En ville

Confinement
/ La restauration collective dans le dur

Avec la mise en place du reconfinement, les restaurants d’entreprises subissent de plein fouet la désertion des entreprises.
Le midi, au RIE (restaurant inter-entreprise) Basilique, on sert des repas sur place ou à emporter. © Véronique Le Coustumer
Le midi, au RIE (restaurant inter-entreprise) Basilique, on sert des repas sur place ou à emporter. © Véronique Le Coustumer

La généralisation du télétravail est un vrai coup dur pour la restauration collective. Dans les quartiers d’affaires, les employés ont délaissés leurs locaux et leur cantine. Une situation inédite pour les géants de la restauration collective. Les plans de suppression d’emplois se succèdent et près de 4 000 postes en France pourraient être supprimés selon Le Monde. Au moins 2 000 postes seraient en péril chez Sodexo et plus d’un millier serait en cours de suppression chez Compass, toujours selon le quotidien.

LIRE AUSSI / Commerce : morne rentrée pour les restaurateurs

Ce groupe français, qui embauche près de 14 000 personnes, exerce ces prestations dans des entreprises de la Plaine et notamment au sein de la compagnie d’assurances Generali. Depuis deux ans, l’entreprise sert environ 2 300 couverts par jour grâce à ses 70 employés. Si entre les deux confinements la restauration collective avait réussi à relancer son activité de 50 %, depuis le 29 octobre (date du second confinement), il ne se passe pas grand-chose dans les cantines de Generali. Tous les employés sont en télétravail et seuls ceux en charge de maintenir le site sont présents.

« On sert un cinquantaine de personnes par jour environ, » détaille le responsable de la société Compass, Cyril Estival. Trois employés sont présents quotidiennement pour assurer le service d’un peu plus de 2% du trafic habituel. « Tout le monde est en chômage partiel et on alterne. Je travaille un jour sur deux, précise le responsable. Ce n’est pas idyllique, il y a un vrai impact psychologique. Quand on a l’habitude de travailler du lundi au vendredi ça perturbe, et puis il y a un impact financier non négligeable. »

130 couverts servis

Face à une situation catastrophique, le restaurant inter-entreprise (RIE) Basilique fait office d’exception. Ce dernier accueille chaque jour, entre autres, des agents de la Ville, de l’Etat, les salariés de Plaine commune habitat et de quelques grosses associations. Soit environ 250 couverts par jour. La cantine, gérée par le groupe Elior qui, face à la situation, pourrait supprimer plus d’un millier de postes en France, ne sert plus que 130 couverts « principalement à emporter » par jour. 2 à 4 employés sur la dizaine présents en temps normal sont sur place depuis le début du mois. En octobre, ils étaient entre 5 et 7.

« On s’en sort très bien pour un mois de confinement », s’enthousiasme une employée à l’heure du déjeuner. Comme le reste de ses collègues, elle est au chômage partiel depuis mars. « Même si on est une toute petite entité, on fait partie des seuls où il y a une vraie activité », détaille la responsable du RIE Céline Mathivet.

Olivia Kouassi

 

LIRE AUSSI : La restauration scolaire au top de l'équilibre nutritionnel

 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur