À la une Sports

Athlétisme
/ La piste aux (futures) étoiles

Dans l’important vivier du sprint dionysien, ils sont six à sortir du lot. Ces jeunes athlètes de Saint-Denis Émotion ont un rêve commun : participer aux Jeux olympiques 2024 au Stade de France.
De Whitney Tié, Jerry Leconte, Noémie Ventura, Lorenzo Omari, Mallory Leconte et Dylan Vermont (de gauche à droite), lequel ou laquelle seront au rendez-vous de 2024 ?
De Whitney Tié, Jerry Leconte, Noémie Ventura, Lorenzo Omari, Mallory Leconte et Dylan Vermont (de gauche à droite), lequel ou laquelle seront au rendez-vous de 2024 ?

Ils sont nés à la fin du siècle dernier ou au début de celui-ci, débutent à peine leurs études et galopent encore avec insouciance. Pourtant, ils pourraient bien représenter les couleurs françaises lors des différentes épreuves de sprint aux Jeux olympiques 2024. S’il est évidemment encore trop tôt pour se prononcer, tant l’avenir nous réserve souvent son lot de surprises, Mallory et Jerry Leconte, Whitney Tié, Dylan Vermont, Lorenzo Omari et Noémie Ventura ont toutes les cartes en main pour participer à la 33e olympiade, qui se déroulera à Paris dans cinq ans. « Il y a beaucoup de talents au club, mais ce sont ces six là qui ont le potentiel le plus fort pour espérer y participer, explique leur entraîneur Alioune Ndiaye, dit Junior, qui les suit depuis l’adolescence. Ils sont en pleine progression et, si tout se passe bien pour eux, ils devraient être là pour longtemps. »

En plus du talent, tous les six partagent de nombreux points communs, et en premier lieu l’amour du club. « On a eu l’occasion de faire de nombreux championnats de France, et on voit bien que ce n’est pas pareil dans les autres clubs, soufflent les jumeaux de dix-huit ans Mallory et Jerry Leconte, qui avaient arrêté l’athlétisme avant de reprendre il y a trois ans sur les conseils de Junior. On sent que la compétition prend le dessus sur tout le reste, alors que nous, on est plus comme une famille qui n’hésite pas à s’entraider et s’encourager. » Cet état d’esprit, Lorenzo Omari ne le retrouvait pas dans son ancien club à Stains. Alors, sur les conseils de proches, il a rejoint Saint-Denis Emotion en 2014. « Stains restera toujours ma ville, mais entre là-bas et ici, c’est le jour et la nuit, tranche l’étudiant en première année de STAPS, spécialiste du 400 mètres. Que ce soit au niveau de la structure du club, de la qualité des entraînements et de l’ambiance en général, c’est une chance d’évoluer dans un tel environnement. »

Plus que des entraineurs, des mentors

Tous sont unanimes sur un autre point: s’ils en sont là aujourd’hui, c’est grâce au travail colossal de formation réalisé par l’équipe en place depuis de nombreuses années. « Junior est toujours à notre écoute, il va faire en sorte que chaque athlète se sente bien et va adapter un programme personnel à chacun», décrit Whitney Tié, troisième aux championnats de France Junior sur 60 mètres à Nantes en 2017. Même son de cloche du côté de Noémie Ventura, qui ne tarit pas d’éloges envers son mentor de toujours. « Il nous connaît depuis qu’on est enfant et sait ce qu’il faut nous dire pour nous motiver. Très honnêtement, je ne pense pas qu’un autre entraîneur pourrait me faire progresser. »

Un avis partagé par ses partenaires, mais que tempère le principal intéressé. « Ils nous voient tous d’un bon œil avec mon collègue Kevin Sylvestre car ça fait longtemps que nous sommes ensemble. Mais si un jour je vois que je n’arrive plus à les faire progresser, que le message ne passe plus ou que je n’ai plus rien à leur apprendre, je les enverrai dans un autre enironnement. L’important reste leur carrière sportive, que ce soit à Saint-Denis ou ailleurs ». Les jeunes pousses du club, elles, ne s’imaginent pas ailleurs que sur la piste du Stade de France à l’été 2024. « À chaque fois que je viens m’entraîner au stade annexe, je pense à tous ces grands champions qui y sont passés… sourit Dylan Vermont, arrivé au club il y a deux ans. Quand j’ai regardé les JO de 2012 et la finale avec Usain Bolt, c’est à ce moment-là que j’ai su ce que je voulais faire et surtout que je voulais y être. » Toujours en train de plaisanter, Mallory Leconte reprend son sérieux quand il s’agit d’aborder l’échéance olympique. « On s’entraîne cinq fois par semaine pour ça, pour atteindre cet objectif. Si j’y crois ? Dans ma tête, chaque jour et chaque minute je pense aux Jeux olympiques ». Il leur reste maintenant cinq ans pour se préparer et relever le défi d’une carrière. 

Alexandre Rabia

Repères 

Mallory Leconte : championne de France cadette en salle à Nantes en 2017 Jerry Leconte : 4e des championnats de France cadet en salle à Nantes en 2017 Whitney Tié : 3e des championnats de France junior en salle 2017 et 2018 sur 60 mètres Dylan Vermont : champion de France junior du 100m en juillet 2018 à Bondoufle Lorenzo Omari : 9e performance française chez les juniors sur 400 mètres en 2017 Noémie Ventura : vice-championne de France junior du relais 4 x 200 mètres en 2018

 

Objectif trois podium à Miramas

Les seniors disputeront ce week-end, les 16 et 17 février, les championnats de France en salle Élite à Miramas (Bouches-du-Rhône). L’objectif est clair: ramener trois médailles pour les trois Dionysiens en lice. « Cynthia Anais a fait les minimas sur 800 mètres pour les championnats d’Europe en salle à Glasgow, détaille Junior, qui ne fera pas le déplacement dans le sud. Il y aura aussi Thierry Konan en saut en longueur à surveiller. » L’Ivoirien est devenu, le dimanche 3 février à Eaubonne, le nouveau recordman de Côte d’Ivoire de la discipline avec un saut mesuré à 7,65 m, soit 10 cm de plus que le précédent record qu’il co-détenait avec Leslie Djhone. Enfin, Louis-Grégory Occin essayera d’accrocher un podium au triple saut. « Ce sont les trois têtes d’affiche du club. Les autres athlètes préparent les compétitions estivales.» Qui dit compétitions estivales dit forcément Interclubs, où Saint-Denis Émotion semble « beaucoup plus armé » que les années précédentes. « Nous avons eu 14 qualifiés en championnats de France Espoir et donc 3 chez les Élite. Le club est en nette progression ». Actuellement en N1B, le groupe aura l’ambition d’atteindre l’accession en N1A. Les Interclubs se dérouleront le dimanche 19 mai. AR