
Vendredi 3 juillet, Assa Traoré à Franc-Moisin

Elle était très attendue. Quand ce vendredi 3 juillet, Assa Traoré est arrivée vers 19 h dans la cité Franc-Moisin, tous les regards se sont tournés vers elle. La charismatique figure des quartiers agit comme un aimant. Quand Assa Traoré a commencé à prendre la parole, quelques 200 personnes se sont approchées pour l’écouter très attentivement. L’oratrice capte l’attention des plus jeunes aux anciens, des militants les plus aguerris aux citoyens plus éloignés des combats politiques. Elle est venue pour raconter l’histoire de son frère Adama, mort asphyxié en 2016 à la gendarmerie de Persan après avoir un subi un plaquage ventral lors de son interpellation. Pour Assa Traoré et sa famille, les gendarmes ont tué son frère. Quatre ans après, la jeune trentenaire est devenue la figure de la lutte contre les violences policières dans les quartiers populaires.

LIRE AUSSI / Assa Traoré : « Nos quartiers sont asphyxiés »

« Mon frère ne reviendra pas », a-t-elle énoncé au milieu des bâtiments de Franc-Moisin. Elle se bat « pour tous les Adama Traoré », pour que le nom de son frère reste dans l’histoire comme celui qui « a renversé un système ». Franc-Moisin est la première étape de sa tournée des quartiers dans le cadre de la 4e marche pour Adama, qui aura lieu le 18 juillet à Beaumont-sur-Oise (95). « Sa parole a résonné dans le quartier. J’ai vu des gens écouter aux fenêtres », dit, fière, Diangou Traoré, membre de Franc-Moisin Citoyenne, association qui a organisé cette rencontre, avec l’appui de plusieurs collectifs du quartier (La Débrouille, Grand frère, Force mentale, AS Bel-Air et aussi l’antenne jeunesse).

Au côté d’Assa Traoré, Mahamadou Camara a auparavant parlé de son frère Gaye, décédé sous les tirs de la police et touché d’une balle à la tête à Épinay-sur-Seine en 2018. Les policiers ne doivent pas avoir le droit de vie et de mort sur les jeunes des quartiers, a-t-il dénoncé, appelant les habitants à s’engager pour changer les choses. Les gens veulent « vivre en paix comme tout le monde », a résumé Christel Husson de FMC et ancienne du Mouvement des immigrations et des banlieues (MIB). Elle a alerté sur la dégradation de la situation des quartiers pauvres comme Franc-Moisin, encore plus fragilisés après le confinement, alors que beaucoup de familles ne pourront pas partir en vacances cet été.

AO.

Réactions

Stop à la stigmatisation des forces de l'ordre. L'expertise médicale du 24 mars 2020 conclue que l'œdème cardiogénique est dû à l’association d'une sarcoïdose pulmonaire, d'une cardiopathie hypertrophique, et d'un trait drépanocytaire, le tout dans un contexte de stress intense et d’effort physique, sous concentration élevée de cannabis. Le 19 juillet 2016 à Beaumont-sur-Oise la détresse respiratoire d'Adama Traoré était antérieure à son interpellation. Les gestes d’interpellation des gendarmes ne sont pas la cause du décès. Répandre la haine contre les forces de l'ordre constitue du populisme.
"les violences dans les quartiers populaires". L'agression mortelle dimanche 5 juillet 2020 à Bayonne du conducteur de bus Philippe Montguillot est un crime raciste.
Elle veut sa place au gouvernement ou quoi celle là !? Macron serait bien capable de lui créer un ministère....
Je vous ai envoyé un commentaire et je vois qu'il à été censuré alors qu'il fait la une des journaux. Pouvez-vous me donner l'explication. Le titre est révélateur : la vérité sur Adama Traoré
@edith votre commentaire n'a pas été censuré. C'est simplement qu'il ne s'agit pas d'un commentaire mais d'un texte de 13 400 signes, dix fois plus long que l'article qu'il est censé commenter. Vous n'êtes pas journaliste au JSD mais lectrice. Il me semble compliqué d'accorder 10 fois plus de place à un commentaire qu'à un article. Je pense qu'aucun média ne fait ça. Un commentaire doit rester raisonnablement court à mon sens. Cordialement Yann Lalande.
Que de la division. On veut laisser ses quartiers dans leur pauvreté. Toujours on nous parle que des violences policières comme si ses individus n’ont rien à se reprocher
Elle leur a dit qu'elle est employé des sionistes Rotchilds?? https://www.causeur.fr/arret-maladie-assa-traore-rothschild-178173
Ça me dérange beaucoup de voir la place qu'on donne à cette femme et par rebond à ce clan, ce gang disent certains au vu des CV de la fratrie. C'est encore donner trop de place aux indigénistes, racialistes et autres communautaristes de tous bords qui ne cherchent qu'à attiser les haines et à déstabiliser la société. Ce n'est pas normal de déverser tant de haine et d'accusations sur la police. Ce ne sont pas des enfants de cœur qu'ils ont en face d'eux. Ce sont les mêmes que les sauvages qui ont massacré le chauffeur de car de Bayonne, Philippe Monguillot ou encore les mêmes que la brute épaisse qui a tué la gendarme Mélanie Lemée. Nous sommes bien content de les trouver nos policiers quand il y a problème. Alors ça va, Madame Assa Traoré, taisez vous, rentrez chez vous et restez y ! Un peu de respect s'il vous plait.
Le drame dans tout cela c’est la manipulation d’un petit groupe qui s’accapare de cette affaire non pas pour les raisons qu’ils invoquent mais bien pour recruter des jeunes qui n’ont pas ou pas encore leur libre arbitre et ils en font un vulgaire font de commerce auquel s’adonne avec une certaine indécence sa sœur qui elle sait ce qu’elle fait et pourquoi ! Et que dire de cette récupération de certains politiques ??? Si nous acceptons et continuons dans cette voie cela risque de se terminer très mal et ceux qui en feront les frais seront ceux qui auront cru en une cause déguisée en une autre .
Il faut distinguer "l'affaire" et la "récupération de l'affaire". Sur l'affaire, il persiste des zones d'ombre ... et il est normal d'insister pour connaître la vérité. Sur la récupération de l'affaire, comme l'écrit @Bea, on retrouve la mouvence racialiste, indigeniste dont l'origine vient de 2 charlatans de Paris VIII qui helas ont fait des émules ... et là on retrouve toujours les mêmes ... y compris certains sur la feue liste Bagayoko.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur