À la une En ville

Rencontre
/ La France Insoumise s'invite en banlieue

Ils étaient une cinquantaine, habitants et militants, à avoir répondu à l’appel des Insoumis de Saint-Denis, samedi 27 octobre au théâtre de la Belle Étoile. Ce rendez-vous était un point d’étape en vue des « rencontres nationales des quartiers populaires » organisées par la France Insoumise le 18 novembre à Épinay-sur-Seine.

Le but de cette initiative était de « débattre des problématiques actuelles des quartiers populaires, donner des perspectives pour travailler ensemble », a développé Jean-Jacques Clément, référent du groupe d’action FI Plaine Saint-Denis. La soirée s’est déroulée en deux parties : la projection du documentaire Histoires d’une nation, de la Dionysienne Françoise Davisse, suivie d’un temps de discussion autour de trois grands thèmes : emploi, culture et éducation.

Le député FI de la 1re circonscription du 93, Éric Coquerel, a affirmé son souhait de « s’appuyer sur des rencontres locales, d’aller là où sont les habitants des quartiers, car ils ne viennent pas à nous ». Fraîchement nommé « chef de file » FI de Saint-Denis, Bally Bagayoko a souligné « la volonté de produire des actions qui permettent d’éveiller les consciences ».

Wanice Kouri

Réactions

Je reprends le texte : "Bally Bagayoko a souligné la volonté de produire des actions qui permettent d’éveiller les consciences ". Eveiller les consciences ! il n'a aucune pudeur ce Monsieur ! Il se gave d'argent public, envoie péter les dionysiens qui réclament des explications ... et il évoque la "conscience " ! ... Mais peut être qu'il va reprendre "conscience" justement et rendre l'argent ... Tiens cela me rappelle une citation dans Hamlet de Shakespeare : "“La conscience fait de nous tous des couards.”.
« s’appuyer sur des rencontres locales, d’aller là où sont les habitants des quartiers, car ils ne viennent pas à nous »: cette grande mode de l'ancien monde politique est toujours d'actualité alors qu'elle n'a rien donné d'instructif à nos chers élus de gauche toujours hors sol de la population malgré leurs 10 à 30 ans de carriérisme politique. Comment voulez vous dialoguer avec des soit disant représentants du peuple qui se réfugient toujours derrière des œillères idéologiques au lieu d'utiliser l'intelligence des yeux pour voir les choses de la vie telles quelles sans préjugés. D'ailleurs ce type de dialogue aseptisé est malheureusement général dans tout les partis politiques de France et de Navarre. Bref les gens devront toujours passer par des populismes en tout genre pour se faire comprendre puisque la démocratie parlementaire actuelle en France est en agonie.
@domsd: bien vu !
C'est la meilleure. Bally Bagayoko a souligné « la volonté de produire des actions qui permettent d’éveiller les consciences ». Et il a attendu 2018 pour le faire... Croire une minute que les pauvres manants n'ont pas conscience de leurs actes est une insulte. Les habitants ont conscience que le vote ne changera rien car en face on a des élus qui veulent la ville restent populaire. C'est vraiment méconnaître les gens qui ont souffert de la pauvreté. Ce que veux un pauvre, c'est justement ne plus l'être. Cela a été souligné lors de la gestion urbaine de proximité, les poches de pauvreté restent pauvres car ceux qui peuvent partir, dés qu'ils ont les moyens partent... qui veut vivre dans la crasse, la drogue, et la violence. Même certaints élus n'habitent pas la ville. Ils sont no limit les élus FI de la ville.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur