En ville

La grande toilette du canal

Une fois tous les dix ans, d’importants travaux sont entrepris sur les 6,6 km de cette voie d’eau fréquentée par des péniches mais aussi par quelques plaisanciers et bateaux promenades. Pour la première fois, ce « chômage du canal » est moins spectaculaire car il se fait sans une vidange complète.

Marée basse. Le regard est attiré par un niveau inhabituel de l’eau. Un peu plus loin, du côté de l’écluse, des grues et des ouvriers s’affairent. Depuis le 29 septembre et jusqu’au 7 décembre, le canal Saint-Denis est interdit à la navigation pour cause de chômage. Autrement dit, pour cause de gros travaux d’entretien qui interviennent à peu près tous les dix ans et qui sont impossibles en période d’exploitation.
« Pour la première fois, explique Jean-Pierre Dubreuil, de la direction du service des canaux de Paris (propriétaires et gestionnaires des 130 kilomètres de canaux franciliens), nous ne le vidons pas complètement, à l’exception des écluses. Cette technique permet d’éviter des décompressions de terrain, et évite d’avoir à déplacer les populations de poissons ». Néanmoins, lors de la mise hors d’eau de la première écluse du chantier, deux Silures d’un mètre cinquante chacun ont été récupérés et transportés jusqu’au bassin de la Villette. C’est là que lors des précédents « chômages » étaient rejetés les poissons récupérés. Pas moins de 20 tonnes, toutes espèces confondues en 1999.
L’eau du canal ne serait pas si polluée que ça
L’eau du canal, utilisée on le sait moins, pour le nettoyage des égouts et l’arrosage des rues, ne serait pas si polluée que ça, en dépit de son épaisseur due aux particules en suspension. « Les plongeurs qui inspectent les parois ne distinguent rien au-delà de 20 centimètres », raconte Erella Bogaerts Pasquini de l’équipe de surveillance des chantiers et du bon fonctionnement des équipements des canaux de Paris. « L’observation soignée et constante des portes comme des parois nous permet de réaliser les travaux nécessaires au fonctionnement normal. Mais là il s’agit de rénovations bien plus importantes aussi bien des maçonneries que des portes, qui sont toutes démontées et révisées » dit-elle.
Longtemps considéré comme une poubelle par certains, le canal, au fil du temps, a été bordé de barrières et ses rives réaménagées. En conséquence, on peut encore trouver au fond quelques chariots de supermarché ou une vieille cuisinière, mais beaucoup moins d’automobiles.
En revanche, outre les poissons déjà cités, les spécialistes racontent qu’au fond des écluses ils découvrent une multitude d’éléments vivants, escargots, bivalves, et même des éponges d’eau douce. Les mêmes se réjouissent que désormais dans chaque écluse seront utilisés des lubrifiants biodégradables et certifiés non toxiques pour les humains et le milieu aquatique.
Gérald Rossi
Pour en savoir plus : http://canaux.paris.fr

Quelques mots d’histoire
Seize ans de construction

Comme pour ses voisins, le canal de l’Ourcq, et le canal Saint-Martin, c’est une loi qui décide de la création du Canal Saint-Denis (29 floréal an X, soit le 19 mai 1802). Les travaux débutent en 1805 pour s’achever en 1821. En même temps que le bassin de la Villette, inauguré en décembre 1808. Avec ses 700 mètres de long et ses 70 de large la Villette est le plus grand plan d’eau de Paris (XIXe arrondissement).
Quand finit l’Empire, le creusement du canal Saint-Denis est achevé mais ses douze écluses (leur nombre à l’époque) pas encore construites. Puis, entre 1890 et 1895 le canal est reconstruit, afin de le rendre plus facile à utiliser par les navires dont la taille ne cesse d’augmenter. Le nombre d’écluses est ramené à sept, et chacune comporte deux sas côte à côte, l’un pour les navires de petite taille et l’autre pour les gros gabarits. C’est sa configuration actuelle.
Le canal a notamment été utilisé, au début du xxe siècle, pour approvisionner en charbon les usines à gaz de la Plaine, là où désormais on trouve le Stade de France.
Depuis 1983 le canal est ouvert à la navigation de plaisance. Et depuis 2007, la darse des Magasins généraux, (une branche du canal à la porte d’Aubervilliers) est utilisée par une navette électrique qui transporte chaque jour 400 salariés du Parc du millénaire jusqu’au métro Corentin-Cariou à la Villette. La vocation écolo du Canal ne se dément pas…
G.R.

Le canal
en chiffres…

6,6 km. Sa longueur totale entre le canal de l’Ourcq (près du bassin de la Villette) et la Seine, à la hauteur de la Briche, en face de L’Île-Saint-Denis. 13 km de berges, accessibles aux piétons et aux vélos. Subsistent quelques usines à béton.
7 écluses. Réparties sur la voie d’eau, elles sont surveillées et commandées par 41 éclusiers. Chaque sas d’écluse comporte quatre portes, qui sont toutes actuellement vérifiées et réparées, ainsi que l’ensemble des vannes.
3 344 bateaux. Nombre total de navires ayant emprunté le canal en 2007, 1 million de tonnes de marchandises transporté chaque année. Un convoi fluvial de 1000 tonnes, c’est 25 wagons ferroviaires ou 50 camions.
2 h 30. Le temps mis par un navire pour aller d’un bout à l’autre du canal, temps d’attente aux écluses compris. La navigation est ouverte 363 jours par an, de 6 h 15 à 19 h 30. Il est surveillé 24h sur 24.
5 millions d’euros. Le montant des travaux financés en totalité par la mairie de Paris, propriétaire de tous les canaux de la région.

…et en lettres
Chômage. La période pendant laquelle tout, ou une partie d’un canal est vidée pour des travaux importants, impossibles pendant l’activité normale.
Rive droite - rive gauche. Comme pour une rivière ou un fleuve, la rive droite, c’est le côté de la main droite quand on regarde vers le sens d’écoulement de l’eau. Et la rive gauche du côté de la main gauche.
Écluse. Le sas fermé de part et d’autre par de lourdes portes qui empêchent l’eau de passer. Des vannes font entrer ou sortir l’eau, en faisant monter ou descendre les bateaux pour qu’ils puissent ensuite continuer leur parcours. Les canaux sont construits sur des terrains en pente. Les écluses jouent un peu le rôle des marches d’un escalier géant.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur