En ville

Landy Sauvage
/ La mobilisation contre la réforme des retraites s’organise

Une cinquantaine de militants dionysiens se sont réunis au Landy sauvage le 9 novembre, à l’appel de l’AG interprofessionnelle de Saint-Denis, pour une soirée conviviale sur le thème des retraites.
Amel, syndicaliste à Sud, a animé cette conférence particulière. © Delphine Dauvergne
Amel, syndicaliste à Sud, a animé cette conférence particulière. © Delphine Dauvergne

Le Landy Sauvage, espace d'activité autogéré, continue son rôle de terreau des luttes, en accueillant samedi 9 novembre une soirée dédiée au lancement de la mobilisation dionysienne contre la réforme des retraites. Organisé par l’AG interprofessionnelle de Saint-Denis, qui fête ses dix ans d’existence, l’événement débute par une conférence gesticulée.

« Nous avons choisi des formats qui sortent de l’ordinaire pour pouvoir parler des retraites et mobiliser pour la grève du 5 décembre », annonce Claudia en introduction de la soirée. Amel, syndicaliste à Sud, anime cette conférence particulière, inspirée de celle de Franck Lepage et Gaël Tanguy, intitulée « Bien lire une fiche de paye ». La militante se prête à cet exercice théâtral devant une cinquantaine de personnes pour montrer que « c’est dans la fiche de paie que se joue le rapport de force entre les capitalistes et les salariés ». Elle explique ce qui se cache derrière les diverses appellations des cotisations sociales mais aussi patronales.

LIRE AUSSI : Semaine bleue : Pas égaux devant la retraite
 

Un objectif de convergence des luttes

Un décorticage bourré d’anecdotes, ponctué parfois d'interventions du public. « Deux ans après l’instauration de la Sécurité sociale, les politiques parlent déjà de « trou de la Sécu » », informe Amel, tout en pointant la ligne de la fiche de paie qui devrait suffire à financer ce système de santé solidaire. Elle dénonce également la réduction de cotisation « Fillon », ou encore le fait que le salaire net imposable soit supérieur au salaire net.

« Nous déclarons de l’argent que nous n’avons jamais touché… » « C’est déprimant », commente une spectatrice. Rires. « Mais non, vous allez voir, cela va bien finir mon histoire… avec une grève générale ! » promet Amel. Et de conclure : « l’enjeu ici c’est bien plus que les retraites, il ne faut pas demander les miettes mais la boulangerie ! »

La soirée continue sur le mode « convergences des luttes », avec une intervention de l’enseignant Jimmy : « A chaque fois qu’il y a eu une réforme des retraites la question du voile est revenue dans l’actualité ».

La dessinatrice Emma est venue avec sa bande-dessinée sur la réforme des retraites : C’est quand qu’on arrête. « Nous produisons assez pour vivre, s’il faut travailler plus longtemps c’est à cause du capitalisme », souligne-t-elle. Un débat commence ensuite sur « les perspectives de lutte ». Souffrance au travail, suicides, casse des services publics, réforme du chômage… « La violence sociale est importante, il faut se coordonner pour coaguler les luttes », souligne Mathieu, cheminot. Une mission que l’AG interpro de Saint-Denis espère mener à bien.

Delphine Dauvergne

Réactions

"trou de la Sécu" de quoi parle-t-on ? Les dépenses 2018 du régime général de Sécurité Sociale s'établissent à 473,9 milliards (199,7 milliards pour la branche maladie, 10,7 milliards pour la branche accidents du travail, 232,2 milliards pour la branche vieillesse et 31,3 milliards pour la branche famille). Les recettes de ces quatre branches totalisent 472,7 milliards (cotisations sociales et csg. branche vieillesse excédentaire de 200 millions). Le déficit 2018 de la Sécurité Sociale s'élève donc à 1,2 milliard d'euros. 1,2 milliard par rapport à 473,9 c'est une paille c'est 0,25% des dépenses. La Sécurité Sociale est bien gérée (même si les médias audiovisuels insistent sur son déficit). En 2019 l'économie française continue de créer des emplois. En 2020 le chiffre d'affaires réalisé en 2019 via les plateformes de mise en relation internet générera des cotisations sociales. Il est donc probable que le budget 2019 réalisé de la Sécurité Sociale soit excédentaire de plusieurs milliards. Le trou de la Sécurité Sociale n'existe pas.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur