À la une Cultures

Édition
/ La sexualité, c’est pas compliqué

La gynécologue obstétricienne Ghada Hatem-Gantzer et l’illustratrice Clémentine du Pontavice signent Le sexe et l’amour dans la vraie vie, à destination des adolescents : désir, premières fois, IVG, homosexualité, consentement, identité de genre… Elles n’éludent aucun sujet, sans tabou, mais avec une douceur bienveillante.
© Clémentine du Pontavice
© Clémentine du Pontavice

Dans la vraie vie des ados, comment parler de relations sexuelles et amoureuses ? Une question délicate à laquelle le livre Le sexe et l’amour dans la vraie vie de Ghada Hatem-Gantzer et Clémentine du Pontavice répond avec une justesse détonante.

Les deux auteures officient à la Maison des femmes de Saint-Denis : la première, gynécologue obstétricienne, en est la fondatrice, et la seconde, illustratrice, y organise des ateliers pour redonner aux femmes confiance en elles par le biais de la création artistique. C’est leur expérience commune, faite d’interventions auprès de collégiennes et collégiens dionysiens dans le cadre de formations à la vie affective et sexuelle qui les a menées à l’écriture.

« Il faut écouter leurs questionnements » pour parler à ces jeunes de sexualité, a appris Clémentine de Pontavice. La gynécologue témoigne quant à elle de la nécessité d’ouvrir un dialogue avec ces jeunes pour « ébranler leurs certitudes ». Tout part donc d’un constat de terrain, celui d’adolescents peu sensibilisés à ces problématiques, dont les représentations familiales sont parfois lourdes à porter et difficiles à remettre en question. Le besoin de plus en plus urgent de faire front contre les violences faites aux femmes se traduit aussi par l’impératif de « mettre le paquet » sur l’éducation. 

Désir, premières fois, consentement

En 128 pages, cet ouvrage opère un tour d’horizon des sujets liés à la sexualité avec douceur et clairvoyance. Une nouvelle voix qui balaie les deux canaux traditionnels de représentation de la sexualité proposés aux plus jeunes : l’industrie pornographique et les manuels poussiéreux de sciences naturelles – dont un seul représente aujourd'hui correctement le clitoris. Une volonté de Ghada Hatem-Gantzer qui ne voulait pas « que ce soit un livre qui parle de la sexualité comme d’un danger ».

Si l’ouvrage co-signé par cette médecin dépeint avec une grande précision toutes les questions de santé liées au sexe, il ne se limite pas à l’aspect purement physiologique du sujet. Sont ainsi traités pêle-mêle le désir, les premières fois, les violences sous toutes leurs formes, l’IVG, les moyens de protection, les liens amoureux, l’homosexualité, le consentement ou encore l’identité de genre. Organisé en thématiques illustrées par les dessins poétiques de Clémentine du Pontavice, ce manuel moderne peut se lire de manière continue ou par bribes, en l’ouvrant « à n’importe quelle page, à n’importe quel moment, selon la curiosité de chacun »

LIRE AUSSI : La Maison des Femmes : antenne du commissariat

L’expérience des auteures forgée à Saint-Denis les a poussées à ne pas laisser de côté des sujets difficiles, tels que l’excision. Ghada Hatem-Gantzer défend le fait qu’il est primordial « que même les enfants les plus protégés soient au courant [de l’existence de ces pratiques], aussi pour que ce soit plus facile à vivre pour les personnes qui sont touchées, qu’elles n’aient plus de honte à en parler ». Le parti est pris de ne rien occulter et d’aborder chaque thème en invitant à la tolérance et à l’ouverture d’esprit. En fin de livre, le lecteur trouvera un rappel des différentes lois qui régissent la sexualité ainsi qu’un glossaire de nombreux termes employés.

Y sont également retranscrits les témoignages d’adolescents qui permettent de rappeler la diversité des sexualités et des histoires de vie, et de donner une légitimité à ces interrogations. Les « réponses de Ghada Hatem » viennent les ponctuer, toujours rassurantes et éclairantes. La maîtrise des sujets abordés se ressent ainsi tout au long de la lecture. La grande réussite de cet outil doit beaucoup à son ton bienveillant, ainsi qu’à l’intransigeance totale formulée à l’égard de toutes les pressions et les violences que peuvent subir les corps et les esprits à la puberté.

Avec un refus d’infantiliser les adolescents, Le sexe et l’amour dans la vraie vie se veut une ressource précieuse à destination de ces adultes en devenir mais aussi de ceux qui le sont déjà. S’ouvrant sur une fresque qui rappelle les avancées des droits des femmes depuis le 18e siècle, il apportera sans aucun doute une pierre à l’édifice en insufflant à l’éducation sexuelle une approche égalitaire et positive.

Mona Guichard (stagiaire)

Le sexe et l’amour dans la vraie vie, paru le 27 août 2020, Éditions First, 128 pages, 16,90€.
 

LIRE AUSSI : 

> Le collège est un des berceaux du sexisme

> Banalisation inquiétante de la prostitution

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur