En ville

La Marche des sans-papiers fait étape à Saint-Denis

Après 14 jours de marche depuis Lille, les marcheurs sans-papiers et sans emploi sont arrivés vendredi 16 octobre à Saint-Denis. © Sarah Boumghar
Après 14 jours de marche depuis Lille, les marcheurs sans-papiers et sans emploi sont arrivés vendredi 16 octobre à Saint-Denis. © Sarah Boumghar

Fatigués, mais déterminés. Les marcheurs sans-papiers et sans emploi sont arrivés, vendredi 16 octobre, sur le parvis de la basilique de Saint-Denis, après quatorze jours de marche depuis Lille. Et c’est avec émotion que Lyes prend la parole devant la centaine de personnes, parmi lesquelles se trouvent de nombreuses associations et organisations politiques et des bénévoles de Médecins du Monde, venue les accueillir.

Après avoir remercié les habitants de la ville, il détaille les revendications du collectif : « Nous marchons pour la régularisation de tous les sans-papiers, pour l’emploi, et la fermeture des centres de rétention administrative. Non à la précarité, au travail au noir, au mal logement. On réclame justice et liberté », égrène cet étudiant algérien de 26 ans, arrivé en France il y a trois ans et porte-parole du Comité des sans-papiers 59. 

LIRE AUSSI / Sans-papiers : leurs droits au compte-gouttes

L’ambiance est bon enfant malgré l’objet du rassemblement : certains esquissent même quelques pas de danse au son de la musique jouée entre deux prises de paroles de responsables associatifs. Présents lors du rassemblement, les adjoints au maire Oriane Filhol, Daniel Dalin, et le conseiller municipal délégué Blaise Ndjinkeu, évoquent les restrictions sanitaires et un cafouillage avec la préfecture autour de la tenue ou non de la marche, qui n’ont pas permis à la municipalité d’ouvrir un gymnase pour que les marcheurs y passent la nuit. Mais « la mairie a mis à disposition, comme cela avait été demandé, des barnums et du gel hydroalcoolique ».

Saint-Denis marque pour les marcheurs venus du Nord, la dernière étape avant de converger, avec les autres marches de sans-papiers parties des quatre coins de la France, vers Paris où une manifestation se tiendra le lendemain, 17 octobre. Et la date choisie n’a rien d’anodin. Le même jour, en 1961, des dizaines d’Algériens ont été durement réprimés et jetés à la Seine lors d’une manifestation pacifique pour dénoncer le couvre-feu qui visait les seuls Nord-africains, en pleine guerre d’Algérie. Pour Lyes, c’est presque un hommage : « Nos ancêtres ont marché pour la liberté, nous, on marchera pour la dignité. »

SBo

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur