En ville

La police répond aux gardiens

« Cette réunion doit nous aider à mieux nous connaître, et elle doit nous permettre de mieux intégrer vos problématiques, qui méritent une prise en charge particulière. » Devant une vingtaine de gardiens d’immeubles et de responsables de secteurs, vendredi 14 novembre au siège de Plaine commune habitat (PCH), le nouveau commissaire divisionnaire, Bernard Bobrowska, pointe les missions de la police.
Rencontre pas banale, franche et directe. Dans la continuité des contacts qui se sont établis entre les policiers et les personnels des HLM, à la suite des agressions dont plusieurs gardiens ont été victimes, notamment en septembre dernier. Le 23 octobre, à l’initiative de Stéphane Peu, président de PCH, une réunion en présence de plusieurs bailleurs des offices du département et du directeur départemental des polices urbaines avait aussi pris le pouls de la situation, « pour mieux coopérer, chacun dans notre métier », disait alors Stéphane Peu.
« Vous avez des attentes, des questions »
Le 14 novembre, premiers travaux pratiques. « Vous n’êtes pas des auxiliaires de police », souligne d’emblée le commandant Laurent Delacour, chargé de la formation des policiers de Seine-Saint-Denis et des opérations de sensibilisation, par exemple dans les établissements scolaires. « En revanche, vous avez des attentes, des questions, et nous sommes là pour vous épauler. » « Qui doit-on appeler, en cas d’agression?? Et que doit-on faire si la police ne vient pas?? », demandent plusieurs gardiens. « Dans tous les cas d’urgence, il faut appeler la police au 17. Là, tous les appels sont centralisés à Bobigny et enregistrés. Le policier de permanence effectue un contre-appel, pour décourager les plaisantins, puis, en fonction de l’urgence et de la nature du signalement, une ou plusieurs patrouilles sont alors dépêchées », expliquent commissaire et commandants présents. « En revanche, si la police ne vient pas, c’est un dysfonctionnement qui ne doit pas se reproduire… »
« Vous vivez des situations fortes, difficiles, et ensemble, dans
les prérogatives de chacun, dans le respect des lois et des règlements, avec l’appui de la justice, nous pouvons ensemble trouver des solutions », a souligné le commissaire. Désormais, un officier de police est le référent direct au commissariat pour les gardiens et les responsables de PCH. Et d’autres rencontres de travail « techniques » seront organisées.
G.R.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur