À la une En ville

Aide alimentaire
/ La solidarité dionysienne s'active

Depuis le début de la crise sanitaire liée à l’épidémie du Covid-19, un important réseau d’entraide s’est mis en place pour l’alimentation d’urgence. Associations locales, voisins, «grands frères », habitants ou groupes de solidarité tout juste créés, ont distribué, pour la plupart quotidiennement, des colis alimentaires aux personnes les plus démunies. Le JSD a fait un état des lieux de cette belle chaîne de solidarité, qui, si elle existait déjà, s’est agrandie de manière exceptionnelle.
Affiche Info Covid- 19 sur une vitre de l'office de tourisme.
Affiche Info Covid- 19 sur une vitre de l'office de tourisme.

 

DELAUNAY-BELLEVILLE / SEMARD

Au début du confinement, la compagnie Écho des sans mots s’est lancée dans la distribution quotidienne de colis alimentaires en partenariat avec les habitants, professeurs de collèges, associations ou amicales de locataires (cités Langevin, Guynemer, etc.). Au total, 1 500 colis sont livrés par semaine à des familles aux faibles revenus. Les dons proviennent de commerçants, de Dionysiens ou de réseaux associatifs de la ville. L’association PraTTique qui œuvre pour l’inclusion sportive auprès des jeunes se concentre sur la distribution de denrées non périssables. Ses colis solidaires sont livrés le week-end avec l’aide d’autres réseaux associatifs : A.B Saint-Denis, 7Dreams, Bloodsport…

Autres actions de solidarité menées dans cette partie du territoire dionysien: celles réalisées par le Secours populaire et Les Restos du Cœur de Saint-Denis. Le Secours populaire, qui livre des repas à domicile en partenariat avec l’Armée du Salut et des associations locales vient actuellement en aide à une centaine de familles. Fermés au début du confinement, les Restos du Cœur ont repris du service depuis la mi-avril. Des colis sont remis au 7, rue Jacques-Duclos le lundi ou le mercredi de 14h30 à 16h30. 

LIRE AUSSI : L'aide alimentaire s'organise pour les étudiants précaires
 

PLEYEL-CONFLUENCE / LA PLAINE 

Pendant la crise sanitaire, Dessine-moi Pleyel a développé un important réseau d’aide alimentaire d’urgence. Grâce aux dons de la Banque alimentaire et ceux du Département, elle est le principal « fournisseur » de plusieurs organisations locales, qui sur le terrain déploient des équipes de bénévoles pour mettre en marche une distribution ciblée dans plusieurs quartiers (Péri, Langevin, Franc-Moisin, etc.). Elle a aussi mené une «opération caddie solidaire », qui a permis de collecter des denrées non périssables pour la Maison de la solidarité. À la Plaine, le collectif Jeunes du Pont organise tous les jeudis de 14 h à 17 h, à l’ancienne gare (232, av. Wilson), une collecte de produits alimentaires non-périssable et de produits infantiles pour les familles précarisées.

Solidarité Migrants Wilson, actif depuis 2015, a continué durant le confinement ses repas solidaires qu’elle prépare au théâtre de la Belle Étoile pour les personnes exilées et à la rue. L’association effectue aussi des maraudes (canal Saint-Denis, Porte d’Aubervilliers) pour distribuer les repas préparés. Plaine de femmes a débuté mi-avril une distribution solidaire dans le quartier de la Plaine. Dans un local mis à disposition par la Ville, l’association s’attelle à la préparation des colis. Les dons proviennent d’associations, du Secours populaire départemental ou du magasin Carrefour.

GRAND-CENTRE-VILLE 

Sous le même Ciel organise la « collecte du jeudi midi », pour les personnes exilées et sans-abri. L’association récupère entre autres, en plus de la nourriture, des produits d’hygiène, des vêtements, des jeux pour enfants… Les dons s’effectuent au bar Le Pavillon (54, rue Péri). De leur côté, des membres de l’association l’AMAP Court-circuit et des épiceries coopératives distribuent des paniers solidaires (légumes et pains bios) aux familles dans le besoin.

FRANC-MOISIN

À Franc-Moisin, l’aide alimentaire s’est rapidement mis en place après le début du confinement. Avec le soutien de l’antenne jeunesse, plusieurs associations du quartier – Franc-Moisin Citoyenne (FMC), La Débrouille et Force mentale notamment – se sont rassemblées pour aider les familles en difficulté de ce grand ensemble. Chaque samedi, les bénévoles ont distribué en moyenne 200 colis de denrées alimentaires. « On voit plus de gens dans la galère, des nouveaux pauvres », confie Diangou Traoré, responsable de FMC. 
 

« On a de moins en moins de stock »
 

ALLENDE / ROMAIN-ROLLAND / SAINT-RÉMY

L’association les Mains unies a organisé l’aide alimentaire dans la zone des cités Romain-Rolland, Saint-Rémy et Marcel-Cachin, situées à proximité de l’hôpital Delafontaine, depuis presque deux mois. Chaque semaine, quelque 200 familles sont aidées, explique Moussa Diakite, l’un des responsables de cette association, créée en 2015, qui propose des activités aux jeunes du quartier. « On fait ce qu’on peut, dit le trentenaire, qui redoute que la distribution s’arrête d’ici 2 à 3 semaines. Des donateurs arrêtent de donner. On a de moins en moins de stock. On commence à voir les limites. » L’association 7Dreams est mobilisée depuis le début du confinement à Allende pour une distribution hebdomadaire de fruits et légumes, la livraison quotidienne de plateaux-repas, des courses alimentaires à la commande…Des activités assurées par une vingtaine de jeunes bénévoles pour les besoins de leur quartier, voire au-delà. 

JOLIOT-CURIE

Dans cette petite cité, l’aide s’est organisée sous l’impulsion d’Idrissa Diabira, éducateur sportif et cofondateur d’Urban jeunesse academy. Avec le confinement, il a vu les demandes d’aides affluer sur ses groupes de discussions téléphoniques. Avec d’autres jeunes, ils ont spontanément aidé les habitants du quartier. « De 200 personnes au début, on est passé à 300 environ. La crise, elle frappe vraiment fort », dit le trentenaire.

SAUSSAIE / FLORÉAL / COURTILLE

Dans ce quartier à l’est de la ville, deux associations ont principalement organisé la distribution alimentaire : La Petite liberté et SFC solidarité. 

LIRE AUSSI : Au coeur sur la main

Nous n’avons pu parler, faute de place, de Saint-Denis Confluence, de Solidarité étudiante Paris 8, de l’amicale des locataires de Langevin, de l’association OPA, de L’Attiéké, de Précaires et déter, de l’association PPV, d’Au couscous… Liste non exhaustive.
 

Yslande Bossé et Aziz Oguz 

Réactions

Vous devriez avoir honte d'écrire votre papier sans parler de Mondieur Marko Baliwest parti de sa ville natale Sain'Denis. Idem pour dimanche sportif et d'autres que l"on vous a demandé de ne pas citer. Mais bordel vous avez l"ethique du journaliste qui a pour rôle d'informer des faits réels ou a la botte de vos employeurs la majorité municipale. Honte à vous. Cette affaire commence tout juste à se faire entendre.
En plus de censurer vous vous gargariser devant autant devant les ordres de votre maire qui vous subventionne avec l'argent des contribuable. Quelle lâcheté ou alors n'avez pas le choix que d'être au service de la municipalité. Journaliste vous n'êtes pas frustré ? Vous êtes l'exemple même du journalisme au service de Staline de son vivant. Je vous invite à publier le message envoyé vers 10h 00 du matin. Je vous remercie
@Fatimabenmalek si vous aviez pris le soins de lire la charte des commentaires ci-dessous avant de poster vos paroles véhémentes à l'encontre de la rédaction vous auriez pu lire que la modération a lieu du lundi au vendredi en horaires de jour. Le JSD n'a pas des effectifs pléthoriques et n'emploie pas de petites mains pour modérer les commentaires sur ce site. Il n'y avait donc pas lieu de s'énerver et de poster quatre fois chacun de vos deux commentaires qui viennent d'être publiés et dont il n'a jamais été question de les censurer. Si vous avez lu l'article, vous avez pu constater, qu'il est indiqué liste non exhaustive. Par ailleurs, même si je ne parviendrai sans doute pas à vous convaincre du contraire le JSD n'est pas au service de la majorité municipale. Il est fait référence dans cet article à de nombreuses initiatives qui n'émanent pas de proches de cette dernière. Quant à Staline, merci de le laisser où il est. C'est bien mal connaître le stalinisme que de le citer en référence concernant cet article et le fonctionnement du JSD en général. Cordialement Yann Lalande
@yanne lalande Vous ne me répondez pas à ma question . Vous citez des associations qui bossent pour les populations mais également pour les élections prochaines. Je vois dem’ de la raisins de votre choix et surtout ne Jamison voter les donateurs précieux pur cette excelll lui été chaîne de solidarité. Répondre Cordialement

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur