Cultures

Ateliers
/ La sérigraphie, un art magique

Plusieurs artistes organisent des ateliers de sérigraphie à destination des jeunes Dionysiens, l’occasion de leur faire découvrir des pratiques artistiques, mais également reprendre confiance en eux.
© Delphine Dauvergne
© Delphine Dauvergne

À l’accueil de loisirs Jules-Guesde, ce 25 novembre, dix enfants âgés de 7 à 8 ans ont participé à la deuxième séance d’un atelier de sérigraphie. Cette technique d’imprimerie utilise des sortes de pochoirs, interposés entre la peinture et le support. « De quoi a-t-on besoin ? », interroge l’artiste Zoé Landry. Les mains se lèvent, empressées. « De la peinture », « une raclette », « du scotch », « une éponge », « le cadre de sérigraphie »… Et tour à tour l’artiste sort les objets de son sac, telle Mary Poppins.

« Nous allons imprimer une maquette de stand de marché sur du papier, pour pouvoir dessiner à plat et ensuite on pourra la découper et la mettre en volume », explique Zoé. Chacun leur tour, les enfants donnent leur coup de raclette de peinture bleue sur le cadre de sérigraphie, et hop ! Le dessin de la maquette apparaît en dessous sur la feuille A4.

LIRE AUSSI / Ateliers pour enfants : ils jouent à la ville du futur

Les enfants s’appliquent désormais à colorier leurs stands, avec des fruits et légumes multicolores. « Le thème du marché, cela leur parle à tous, c’est un peu le centre de la ville à Saint-Denis », souligne l’artiste. C’est elle qui a choisi cet angle, pour la thématique « l’alimentation en ville », de cette troisième édition des ateliers « Au cœur de la ville », organisés par la maison d’édition La Tête ailleurs. « Le support de la sérigraphie est idéal pour faire découvrir aux enfants des pratiques artistiques, des thématiques sociales, tout en s’amusant. Chaque série d’ateliers est conclue par un livre participatif que nous éditons », explique Luna Granada, fondatrice de La Tête ailleurs.

Zoé propose ensuite aux enfants d’imprimer un tee-shirt avec les dessins du premier atelier. Elle assemble du rose, du jaune et du bleu, pour un effet arc-en-ciel. « Ouah ! », commente, impressionné, le premier garçon qui réalise le sien, d’un coup de raclette. « Les enfants sont toujours super contents d’imprimer eux-mêmes les dessins qu’ils ont réalisés, c’est toujours un moment magique. »

Un outil de revalorisation

Récemment, Zoé Landry a aussi participé à un autre projet organisé par La Tête ailleurs, en partenariat avec le 6b. « Je suis intervenue cet automne au lycée Bartholdi, où l’écrivain Néhémy Pierre-Dahomey était en résidence avec un atelier d’écriture, pour une classe d’élèves allophones. L’idée était de leur faire parler de là d’où ils viennent, là où ils sont, et lier les deux. Ils ont créé des pochoirs à partir de papier découpé. Ils étaient assez fiers du résultat », raconte l’artiste, dont l’atelier est à la Briche.

Antoine Petit, sérigraphe aussi à la Briche, travaille également avec un public de jeunes. « Je fais des ateliers avec notamment des jeunes décrocheurs de Stains, qui viennent à l’Adada à Saint-Denis, dans le cadre du PRE (Programme de réussite éducative). Avec le collectif Déchets d’Arts, nous travaillons sur l’autoportrait, en réalisant des affiches, des tee-shirts… Nous avons même refait la décoration du bistrot dionysien Au Pavillon, c’est valorisant pour eux de mettre leur marque dans la ville, explique-t-il. La sérigraphie est un super médium, pour parler de sujets différents de manière ludique. J’ai par exemple travaillé avec les médiathèques de Saint-Denis sur le thème de la parité ». L’artiste aime « partager cette technique de reproduction en série, assez simple à utiliser ». Il donne donc aussi des cours à des étudiants de Paris 8 à l’atelier de l’Adada, mais enseigne également à l’EMPro et l’ESAT Marville à Stains. « Nous exposons leur travail, je leur donne des outils pour créer et reprendre de la dignité, de la fierté. » Ses projets pour la suite : des ateliers pour des migrants et d’autres avec Casado.

Delphine Dauvergne

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur