À la une En ville

Foyer d’accueil de l’enfance
/ La Farandole en suspens

Le futur du foyer départemental pour enfants de 6 et 14 ans est incertain. Dans un nouveau projet d’établissement voulu par le Conseil départemental sa fermeture ou non sera votée le 30 janvier.
La fermeture ou non de la Farandole, foyer départemental pour enfants de 6 à 14 ans, située dans le centre-ville sera votée le 30 janvier.
La fermeture ou non de la Farandole, foyer départemental pour enfants de 6 à 14 ans, située dans le centre-ville sera votée le 30 janvier.

La Farandole, foyer départemental de l’enfance pour enfants de 6 et 14 ans, est sur la sellette. Après un premier vote en défaveur du centre, la décision définitive de fermer ou non l’établissement sera votée le 30 janvier.

Cette structure à taille humaine d’hébergement à moyen et long terme, située au 59 rue de la République, abrite vingt pensionnaires dans un ancien orphelinat de jeunes filles construit en 1790. Entre partenariats avec différentes structures culturelles et sportives de la ville et coups de pouces de la mairie, les enfants, scolarisés dans les établissements dionysiens, sont parfaitement inclus dans la vie de la cité. 
 

Une décision incomprise

C’est dans une lettre datant de février 2018 que le Conseil départemental annonce au Centre départemental enfance et famille de Seine-Saint-Denis (CDEF 93) la nécessité d’augmenter le nombre de places d’accueil d’urgence en transformant la mission de la Farandole. Impensable pour le personnel de la structure qui considère que la localisation du foyer, en plein centre-ville, pour des jeunes fragiles et influençables n’est pas adaptée. Une série de propositions a alors été faite pour permettre à l’établissement de survivre. « On n’est pas réfractaire au changement, comme élargir l’accueil aux fratries de 5 à 17 ans. On a proposé de modifier le projet de service du foyer pour que la Farandole reste et existe parce qu’il s’agit du seul centre d’accueil à moyen et long terme du nord-ouest du département », révèle une source interne.

Largement desservi par les transports en commun, il est facilement accessible pour des parents en détresse sociale. La décision de mettre en péril le centre a provoqué une réaction de la Ville, propriétaire du bâtiment. « On va demander à des parents dont les enfants ont été placés pour carences éducatives de faire 2 à 3 heures de trajets aller-retour pour une heure de visite avec leur progéniture. Ils vont le faire une fois, deux fois et ne viendront plus, c’est déjà ce qu’il se passe à Villepinte(où se situe le foyer vers lequel pourrait être envoyés les enfants de la Farandole) », nous révèle-t-on.


Russier, « non favorable » à cette hypothèse

Le maire Laurent Russier a, dans une lettre adressée le 4 janvier au président du Conseil départemental Stéphane Troussel, exprimé sa réticence à fermer un tel établissement. « Au moment où les professionnels de l’aide sociale à l’enfance sont inquiets sur le devenir de leurs missions, je ne suis pas favorable à cette hypothèse », a-t-il indiqué, en soulignant l’intégration de la Farandole dans la vie de la commune. Mardi 22 janvier, était organisée une rencontre entre la mairie et le personnel du foyer, lesquels ne jugent pas satisfaisantes les explications données par le CDEF 93 sur la décision du Conseil départemental.

Olivia Kouassi

Un rassemblement est prévu devant la mairie, mercredi 30 janvier à 12h. 

Réactions

Je ne comprends pas moi aussi la décision du Conseil Départemental ... Tout le monde sait que la Rue de la République est un havre de tranquillité pour des jeunes qui doivent se reconstruire ... Entre la crasse, les vendeurs à la sauvette, les dealers, le crack, les alcolos et beuveries, les proxénètes et prostituées etc... Une bonne école de la vie ...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur