En ville

Crise de l'accueil
/ La migration, une histoire humaine

Dans ce récit journalistique consacré à celles et ceux qu’on appelle communément « les migrants », Le Journal de Saint-Denis prend le parti de raconter en photos et en texte la réalité d’un sujet d’actualité plus complexe qu’il n’y paraît. Retour sur quatre années de situations de vies indignes avenue Wilson, que la dernière évacuation en date du 7 novembre ne doit pas nous faire oublier.
Khaled, réfugié somalien rencontré porte de la Chapelle. © Yann Mambert
Khaled, réfugié somalien rencontré porte de la Chapelle. © Yann Mambert

Montrer des visages humains. Dès le départ, c’est-à-dire, un mois et demi avant le démantèlement des campements de l’avenue Wilson et de porte de la chapelle le 7 novembre, notre ambition est claire, mais loin d’être facile.

L’envie de mieux raconter ce que vivent au quotidien les réfugiés. La volonté de passer plus de temps sur le terrain, de discuter plus longuement avec ces femmes et ces hommes originaires d’Afghanistan, du Soudan, de Somalie, d’Érythrée, du Mali ou encore de Syrie, qui, pour de multiples raisons, notamment politiques, économiques et climatiques ont décidé de quitter le pays où ils sont nés. La nécessité de s’attarder moins sur les évacuations et mises à l’abri, dont les procédés se ressemblent et se répètent, que sur des situations vécues, sur les histoires retracées par les réfugiés. Elles concernent leurs familles, leurs parcours pour arriver en France, leurs rêves ou leurs échecs, ainsi que leurs demandes d’asile. Informer les lecteurs avec tous les éléments dont nous disposons. Ralentir et prendre le temps. 

LIRE AUSSI : Khaled et Mohamad, retrouvailles à porte de la Chapelle
 

Pour un journal local, se poser la question du traitement à accorder à un sujet tel que celui de la crise de l’accueil des réfugiés et ses conséquences au cœur d’une ville comme Saint-Denis est primordial mais loin d’être évident. Comment parler de la détresse psychologique de certains jeunes hommes qui expliquent avoir «traversé » l’Europe, être passé par « plein de pays » pour arriver dans l’Hexagone ? Faut-il s’attarder dans nos papiers sur le témoignage de ce réfugié somalien qui ne parle que par bribes, raconte par exemple avoir laissé derrière lui le jour de son départ un nourrisson aujourd’hui âgé de 7 ans avec lequel il garde contact « grâce à internet » ?

De quelle manière expliquer et relater les tensions entre riverains et migrants ? Ces petits désagréments ou autres « problèmes » relatifs à la présence depuis près de quatre ans à la Plaine, de campements qui se font et se défont. Enfin, quel terme est-il préférable de privilégier entre migrant et réfugié, car si les deux termes s’emploient et s’écrivent souvent à la va-vite, ils ne recoupent pas les mêmes réalités ?

VIDEO : Débat JSD part en live sur l'accueil des migrants : l'action des pouvoir publics remis en cause
 

Évacuations à répétitions

Depuis l’apparition à l’automne 2016, des premières tentes sur la couverture de l’autoroute A1, au niveau de l’église de la Plaine et de la médiathèque Don Quichotte, le Journal de Saint-Denis s’est efforcé de relayer et de rapporter les faits : l’action de soutien aux réfugiés apportée par Solidarité Migrants Wilson, collectif d’habitants du quartier qui a réussi à créer une belle chaîne de solidarité. Avec des mamans, des étudiants et autres bénévoles, le collectif vient en aide aux personnes à la rue dans le nord-est parisien, distribue petits déjeuners et repas chauds, organise des cagnottes solidaires, fait le lien avec les réfugiés, les informe sur leurs droits. Il est aussi présent à chaque évacuation… Et tant d’autres choses.

Le journal de Saint-Denis a aussi fait état dans ses colonnes des opérations de « mise à l’abri » organisées avenue Wilson et porte de la Chapelle par la préfecture de région. La dernière, celle du 7 novembre était la 59e effectuée depuis 2015 dans le nord-est de la capitale. Environ 1 600 personnes ont été prises en charge de façon temporaire par l’État, c’est-à-dire emmenées dans des CAES (Centre d’accueil et d’examen de la situation) en Île-de-France – la région en compte cinq - ou des gymnases et centres d’hébergement.

LIRE AUSSI : « L’après » évacuation des campements pose question

D’après Philippe Caro, conseiller municipal et membre du collectif Solidarité Migrants Wilson, certains réfugiés de la Plaine, en particulier ceux qui n’ont pas été pris en charges, auraient trouvé refuge porte de la Villette. Jeudi 28 novembre, après une énième opération policière porte d’Aubervilliers, associations et collectifs ont dénoncé des évacuations « sous-dimensionnées » qui ne respectent pas « l’inconditionnalité » de l’hébergement des personnes et au contraire pérennisent leur errance dans les rues.

Fin octobre, l’association France terre d’asile tirait la sonnette d’alarme à propos du nombre de personnes migrantes à la rue : elles étaient au total 2 500. « Du jamais vu ».

 

« Un accueil qui n’est pas digne »

Que dire de la « cohabitation » entre riverains et réfugiés à la Plaine, quartier où l’élan de solidarité a perduré pendant les moments de tensions et de ras-le-bol ? À plusieurs reprises, des témoignages d’habitants ont été recueillis dans la rubrique @vous du journal ou dans nos articles. Certains ont évoqué leurs inquiétudes quant à la multiplication des campements près de leurs lieux d’habitation, d’autres ont exprimé leurs inquiétudes, leur « peur » en raison de la proximité de la colline du crack, d’autres encore ont insisté sur leur difficulté à « voir » de façon quotidienne la misère en bas de chez eux et ont critiqué les conditions de vie dégradantes dans lesquelles ont subsisté les réfugiés.

LIRE AUSSI : Avenue Wilson, habitants et migrants à bout

Après un incident grave mi-octobre ayant impliqué une maman, son enfant et un réfugié souffrant d’une maladie mentale, la discorde entre certains habitants et les réfugiés s’est de plus en plus fait sentir. « Je suis témoin d’un accueil qui n’est pas digne, qui n’est pas humain mais qui n’est pas de mon fait », a exprimé émue, une maman de la Plaine à une réunion controversée d’habitants du quartier, organisée quelques jours avant la dernière évacuation, dans une brasserie près du métro Front populaire. « Ce qui nous motive, c’est protéger nos enfants », a insisté une autre.

Aujourd’hui, si l’ambiance et le paysage du quartier ont changé, certains ont sur les lèvres une question à laquelle seul le gouvernement – qui a présenté début novembre de nouvelles mesures pour réviser les règles de l’asile - pourrait répondre : « Jusqu’à quand ? ».

LIRE AUSSI : Quel système d'accueil pour les réfugiés en France ?


Peur du migrant

« Ils venaient souvent prendre des cafés à emporter. Certains faisaient la manche devant le tabac. Je leur disais “n’alpaguez pas les clients devant la porte, surtout pas à midi à cause de la clientèle.”», rapporte l’ancienne gérante d’une brasserie-tabac de l’avenue Wilson. « Je n’ai jamais eu de problèmes avec les migrants. Il y en avait juste un qui était difficile. Dans le quartier, des gens avaient peur. D’autres disaient “les pauvres”. Les gens ici les plaignaient plus qu’autre chose », poursuit l’habitante qui se demande pourquoi « on ne met pas les migrants dans des hôtels qui ont été désaffectés. Il y en a plein ici ! »

Pour ce patron d’un magasin alimentaire de proximité, la situation dans le quartier devenait « compliquée. Ça dépassait tout le monde ». Il évoque aussi la présence policière et des « bagnoles de CRS garées en permanence » dans les environs. Depuis le démantèlement des campements « on sent la différence », juge le commerçant qui se souvient aussi de certains réfugiés « qui étaient tout le temps bourrés. Ils avaient des cartes pour acheter à manger mais ils voulaient acheter de l’alcool. Moi je ne voulais pas ».

Rumeurs, « on dit », et images douteuses accolées aux réfugiés/migrants sont peut-être la résultante de cette « situation humanitaire catastrophique », pour reprendre l’expression employée par la municipalité début octobre lorsqu’elle a organisé une conférence de presse au pied des campements de l’avenue Wilson pour exiger une meilleure politique d’accueil en France. Certains Dionysiens ont d’ailleurs profité de cet événement pour proposer à la commune, membre de l’Anvita, (l’Association nationale des villes et territoires accueillants) de devenir une ville-symbole en s’emparant de la « question » des réfugiés.

« Saint-Denis pourrait donner l’exemple », assurait un habitant de longue date du quartier. Malgré les grillages et les blocs de pierre sur les trottoirs, le conseil reste valable.
 

Yslande Bossé

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur